MAXENCE ALLOTO : ANATOMIE D’UNE TROMPETTE

MAXENCE ALLOTO : ANATOMIE D’UNE TROMPETTE
MAXENCE ALLOTO : ANATOMIE D’UNE TROMPETTE

Publié le 21 juin 2024

Alors que la plupart des parasites, comme les puces, ne vivent généralement que quelques semaines en sautant d’un hôte à un autre, il existe un spécimen grenoblois qui a survécu plus de 15 ans dans le microcosme politique grenoblois, passant d’un hôte à l’autre. une position politique à une autre.

Source : Eric Piolle La Caricature

ÉLU UMP À MEYLAN

En 2008, Maxence Alloto est élu conseiller municipal de Meylan sur la liste de Marie-Christine Tardy (UMP). 26ème de la liste, il est le dernier des élus de la majorité à intégrer le conseil mais qu’importe : le ver est désormais dans le fruit. Et depuis longtemps : il n’a que 18 ans. Lui-même membre du parti de Nicolas Sarkozy, il se révèle alors un militant zélé de la droite.

2012 : DE LA DROITE AU « CENTRE-GAUCHE »

Fin 2012, à deux ans des élections municipales à Meylan, l’heure est au déménagement pour le jeune pressé. Il décide de quitter la majorité et de passer de la droite au « centre-gauche », expliquant au Dauphiné (10/04/2012) qu’il veut désormais «dépasser le clivage gauche-droite« . Il déclare sa flamme à… Geneviève Fioraso, alors Ministre et élue députée PS de circonscription : «c’est un peu grâce à elle que mon engagement a glissé vers le centre gauche« . Comprenez : il se met dans son giron dans l’espoir de lui succéder. Le DL note que «Maxence Alloto caresse un rêve, celui de « devenir un jour député européen ».

DE MEYLAN À GRENOBLE…

En 2012, il nomme donc le nouveau groupe d’élus qu’il forme au conseil municipal de Meylan.La société civile et le Parti radical de gauche»… Mais il l’abandonne vite : vite, il passe de Meylan à Grenoble et se retrouve sur la liste de Jérôme Safar, candidat PS, 1er adjoint du maire sortant Michel Destot, comme garant du Parti radical de gauche (le petit parti qui il a adhéré pour donner corps à son nouvel engagement « centre-gauche »…).

A l’époque, la cravate était de mise pour le jeune apparatchik socialiste.

…ET DU PRG AU PARTI SOCIALISTE

Malheureusement pour lui, il apparaît très loin des places éligibles. Alloto n’a donc pas été élu en 2014 mais qu’importe : l’ambitieux invertébré continue son chemin. Il devient attaché parlementaire du adjoint au maire Michel Destot… et quitte ainsi le « centre-gauche » pour la gauche : il passe du PRG au Parti socialiste. En 2015, il est élu secrétaire de la section PS Grenoble-Malherbe. Il remercie ceux qui l’ont élu en ces termes : «la relance de notre section accompagnera plus largement la relance du parti socialiste à Grenoble, et permettra ainsi à notre mouvement de reconquérir notre belle ville de Grenoble« .

PREMIER CONTRE L’ALLIANCE AU 1ER TOUR AVEC PIOLLE…

En 2018, Alloto devient ensuite co-secrétaire de la section PS Grenoble. A l’approche des élections municipales de 2020, il défend d’abord l’indépendance du parti socialiste vis-à-vis des Verts/LFI de la commune sortante. En 2019, il s’exprimait à la suite d’une réunion PS pour expliquer que «on ne peut pas s’allier au premier tour avec Éric Piolle« . A noter que celui qui vient de droite, celui-là même qui réclamait le dépassement du clivage droite-gauche, redouble alors d’efforts pour fustiger Olivier Noblecourt, socialiste qu’il juge trop proche de la Macronie.

… AVANT DE VENDRE LE PS POUR UNE PLACE

Comme d’habitude avec lui, la posture ne durera pas longtemps. Le refus de l’alliance du premier tour avec les Verts/LFI n’a pas duré longtemps : avec Marie-Jo Salat et Anouche Agobian, deux autres PS, il s’associe à Eric Piolle en novembre 2019.Il nous a donné des promesses» justifie Alloto. Comprenez : il nous garantit des postes… et évidemment les compensations qui vont avec. “Cela fait longtemps que je réclame un rendez-vous avec Éric Piolle” ose-t-il encore l’affirmer : nous n’avons pas tous la même notion du temps long… La soupe est si bonne qu’elle fracture le PS grenoblois et ses convictions.

Le prix d’achat des « convictions » : un poste d’assistant.

ASSISTANTE COMMERCIALE PENDANT 3 ANS

L’amour dure trois ans», titrait Frédéric Beigbeder. L’idylle d’Alloto et Piolle durera de 2020 à 2023. Il hérite du poste d’adjoint en charge du commerce. De son palmarès, il n’y a pas grand-chose à retenir : la lente agonie des commerçants grenoblois se poursuit, et il fait preuve de la même incompétence que ses nouveaux amis rouges/verts. Sa seule grande idée : une proposition de municipalisation des locaux commerciaux vides du cours Berriat… Le social le démocrate l’aura vite fait. s’est converti à la cause de ses collègues collectivistes.

EN 2023, L’EXCLUSION DE LA MAJORITÉ…

Début 2023, pour avoir osé tousser au moment du vote de la hausse astronomique des impôts (tout en votant encore pour cette hausse…), Alloto est exclu de la majorité municipale avec 6 autres élus. Avec Hakim Sabri, Barbara Schuman, Pascal Clouaire, Amel Zenati, Laure Masson, Anouche Agobian, ils forment alors un nouveau groupe d’opposition. Du conseil municipal suivant, l’ancien adjoint au commerce a tiré des points très forts en comparant son ancien patron Eric Piolle à Jérome Cahuzac. De l’élu zélé de la majorité à l’opposant le plus violent, il n’y a qu’un pas quand on n’a pas de colonne vertébrale.

…PUIS LE SPLIT AVEC LES EXCLUSIVITÉS

Le nouveau club des 7 ne fera pas long feu : début 2024, Alloto (suivi d’Agobian et Schuman) rompt avec les 4 autres pour former son propre groupe d’élus. Une scission dans la scission. A cette occasion il n’a pas de mots assez durs pour Pascal Clouaire, l’autre leader des exclus : il voit en lui un « ego surdimensionné », reproche à ses ex-amis « penser à leur destin personnel » et de mener des actions de pure « homme politique « . Nous voyons généralement nos propres défauts chez les autres…

ENQUÊTES FAVORABLES : ORIENTATION « LIEU PUBLIC »

Cette nouvelle trahison d’Alloto ne doit évidemment rien aux convictions. Le petit homme politique s’est contenté de lire les sondages, a constaté une certaine dynamique du candidat PS-Place Publique Raphaël Glucksmann et a sauté sur l’occasion. Alors qu’il avait demandé sa réintégration au PS (dont il avait été exclu en rejoignant Piolle), il a rejoint le parti du candidat aux élections européennes. Il nomme par la même occasion son groupe d’élus «Place publique social-démocrate», au cas où ce ne serait pas assez clair, il revendique le score de Glucksmann (ce qui n’a évidemment rien à voir avec le pauvre Alloto).

Source: SaccageGrenoble

ET MAINTENANT, PRÊT À RETOURNER AVEC LES PIOLLISTES

Nous voici donc en juin 2024, les élections européennes sont passées, et Alloto a accordé hier une interview au Dauphiné Libéré. Concernant les élections municipales, il explique tranquillement vouloir construire un «grand rassemblement social-démocrate et écologiste“voir”diverses gauches s’unissent et gouvernent« . Comprendre : une nouvelle alliance avec les Verts/LFI. La boucle est bouclée : Alloto recommence à déconner avec les Piollistes pour s’assurer une nouvelle place après les élections municipales dans deux ans. Il nous fait un copier-coller de son coup d’Etat de 2019.

QUI PEUT CROIRE AUX LEÇONS D’ALLOTO ?

Il ajoute que ceci «vrai collectif” doit “placer les valeurs de probité et d’éthique au cœur des combats. Il est temps de construire un rassemblement contre notre plus grand ennemi : Alain Carignon« . Chacun pourra juger, en fonction de son parcours, dans quelle mesure Alloto est crédible lorsqu’il parle de probité et d’éthique. Reste qu’il dit clairement les choses : la seule alternative à la municipalité sortante, la seule qui effraie les partisans de la médiocrité et de l’immobilité, c’est Alain Carignon. Cela a le mérite de la clarté.

L’ÉTHIQUE A SES LIMITES : L’ÉLECTORALISME

Il invoque d’ailleurs une seconde fois l’éthique dans son entretien : pour expliquer qu’il sera «derrière» de la campagne d’Elisa Martin dans la 3ème circonscription. Il ne condamne cependant pas cette candidature du député LFI sortant entouré d’entreprises : «cela fait partie de l’accord global« . Comprenez : il ne va pas non plus trop s’aliéner en critiquant ses ex et aussi les futurs amis électoraux de LFI. L’éthique a ses limites : celles de l’électoralisme qui permet de gaspiller.

La nouvelle posture d’Alloto fraîchement saluée dans les commentaires du Dauphiné…

THIERRY ALDEGUER : « RECEVOIR LES LEÇONS DE M. ALLOTO EST GOÛTEUX”

Il va sans dire que le président du groupe d’opposition, Alain Carignon, n’a pas pris la peine de répondre. Si Alloto considère celui qui porte l’alternance à Grenoble comme son «le plus grand ennemi», ça ne marche que dans un sens car ça ne représente personne et n’a décidément rien de « génial ». Thierry Aldeguer, avocat et représentant du collectif de la société civile, a donné une réponse succincte : «recevoir des cours d’éthique de M. Alloto est savoureux. Contrairement à lui, Alain Carignon n’a pas d’ennemis. Il ne joue pas à la guerre. (…) PASNous nous concentrons sur des réponses concrètes à l’échelle grenobloise. C’est ainsi que nous sommes utiles à la reconstruction de la démocratie« .

LONGÉVITÉ INVERSEMENT PROPORTIONNELLE À L’UTILITÉ

Maxence Alloto n’a que 36 ans. Mais comme sa veste, qu’il a retournée à maintes reprises, comme le suggère la chanson, il est déjà usé. En 2012, au moment de quitter la majorité de Meylan, il expliquait au Dauphiné : «ce qui est essentiel, c’est d’avoir un travail et de faire de la politique par passion. Quand vous êtes dépendant de la politique, vous faites des choix électoraux et vous vous accrochez à votre mandat parce que vous n’avez rien d’autre pour gagner votre vie…« . Dommage qu’il n’ait pas appliqué ses leçons à lui-même.

Si les compensations de ses mandats lui permettent de vivre, alors qu’il n’a fait que des choix électoraux, force est de constater qu’il continuera encore longtemps ainsi. Maxence Alloto va poursuivre ses contorsions et continuer d’exister en retrait dans le paysage politique grenoblois… sans jamais réaliser quoi que ce soit de significatif pour Grenoble qui le fasse rester positivement dans la mémoire des Grenoblois.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Beryl est aux portes du Québec – .
NEXT Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.