La musique libre revient sur le devant de la scène

La musique libre revient sur le devant de la scène
La musique libre revient sur le devant de la scène

UNAller à Freemusic, c’est la promesse d’avoir « les pieds dans l’eau », selon la devise du festival. Cette année, la formule a pu se vérifier, non pas par la proximité du lac Baron-Desqueyroux, mais bel et bien à cause de la pluie, tête d’affiche du festival sur les deux jours.

Pour ses 24eédition, Disiz, Matmatah, Pierre de Maere et Hugo TSR étaient au programme…

UNAller à Freemusic, c’est la promesse d’avoir « les pieds dans l’eau », selon la devise du festival. Cette année, la formule a pu se vérifier, non pas par la proximité du lac Baron-Desqueyroux, mais bel et bien à cause de la pluie, tête d’affiche du festival sur les deux jours.

Pour ses 24e édition, Disiz, Matmatah, Pierre de Maere et Hugo TSR étaient au programme des deux jours du festival. Rap, rock, hip-hop, tout.

Pour Benjamin, accompagné de ses deux enfants, Tybalt, 16 ans, et Adélaïde, 14 ans, la raison de leur visite est simple : « Voir Hugo TSR. C’est leur premier festival. Nous sommes venus de Dordogne juste pour ce concert, donc nous sommes très contents. » Et pour la météo ? ” On s’en fiche. C’était l’occasion de passer un bon moment en famille et ça fait du bien de découvrir d’autres artistes aussi », s’exclame Benjamin. Pour Adélaïde, la soirée serait « encore plus belle » avec un autographe du rappeur parisien, « mais ça va être difficile », se résigne-t-elle avec un sourire timide.


Pierre de Maere était sur la grande scène vendredi soir.

ANNE LACAUD

Un festival à « taille humaine »

L’idée de Freemusic, créée en 2001 par Samuel Vincent, était « d’amener un événement culturel et musical en Haute-Saintonge pour rendre la musique accessible à tous », explique Carl Ceccarello, le directeur du festival. Pour lui, Freemusic est « un festival à taille humaine. Notre force, c’est aussi la mixité des publics que permettent notre programmation très éclectique et le cadre magnifique de Montendre. Le site a une capacité de 9 000 personnes au bord du lac avec un camping et, ce samedi, nous serons complets. »

Après trois annulations au cours des quatre dernières années (en 2020 et 2021, à cause du coronavirus, en 2022 à cause de la canicule NDLR), les organisateurs ont souhaité relancer l’événement. Ils proposent désormais deux scènes au lieu de trois.

De là à renoncer aux gros coups ? En 2012, Freemusic accueillait Snoop Dog et Orelsan le même soir, un impact exceptionnel pour le festival et la ville de Montendre : « C’était une opportunité que Samuel Vincent avait saisie. Nous n’interdisons rien mais ce n’est pas l’objectif premier de Freemusic », répond son directeur.


Freemusic propose deux scènes, le Temple pour les artistes émergents et le Feu pour ceux de renommée nationale et internationale.

ANNE LACAUD

L’ambiance du festival est géniale, c’est juste amusant

Pour ce groupe d’amis rochelais, Freemusic est toujours un rendez-vous important : « Nous venons depuis 2017, c’est toujours une bonne ambiance, très conviviale », explique l’une d’elles, reconnaissable aux paillettes qui recouvrent son visage. Pour un autre, l’idée de camper entre amis au cœur du site est un plus : « Le camping est à proximité, c’est super. Nous rencontrons aussi des gens formidables. L’ambiance du festival est géniale, c’est juste amusant. »

La sécurité est aussi là selon ces quadragénaires : « Voir tous les membres de la sécurité, des militaires et de la gendarmerie, c’est rassurant car on ne sait jamais. Cela permet de mieux en profiter. »

Cette année, Freemusic a accueilli plus de 15 000 visiteurs sur deux jours, une jolie clairière entre les gouttes de pluie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV présentation de la saison culturelle 2024 – 2025 – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné