Une plante résistante pour le jardin du futur

Une plante résistante pour le jardin du futur
Une plante résistante pour le jardin du futur

Genre Baptême, originaire de l’est de l’Amérique du Nord, s’étend de la Floride et du Texas au sud jusqu’à l’Ontario au nord. Il est cependant absent des provinces maritimes et du Québec.

Il existe environ 35 espèces de baptisias, avec des fleurs dans différentes nuances de violet, blanc et jaune. Ses fleurs en forme de pois sont serrées sur un épi généralement dressé, rappelant le lupin. C’est pour cette raison qu’on l’appelle parfois lupin indigo.

Avez-vous des questions pour le jardinier paresseux ? Écrivez-lui à [email protected]!

La plante pousse en touffe dense de tiges semi-ligneuses, poussant à partir de racines profondes, très solides et résistantes aux pires tempêtes. Le feuillage est souvent bleu-vert à trois folioles, bien que certaines espèces arborent des feuilles simples voire perfoliées.

Son nom baptême vient du mot grec Baptême, ce qui signifie teindre. En effet, plusieurs espèces ont été utilisées historiquement dans l’industrie de la teinture. Rien à voir avec le saint patron des Canadiens français, saint Jean-Baptiste…

Baptistie du Sud (B.australis) est le plus courant. (Assianir)

Longue vie et beauté toute l’année

Le baptisia est une plante idéale pour les jardiniers à la recherche d’une alternative peu exigeante au lupin vivace (Lupin x regalis), notamment dans les régions où ces derniers ont du mal à survivre. Les fleurs du baptisia, bien que moins denses que celles du lupin hybride, sont de forme similaire et offrent un spectacle charmant.

Contrairement au lupin, qui est éphémère et sensible aux insectes et aux étés chauds, le baptisia peut vivre plus de 60 ans. Il est rarement affecté par les maladies et tolère bien les variations de température.

Même sans fleurs, le baptisia reste séduisant, avec son aspect arbustif, son feuillage bleuté et ses jolies capsules noires. Après la floraison au début de l’été, la plante prend un port évasé et symétrique, avec un feuillage bleu-gris créant un bel effet.

Les gousses, passant du vert au noir, ajoutent un joli contraste. Ces gousses sèches produisent une jolie fioriture au vent, pour ajouter une dimension sonore à la plante.

Les gousses de la baptisia. (Denis Prévôt)

Si facile à cultiver

Le baptisia préfère le plein soleil, mais tolère également la mi-ombre. En tant que légumineuse, elle vit en symbiose avec des bactéries bénéfiques qui fixent l’azote de l’air, lui permettant ainsi de prospérer même dans les sols pauvres.

De ce fait, la baptisia nourrit la terre si ses feuilles et ses tiges se décomposent dans le jardin. Il tolère une grande variété de conditions de sol, à condition qu’il soit bien drainé.

Une fois établie, la baptisia résiste à la sécheresse. Il préfère les sols acides, mais peut tolérer les sols légèrement alcalins. Il ne souffre pas de problèmes majeurs liés aux insectes, aux mammifères ou aux maladies, bien que le campagnol puisse endommager les jeunes plantes en hiver.

Pour les protéger, utilisez du grillage ou des répulsifs naturels comme de la farine de sang ou du fumier de poulet.

Baptésie jaune (B. sphaérocarpa) (Katja Schulz)

Espèces et hybrides

Parmi les espèces de baptisia, la baptisia méridionale (B.australis) est la plus répandue, appréciée pour son feuillage trifolié bleu-vert, ses épis floraux bleu-violet et ses gousses noires. Il existe également des variétés naines comme B. australis mineur et des espèces à fleurs blanches comme le baptisia blanc (b. Alba). Baptistie jaune (B. sphaérocarpa), avec ses fleurs jaune vif, est une autre espèce remarquable.

La plupart des espèces sont rustiques dans les zones 2 à 4 et peuvent embellir les jardins partout au Québec. Leur taille varie, oscillant entre 90 et 120 cm de hauteur et 90 à 150 cm de largeur.

Si la disponibilité des pépinières fait défaut, vous pouvez toujours démarrer vos baptisias par graines ; à l’intérieur en avril, à l’extérieur en mai. Ils peuvent également être semés à l’automne pour germer au printemps.

Il est préférable de faire tremper les graines 24 heures dans de l’eau tiède et de les limer pour permettre à l’eau de pénétrer dans l’endocarpe qui les protège. Les baptias sont très lents à s’établir, mais ont une longue durée de vie.

Le baptisia est robuste, peu exigeant et durable, avec une remarquable capacité d’adaptation aux différentes conditions climatiques et pédologiques. C’est une plante que nous pouvons utiliser pour assurer l’avenir de nos jardins en ces temps de changement climatique.

Son absence dans nos cours est un peu mystérieuse, car ses nombreux attraits lui valent un espace plus vaste et plus visible que les bancs parfois peu esthétiques du tarmac urbain.

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Vous avez des questions pour le jardinier paresseux ? Envoyez-les par email à [email protected].

Un ficus en mauvais état… (Pierrette Defoy)

Q J’ai acheté un ficus il y a un mois et il perd ses feuilles et les pointes brunissent. Avez-vous des idées sur ce qui pourrait causer cette situation ?

—Pierrette Defoy

R. Comme pour la majorité des problèmes liés aux plantes d’intérieur, ou aux plantes en général, leurs causes peuvent être multiples. Dans le cas de votre figuier lyre (Ficus lyrata), je soupçonne un problème d’arrosage.

Sous-arroser vos plantes d’intérieur peut faire brunir le bout des feuilles, surtout si cela se produit fréquemment. Lorsque l’air est très sec, comme c’est souvent le cas dans nos maisons en hiver, le problème s’aggrave encore.

Il n’est pas préférable de trop arroser ou de laisser votre figuier dans une eau stagnante. En effet, cela peut provoquer la pourriture des racines qui, incapables d’absorber l’eau, ne pourront pas la transporter jusqu’aux feuilles. Les symptômes sont les mêmes !

Un humidificateur est utile pour augmenter l’humidité atmosphérique, surtout en hiver. Vous pouvez également déplacer votre figuier dans un endroit chaud et humide, comme une salle de bain, s’il y a suffisamment de lumière, bien sûr.

Le figuier lyre préfère les conditions de lumière vive et indirecte. Placez-le près d’une fenêtre où il recevra beaucoup de lumière filtrée. Cependant, protégez la plante des rayons directs du soleil, en particulier pendant les heures les plus chaudes de la journée, pour éviter d’endommager les feuilles. Bien qu’il tolère des conditions de luminosité plus faibles, sa croissance serait réduite.

Puisque vous venez de recevoir votre figuier, une autre explication serait simplement le choc du déménagement. Certaines plantes n’aiment pas être dérangées ni soumises aux variations de température ou aux courants d’air. Pour cette raison, il est préférable de les placer loin des portes.

Enfin, faites une petite conversation avec lui de temps en temps. Ça ne peut pas faire de mal !

INTERVIEW DE LA SEMAINE

  • Arrosez la base de vos plantes, pas les feuilles, car les maladies foliaires se développent dans des conditions humides.
  • Il est préférable d’arroser lentement et profondément une fois par semaine plutôt que peu profondément chaque jour.
  • Le désherbage peut endommager les racines des plantes et la vie du sol. Coupez les feuilles de mauvaises herbes à leur base pour les user ou arrachez la plante entière avec son système racinaire.
  • Les légumes comme les radis et la laitue montent en graines et deviennent amers par temps chaud. Semez-les à nouveau pour une autre récolte.
  • Certaines herbes comme l’aneth et la coriandre sont envahissantes. Retirez les fleurs fanées pour les contrôler ou laissez-les pour des récoltes spontanées.

VOTRE CALENDRIER HORTICOLE

Pour ajouter à notre calendrier de publication vos activités horticoles offertes dans la grande région de Québec et les environs, écrivez-nous à [email protected].

Visite d’un jardin privé à Saint-Georges

La Société d’horticulture et d’écologie de Beauceville offrira une visite du jardin privé de Caroline Dupuis à Saint-Georges, le dimanche 30 juin 2024, de 13h30 à 15h30 Les pivoines seront à l’honneur, c’est promis. Prix ​​: 10 $ par personne. Infos : par email à [email protected]

Fleurs et bonsaïs dans Lanaudière

La Société d’horticulture du Québec organisera un voyage intitulé « Fleurs et bonsaï de Lanaudière » le mardi 16 juillet 2024. Au programme : visites de l’église et du magasin de l’Abbaye Val Notre-Dame, des Jardins Arômes & Saveurs, Bonsaï Gros-Bec. Tarifs : 243 $ pour les membres, 253 $ pour les non-membres. Le transport en autocar, au départ de Québec, comprend le dîner. Réservation requise : Roch Poulin au 418 686-0135, [email protected]. Infos : shq-jardinage.com/voyages

Visite des jardins du Centre-du-Québec et de l’Estrie

La Société Horticole du Québec organisera un voyage fleuri le mercredi 14 août 2024. Au programme : une visite guidée du Parc Marie-Victorin à Kingsey Falls ainsi qu’une visite guidée des Jardins Vivaces de Fernand à East Angus. Tarifs : 219 $ pour les membres, 229 $ pour les non-membres. Le transport en autocar, au départ de Québec, comprend le dîner. Réservation requise : Roch Poulin au 418 686-0135, [email protected]. Infos : shq-jardinage.com/voyages

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Gruissan-Nîmes, la dernière chance de victoire pour les sprinteurs – .
NEXT Le Bouillon du Coq de Thierry Marx a ouvert ses portes à Saint-Ouen – .