l’acteur Nicolas Maury dans un carrosse d’émotions

l’acteur Nicolas Maury dans un carrosse d’émotions
l’acteur Nicolas Maury dans un carrosse d’émotions

Nicolas Maury, originaire de Saint-Yrieix-la-Perche en Haute-Vienne, se livre dans un nouveau documentaire de Didier Varrod. L’acteur/chanteur et le réalisateur se retrouvent à Paris – Limoges pour un entretien intimiste. Une invitation au voyage dans un univers personnel et sensible.

Ceux qui aiment ça prendront le train», tel est le sous-titre de ce nouveau documentaire consacré à Nicolas Maury. Une belle référence au film de Patrice Chéreau, »Ceux qui m’aiment prendront le train», tourné en partie à Limoges. C’est dans ce long métrage que Nicolas Maury fait ses tous premiers pas d’acteur, en 1998.

Dans ce wagon qui le ramène aujourd’hui dans son pays natal, Nicolas Maury se confie à Didier Varrod. Les paysages défilent par la fenêtre de l’Intercité, tout comme défilent les émotions liées à un parcours aux multiples facettes.

Durant toutes ces années, le natif de Saint-Yrieix-la-Perche a consolidé sa carrière d’acteur, notamment dans la série “Dix pour-cents”puis s’essaye à la réalisation avec un premier film »Garçon de chiffon« . Grâce à « La porcelaine de Limoges», ajoute-t-il, en 2023, une corde sensible à son arc : le chant.

A Saint-Yrieix-la-Perche, il y a du kaolin, l’argile la plus résistante qui soit et qui donne un objet si fin, la procelaine

Nicolas Maury

“Ceux qui l’aiment prendront le train”

Lyrique, sauvage, audacieux, libre, inspirant, créatif, introverti, les adjectifs que lui donnent ses proches sont sans équivoque : cette fragilité de la porcelaine, Nicolas Maury la porte en lui. A 13 ans, il était fan de Vanessa Paradis. “Elle était détestée à l’époque, donc j’étais détesté aussi», confie-t-il, “elle était courageuse et fragile, je me sentais comme elle

En 2023, aux Francofolies de La Rochelle, il termine son concert avec «quoi» de Jane Birkin, quelques jours avant la disparition de la chanteuse. Une fragilité supplémentaire.




durée de la vidéo : 00h03mn02s

« Entre nostalgie des racines qui se dessinent, et envie de s’aventurer dans des chansons pour vivre une renaissance, Nicolas Maury se révèle sans fard, avec une sincérité émouvante. »


©Morgane Production / réel : Didier Varrot

Alors, on comprend que proposer la chanson n’est pas une lubie pour Nicolas Maury.« Chanter, ce n’est pas jouer le chanteur, c’est aller jusqu’aux os de l’âme » il a dit, c’est trouver la force de réaliser le rêve de sortir de soi.

Je peux aller loin en abandon avec un appareil photo, dans la vraie vie je ne peux pas flirter« . Une retenue personnelle, et pourtant il constate que, «c’est beau de se retrouver encore sur un boulevard, et d’avoir peur, la boule au ventre, même si c’est quand même compliqué de se tenir la main entre deux hommes à Paris, de s’embrasser encore plus. Je le fais, mais parfois par courage, je le fais pour me provoquer.


“Nicolas Maury, ceux qui l’aiment prendront le train”, un documentaire de Didier Varrod, sincère et émouvant.

© Morgane Production

Dans le train, dans ce wagon intimiste, un autre Néo-Aquitain puisque Didier Varrod est né à Pau. Il a été le collaborateur de Jean-Louis Foulquier et depuis 2019, il est directeur musical des antennes de Radio France.

Et ce n’est pas un hasard si le réalisateur de ce documentaire a choisi le voyage et le retour aux sources pour nous parler de Nicolas Maury : «Dans les années 2020, on observe (…) que les chanteurs français sont de plus en plus convaincus qu’on ne peut pas échapper à ses origines (…). De Clara Luciani à Marseille, à Julien Doré dans le Gard, en passant par Benjamin Biolay vivant désormais entre Sète et Paris… Les exemples se multiplient, soit d’une forte revendication de son lieu de naissance, soit par la volonté de rester attaché à cette identité de racines.« .

C’est donc presque naturellement que lorsque Nicolas Maury arrive à la gare des Bénédictins, on imagine le sourire pudique de l’enfant qui rentre chez lui. Didier Varrod a emmené l’artiste là où il voulait aller et peut-être rester un peu. Mais il y aura le retour, vers Paris : «Ranger dans une vitrine, le sombre destin d’un slip, vous rêvez d’une vie de citadin. Pays des madeleines, des châtaignes, des pommes d’or, j‘laisse-toi, je dois monter sur scène“(word of “Porcelaine de Limoges”)

A co-production Morgane Production / Les Francofolies de La Rochelle

Avec la participation de France Télévisions

Un film de Didier Varrod

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Quelle météo prévoir pour Tarbes et ses environs le dimanche 14 juillet 2024 ? – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné