des plantes en ville, la végétalisation des rues de Bordeaux continue – .

des plantes en ville, la végétalisation des rues de Bordeaux continue – .
des plantes en ville, la végétalisation des rues de Bordeaux continue – .

C’était un point clé du programme de Pierre Hurmic. Le maire EELV de Bordeaux en a donc fait sa priorité. Depuis quatre ans, le plan « Bordeaux Grandeur nature » prend forme. Et certains Bordelais jouent le jeu, en plantant eux-mêmes des végétaux dans leurs rues.

Roses trémières, jasmins, chèvrefeuilles ont poussé ici et là dans les rues de Bordeaux. Contre un mur ou entre deux pavés, ils donnent à voir un paysage plus coloré qu’auparavant. Ces « rues-jardins » sont de plus en plus nombreuses.Il ne faut pas grand chose pour le faire pousser. explique Emmanuel Bizet, un habitant. « Si on regarde bien, elle pousse le long des maisons. Il suffit d’un simple trou, d’un peu de terre, et j’ai l’impression qu’elle va pousser toute seule.« .


Roses trémières, jasmins et chèvrefeuilles poussent ici et là dans les rues de Bordeaux.

© FTV

Certains sont même allés plus loin. Rue Guillaume Leblanc, les habitants de 28 maisons ont obtenu des poubelles collectives et le droit de planter des arbres. Une manière d’égayer les trottoirs tout en créant du lien social.Nous ne nous étions presque jamais parlé. explique Emmanuel Mongon, initiateur du projet de la rue Guillaume Leblanc.Et en fait, cela a motivé tout le monde à être ensemble. Donc on se parle, même si tout le monde vient d’un environnement totalement différent, voire totalement opposé, au niveau politique, socio-économique et culturel.« .

Tout le monde s’est réuni pour faire ça !

Emmanuel Mongon

Résident de Bordeaux


Emmanuel Mongon a initié un projet de vagatalisation de sa rue ses voisins.

© FTV

Et l’intérêt n’est pas seulement décoratif ou social. « Si ce jasmin est bien géré, ce qui semble être le cas pour le moment, il peut rafraîchir la façade », explique Didier Jeanjean, adjoint au maire de Bordeaux chargé de la nature en ville. « Parce que lors d’une canicule, la pierre emmagasine la chaleur et la restitue la nuit. »

Si vous avez une couverture verte, nous serons dans le domaine de la fraîcheur et non plus dans celui de la chaleur.

Didier Jeanjean

Adjoint au maire de Bordeaux

Près de 3 000 sites ont été creusés par la mairie. Ce succès se double donc d’un intérêt climatique. Lancé en 2015, le verdissement s’est accéléré ces quatre dernières années. Le plan « Bordeaux Grandeur Nature », lancé par la Ville, prend forme pour répondre à l’urgence climatique.Ces nouveaux aménagements s’inscrivent dans la politique de rafraîchissement, d’apaisement et d’embellissement de tous les quartiers de la ville”, explique la ville. Des travaux de végétalisation dans les cours de récréation et sur les toits des écoles de Bordeaux pour lutter contre la chaleur ont déjà été lancés.


Place Lehue avant les travaux de végétation réalisés par la Ville.

© Mairie de Bordeaux

Un projet qui va bien au-delà des aménagements réalisés dans les écoles. La place Lehu, adjacente au square Armand Faulat, est l’un des exemples les plus récents de la lutte contre les îlots de chaleur urbains. Sur ces photos, le changement est bien visible. La place a été considérablement désimperméabilisée : 600 m2 ont été plantés et la place compte désormais 55 % d’espaces perméables. De plus, 40 arbres, 470 arbustes et 140 plantes vivaces ont été plantés sur la place. De plus, des bancs, des tables de pique-nique et des transats ont été installés « afin que les résidents puissent profiter davantage de ce lieu et favoriser les espaces intergénérationnels. »


Place Lehue après les travaux de verdissement réalisés par la Ville.

© Mairie de Bordeaux

Place Vaubourgoin, 400 arbres fruitiers et arbustes ont été plantés. De même, le Parc Stéhelin où l’on peut désormais voir une centaine d’arbres et arbustes.

Avec 2020/2024

Cette saison 2023/2024, 2 297 arbres d’intérêt patrimonial futur ont été plantés (plus de 7 000 depuis 2020) ainsi que 121 arbres fruitiers, 8 094 jeunes plants (près de 3 000 depuis 2020) et 3 micro-forêts (14 depuis 2020).

Si, lors d’une promenade en ville, vous souhaitez voir cette verdure d’un peu plus près, voici quelques suggestions de plantations réalisées ces derniers mois :

• Parcours Charles Bricaud (67 arbres)
• Rond-point Marie Fel (40 arbres)
• Cimetière Nord (95 arbres)
• Avenue de la Jallère (84 trees)
• Place Ferdinand Vaubourgoin (espace fruitier, 22 arbres)
• Jardin des Barrières (fruit area, 11 trees)
• Parc Stéhelin (espace fruitier, 22 arbres)
• Rond-Point Lapébie (micro-forêt, 4776 jeunes plants)
• Avenue Marcel Dassault (35 arbres)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV pluies torrentielles dans le sud du Québec – .
NEXT Voici les secrets de fabrication de Hot Ones Québec – .