First edition of the Rencontres Numériques de Strasbourg notebooks – 2024 Edition – .

First edition of the Rencontres Numériques de Strasbourg notebooks – 2024 Edition – .
First edition of the Rencontres Numériques de Strasbourg notebooks – 2024 Edition – .

Lors de la première édition des Rencontres Numériques de Strasbourg, nous avons réussi le pari de réunir au Parlement européen, mi-mars, près de 150 dirigeants du secteur numérique français pour un événement inédit de deux jours et demi. Organisé par le Cigref en partenariat avec Numeum, cet événement s’est conclu par le discours de clôture de Marina Ferrari, Secrétaire d’Etat chargée du Numérique, qui nous a fait l’honneur de valider, par sa présence, la pertinence de notre initiative et des thématiques abordées.

Les Rencontres Numériques de Strasbourg ont pour ambition de devenir un événement européen de référence pour les dirigeants et décideurs de l’écosystème numérique. En combinant travail d’intelligence collective, interventions inspirantes et moments de convivialité, le Cigref et Numeum partagent cet intérêt de favoriser les échanges et la co-construction d’un numérique responsable et engagé au service de la société et de son économie.

Ce premier numéro des Cahiers des Rencontres Numériques de Strasbourg est, en quelque sorte, l’aboutissement d’une grande ambition, celle que nous avons portée au Cigref, avec le soutien de Numeum, de créer un événement sans équivalent, dédié aux décideurs de l’écosystème numérique. Sans équivalent dans le paysage des événements dédiés au numérique, car nous souhaitions affranchir ces Rencontres Numériques de toute considération commerciale. Il nous est en effet apparu que nous avions collectivement besoin de nous réunir entre dirigeants et leaders de notre écosystème, pour échanger sur des problématiques communes, et que nous ne pouvions le faire efficacement que dans un espace de confiance, sans sponsor pour assurer le financement de la rencontre, chaque participant prenant en charge ses propres frais de participation. Par ailleurs, si nous avons insisté sur le caractère non commercial de ces rencontres, c’est pour que ce dialogue unique, entre représentants de l’industrie des produits et services numériques, représentants des clients de cette industrie, représentants des institutions politiques, académiques et de la recherche, puisse s’installer sans arrière-pensée. Il est essentiel que nous puissions offrir à notre écosystème des espaces d’échange et de partage, qui nous permettent d’aller au-delà de certaines considérations, par ailleurs légitimes et structurantes pour notre quotidien professionnel.

JEAN-CLAUDE LAROCHE, PRÉSIDENT DU CIGREF

Un appel à l’audace, à la responsabilité, à notre conscience européenne !

Cette première édition des Rencontres Numériques de Strasbourg a été un succès indéniable, au vu des nombreux retours enthousiastes que j’ai reçus. Le Conseil d’Administration du Cigref partage pleinement cette satisfaction. Tant le format que le lieu, mais surtout les thématiques abordées, ont pleinement produit les effets escomptés en termes de stimulation, de collaboration et de cohésion au sein de notre communauté de praticiens phares de l’écosystème numérique. En développant le sentiment d’appartenance à cette communauté, à travers la dynamique de groupe créée autour des thématiques que le comité de programmation a soumis à la sagacité des participants, nous avons le sentiment d’avoir répondu à un besoin réel qu’aucun autre forum n’offrait à ce jour. De nos discussions, de nos échanges, de ce que j’ai pu percevoir et recueillir de l’intérêt et du plaisir des participants à être réunis à Strasbourg, je n’ai aucun doute sur la pertinence de ce système. Notre Conseil d’Administration a très logiquement pris la décision de reconduire cet événement en 2025.

A l’issue de ces trois jours, et en guise de synthèse des réflexions que nous avons partagées, le Cigref et Numeum ont lancé un triple appel aux dirigeants et décideurs du numérique, que je souhaite partager avec vous, chers lecteurs, en conclusion de mon propos.

Un appel à l’audace, tout d’abord, dans la recherche et le développement de solutions numériques évolutives. Face aux défis technologiques, il est essentiel d’explorer de nouvelles façons de concevoir des outils numériques qui transforment positivement la société et son économie. L’audace doit guider nos actions pour anticiper et répondre aux besoins futurs avec des solutions innovantes et pertinentes du point de vue du progrès humain.

Un appel à la responsabilité donc dans notre appropriation de l’innovation technologique. L’intégration des nouvelles technologies dans nos organisations doit se faire avec une conscience aiguë de leurs impacts sociaux, éthiques et environnementaux. La responsabilité implique de veiller à ce que l’innovation serve le bien commun, respecte les droits et la dignité des personnes et contribue au développement durable de nos entreprises et de nos administrations publiques.

Un appel à notre conscience européenne, enfin, en plaçant les valeurs communes de notre continent, valeurs de progrès social, sociétal et environnemental, au cœur de nos activités numériques. C’est en ancrant nos métiers du numérique dans ces valeurs que nous pourrons construire un avenir numérique qui profite à tous, un avenir de progrès qui serve la cohésion de la société, la prospérité de son économie et la protection de nos espaces naturels.

Edito de Jean-Claude Laroche – Président du Cigref

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Philipsen, le triplet à Nîmes – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné