la progression inexorable du RN à Marseille, un parti aux candidats invisibles – .

« Le plus difficile, le plus douloureux, c’est de lutter contre les fantômes. Des candidats du RN dont on ne sait rien, qu’on ne rencontre jamais sur le terrain »soupirait Didier Parakian dimanche soir, attendant avec anxiété les résultats de Sabrina Agresti-Roubache, dont il était le suppléant, qui a fini balayée, reléguée en 3e position dans la 1ère circonscription. « C’est un tsunami de votes RN »“Nous avons eu une semaine de pause, mais nous … « Nous sommes allés chercher chaque voix, une par une ! »

La candidate du RN, elle, n’a même pas eu à faire campagne… Son score du premier tour a décollé tout seul dimanche soir, passant de 27 % en 2022 à plus de 45 %. Sur les affiches, sa photo n’apparaissait qu’en vignette, écrasée par celles de Jordan Bardella et Marine Le Pen. « Elle est invisible comme Casper le fantôme »Ses adversaires disent d’elle. Monique Griseti, dont on sait seulement qu’elle a 64 ans et qu’elle est la tante du député RN de Vitrolles et Marignane Franck Allisio, ne répond jamais aux sollicitations de la presse, conformément aux consignes de son parti. Elle n’a même pas pris la parole dimanche soir. Sa percée est à l’image du Rassemblement national à Marseille : inexorable et sans visage.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le « Summer Sète Basket » décolle, fait le spectacle et bat des records – .
NEXT expositions d’été – – .