RUAG finalisera 4 avions de combat F-35A en Suisse

RUAG finalisera 4 avions de combat F-35A en Suisse
RUAG finalisera 4 avions de combat F-35A en Suisse

RUAG finalisera 4 avions de combat F-35A en Suisse

Publié aujourd’hui à 17h11

Abonnez-vous maintenant et profitez de la fonction de lecture audio.

BotTalk

RUAG a obtenu le feu vert de la Confédération pour la production définitive de quatre des 36 avions de combat américains F-35A en Suisse, a annoncé mardi le groupe d’armement. La Suisse romande bénéficiera de ces accords de compensation à hauteur d’environ 100 millions de francs.

Les opérations de compensation les plus importantes pour l’avenir de l’entreprise sont ainsi assurées, se félicite RUAG dans un communiqué. L’Office fédéral de la défense (armasuisse) a donné son accord préalable à RUAG pour le projet «RIGI».

Dans le cadre de la signature du contrat d’achat des 36 appareils en septembre 2022, le constructeur américain Lockheed Martin s’est engagé en contrepartie à compenser 60% de la valeur du contrat, soit près de trois milliards de dollars, par des accords compensatoires conclus avec des entreprises en Suisse. .

« Ce projet est extrêmement important pour RUAG, car c’est le seul moyen pour l’entreprise d’acquérir très tôt des connaissances approfondies sur le F-35 et de développer les capacités nécessaires. RUAG entend profiter de ce défi pour devenir un fournisseur régional dans le cadre de la solution de support européenne pour le F-35», peut-on lire dans le communiqué de presse.

Tests en Suisse

L’assemblage final et les tests de quatre avions seront effectués chez RUAG en Suisse, après une formation spécifique et avec le soutien technique de Lockheed Martin. Il ne s’agit pas d’un projet de production, mais d’un projet de transfert de technologie et de savoir-faire, précise encore le groupe qui appartient à la Confédération.

Une fois l’assemblage terminé, les avions seront transportés par avion vers le site de production du F-35 exploité par Leonardo à Cameri, en Italie, pour acceptation finale, écrit armasuisse.

500 millions

Après la conclusion du contrat entre les deux entreprises et l’approbation finale d’armasuisse, le projet sera inscrit au registre des questions compensatoires d’armasuisse. La valeur des activités de compensation directe de ce projet s’élève à près de 500 millions de francs suisses.

RUAG prévoit d’employer environ 100 personnes pour mettre en œuvre le projet. L’entreprise s’engage à faire venir 40% du personnel nécessaire de Suisse romande, précise armasuisse.

En outre, RUAG s’engage à créer de la valeur et à investir en Suisse romande jusqu’en 2034. Et ce, à hauteur de 20% de la valeur commerciale compensatoire du projet, soit environ 100 millions de francs.

Préoccupations

Ce dernier point avait créé des inquiétudes en Suisse romande. L’année dernière, tous les parlementaires fédéraux vaudois et fribourgeois ont adressé une lettre à la ministre de la Défense Viola Amherd pour plaider en faveur d’un rééquilibrage des emplois, afin que la base aérienne de Payerne trouve également un avantage. Le conseiller fédéral avait alors assuré que Payerne ne serait pas oublié.

Elle a également dû faire face aux inquiétudes soulevées par la question de la pollution sonore des F-35. Selon les analyses du Département de la Défense (DDPS), ces nuisances seront légèrement plus élevées qu’actuellement dans la région de Payerne, tandis que l’exposition au bruit ne changera pas, voire diminuera, à Emmen (LU) et Meiringen (BE), les deux autres zones aériennes. bases concernées.

De multiples controverses

La Suisse a acheté 36 avions F-35 à Lockheed Martin pour un montant de six milliards de francs. Leur livraison est prévue entre 2027 et 2030 et ils remplaceront la flotte actuelle de F/A-18 Hornet et de F-5 Tiger.

Ce choix crée de multiples polémiques depuis 2021. A gauche comme à droite, certaines voix ont déploré le choix d’un avion américain qui rendrait la Suisse dépendante technologiquement des Etats-Unis. D’autres ont critiqué les multiples retards et problèmes techniques constatés avec ce dispositif dans d’autres pays, annonçant de probables surcoûts.

Le comité directeur du Conseil national a également critiqué le fait que le DDPS et le Conseil fédéral n’aient pas pris en compte les aspects de politique étrangère dans leur décision. Le Conseil fédéral a alors rejeté ces critiques.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Envie de rester au courant de l’actualité ? La Tribune de Genève vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte mail. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Autres bulletins d’information

Ouvrir une session

ATS

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV deux Briochines bloquées pendant 9 heures à l’aéroport de Naples – .
NEXT voilà ce qui l’a surprise – .