L’étude des puits de gaz abandonnés en Colombie-Britannique suscite des réactions nuancées

L’étude des puits de gaz abandonnés en Colombie-Britannique suscite des réactions nuancées
L’étude des puits de gaz abandonnés en Colombie-Britannique suscite des réactions nuancées

La grande étude provinciale sur l’état des puits de gaz abandonnés en Colombie-Britannique conclut que moins de 1 % d’entre eux rejettent du méthane dans l’atmosphère, mais les spécialistes ne sont pas convaincus.

La British Columbia Power Authority a fait voler un hélicoptère entre 90 et 150 mètres au-dessus de 1 221 puits entre 2017 et 2023 pour pointer un laser afin de détecter les fuites de méthane.

Une fuite est détectée lorsque le laser envoie un signal plus faible au détecteur fixé à l’appareil.

Selon les résultats de l’étude publiés en mai, 25 puits présentaient des signes d’une potentielle fuite de méthane. Neuf autres sont toujours à l’étude.

Aaron Cahill, géoscientifique à Université Heriot-Watt au Royaume-Uni, qui a déjà travaillé avec les autorités, estime que cette méthode n’est pas infaillible, car elle peut passer à côté de ce qui se passe réellement sur le terrain.

Je sais ce que je vois au sol et j’ai du mal à croire qu’on puisse voir ça depuis un hélicoptèredit-il, ajoutant qu’il est sceptique quant à cette méthode de calcul.

Dans un e-mail, Lannea Parfitt, porte-parole de l’autorité, a écrit que survoler les puits aide son agence à les surveiller même s’ils sont situés dans des endroits difficiles d’accès ou éloignés.

Toutefois, d’autres spécialistes, notamment Mary Kang, chercheuse à l’Université McGill, estiment que le nombre de fuites serait bien plus élevé. Ils ont comparé les données obtenues par surveillance aérienne avec celles obtenues lors de la surveillance au sol.

Selon leur étude comparative, la surveillance aérienne n’aurait pas permis de détecter des fuites significatives. Aaron Cahill explique que les conditions météorologiques, la température ou encore les mouvements d’air provoqués par l’hélicoptère peuvent fausser les données collectées.

Lannea Parfitt ajoute que l’autorité effectue chaque année 4 500 inspections au sol de puits de gaz et de pétrole.

Avec les informations d’Isaac Phan Nay

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Annecy. Opération de remorquage délicate pour sortir un camion poubelle d’un mauvais pas – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné