« Je ne fais pas ce métier pour ça » – .

« Je ne fais pas ce métier pour ça » – .
« Je ne fais pas ce métier pour ça » – .

Victime d’une attaque sur son troupeau de moutons à Saint-Beauzély, l’éleveur Etienne Bastide préconise l’abattage systématique des loups coupables de telles attaques.

Au lendemain de l’attaque de son troupeau sur la commune de Saint-Beauzély, Etienne Bastide désespérait. Comment sortir paisiblement son troupeau de 300 moutons alors que la présence désormais avérée du loup plane sur ces terres du Lévézou.

« Nous ne sommes évidemment pas très rassurés, confirme l’éleveur qui a perdu un mouton dans la nuit de vendredi à samedi. Mais en 23 ans d’activité, ce n’est que la première attaque attribuée aux loups dans sa ferme. Jusqu’à présent, ses principales pertes ont été causées par des chiens errants.

« Mais nous avons toujours réussi à retrouver les chiens errants avant de régler le problème très rapidement. Ce qui n’est jamais le cas lorsqu’il s’agit de loups, estime l’opérateur qui, face à ce danger, se sent «perdu et un peu seul.

La région Occitanie est la première région ovine de France (Chiffres clés du mouton 2018) avec près de 6 000 exploitations professionnelles, pour un troupeau de 1 440 000 brebis. Elle a la particularité d’avoir une filière allaitement et une filière laitière. Près d’un million cinq cent mille agneaux sont commercialisés chaque année, dont la moitié provient de chaque filière.

S’il veut préciser qu’il n’a rien contre le canis lupus – tant que tout le monde reste à la maison – Etienne Bastide revoit le film… et liste ses options. Pâle en comparaison des obstacles qui se dressent devant lui.

“Que dois-je faire? Laisser mes moutons au bercail ? Économiquement impensable. Le pâturage est le moyen le moins coûteux de nourrir votre troupeau. Installer des clôtures électrifiées de 2 mètres de haut autour de vos champs ? Là, encore impossible. « Mes finances ne le permettent pas… et ce n’est pas ma vision de l’élevage. J’habite au milieu des bois, la forêt, ce n’est pas pour tout.»

Demande de règlement

Montez la garde toutes les nuits ou confiez votre protection à des chiens comme le Patou ou le Berger d’Anatolie qui restent encore aujourd’hui le moyen le plus efficace pour mettre en déroute le loup. « J’y pense bien sûr, mais j’habite à proximité du prieuré de Comberoumal, site très apprécié des touristes l’été, et à côté du GR® de Pays Grand Tour des Monts et Lacs du Lévézou. Si je devais poster des Patous, je pense que ça ferait jaser… » Pour le pire sans doute, la cohabitation entre le sourire carnivore de ce Cerbère aux cheveux longs et les randonneurs ne s’annonce pas au beau fixe.

Donc oui, il le reconnaît. Nous recevons une compensation pour nos pertes, mais ce n’est pas pour cela que je fais ce métier. Et je ne veux pas venir tous les matins voir mon troupeau avec une boule au ventre et me demander combien de moutons vont manquer… Cela n’a pas de sens.

Lire aussi :
Attaque de loups sur le Lévézou : « Plus aucun territoire n’est épargné »

S’il dit qu’il n’éprouve aucune haine envers le loup dont la réintroduction a « un bénéfice incontestable pour la biodiversité », l’éleveur préconise une solution : tuer ces loups qui ont du mal face aux troupeaux… au risque de récolter les mauvais. Une solution prônée aujourd’hui par l’association Cercle 12 qui milite – c’est dans ses statuts – pour le “réglementation des loups en raison des dégâts qu’ils causent aux troupeaux domestiques.”

« Malgré l’augmentation du taux de collecte de 12 à 19 % de la population moyenne estimée annuellement en France, nous sommes bien conscients que la population de loups continue d’augmenter. » » croit la présidente Mélanie Brunet qui propose, comme la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, d’abaisser le statut de protection du loup d’une espèce « protégée » plutôt que « strictement protégée ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sages Comme des Sauvages Concert in Paris 2025 – .
NEXT « Il est important de viser haut » – .