Nîmes brille, festival de rencontres avec le monde de l’illustration

Nîmes brille, festival de rencontres avec le monde de l’illustration
Nîmes brille, festival de rencontres avec le monde de l’illustration

Une balade dans la ville de Nîmes, pour découvrir les multiples visages de l’illustration.

« Revenir à l’essentiel et promouvoir l’illustration sous toutes ses formes et tous ses supports »c’est l’ambition que se sont données Margot Arrault et Sarah Dubois, avec la quatrième édition du festival Nîmes s’illustre qui vient d’ouvrir ses portes et se poursuit jusqu’au 7 juillet, avec quatre expositions pour la première fois entièrement gratuites.

Un banquet pour déguster l’illustration

L’illustration s’invite à table avec un banquet ! Le célèbre festival de Nîmes invite le chef sétois Micky Backam et l’illustratrice Eva Roelofs pour un banquet estival haut en couleurs. Une expérience culturelle et artistique. Dimanche 23 juin, 13h à l’Hôtel Dieu, 25 rue Jean-Reboul. 25 €, 35 € tarif solidaire.

A l’image des visages de Pierre Jeanneau qui illustrent les affiches, les propositions prennent plusieurs directions différentes, toutes réunies par un soin minutieux des tentures. Le Carré d’art accueille l’exposition « Énergies désespoirs », présentée pour la première fois au 104 à Paris. Le projet a été conçu par les architectes d’Encoreheureux, commissaires du pavillon français à la Biennale d’architecture de Venise en 2018. Avec l’illustratrice Bonnefrite, qui a travaillé à partir de données factuelles de l’Anthropocène, ils évoquent la crise climatique.

Promenez-vous dans un paysage contemporain

Sur des supports en bois, dos à dos, se trouvent deux images, l’une en noir et blanc évoquant la catastrophe actuelle, l’autre en couleur préfère les initiatives, créant un paysage contemporain. Avec une ligne immédiate, entre caricature, affiche et slogan de manifestation, se heurtent la disparition des bocages, l’artificialisation des sols, la fonte des sols gelés et l’épanouissement des microforêts, la préservation des semences paysannes ou le développement des monnaies locales. .

Changement d’ambiance avec le projet « Flora & Fauna » de la dessinatrice suédoise Emelie Östergren, au café La Serre du centre Pablo-Neruda. L’exposition est née d’une rencontre avec la maison d’édition Hoochie Coochie, puis d’un coup de cœur pour l’univers très particulier de l’artiste, coloré et plein de finesse. Pour le festival, elle présente une série de planches originales foisonnantes et sensibles. « J’ai imaginé une sorte de conte de fées, avec un enfant triste et insatisfait, qui va aller dans la forêt. Nous ne savons pas si c’est la réalité ou un rêve. », explique l’artiste. Sur “cette lutte”il va rencontrer des gens et plonger en lui-même, se découvrir.

Le goût du flou du duo Alexis Jamet et Manon Cozaro.

A l’Hôtel-Dieu, qui devient le QG du festival au fur et à mesure des projets, Nîmes se démarque et accueille le duo Alexis Jamet et Manon Cezaro pour une exposition riche et parfois déroutante, mais à l’image finalement du travail de ce duo hyperactif, qui multiplie les projets, les résidences. , commandes… La diversité que défend le festival se résume à cette exposition « Touche à touch ». Chaque projet semble un nouveau départ, avec un goût pour le flou de l’aérographe et surtout pour les objets, qui racontent parfois mieux des identités que des visages.

« Campagne ! », affiches des illustrateurs des Agents Associés.

La marche se termine par la « Campagne ! » projet. Le festival avait prévu de reprendre les panels électoraux après les élections européennes pour des expositions en plein air. La dissolution a changé la donne. Mais les affiches créées suite à l’appel à projets des Agents associés ont finalement trouvé place sur les grilles de l’École des Beaux-Arts, dans la cour de l’Hôtel-Dieu et au Spot. Une quinzaine d’artistes ont réalisé des affiches politiques, mais pas politiques. Chacun avec sa pâte graphique et son univers délivre son message personnel, une invitation à la tolérance, à la procrastination, à la pensée positive ou… le lâcher d’un crocodile au Jardin de la Fontaine !

Until June 7. Tuesday to Sunday, 10 a.m. to 7 p.m. “Touche à touch” at the Hôtel Dieu, 25 rue Jean-Reboul; “Flora & Fauna” at Café La Serre, Pablo-Neruda center; “Energies Despairs” at Carré d’art, place de la Maison Carrée; “Faire Campagne!”, at the Spot, 8 rue Enclos-Rey, gates of the School of Fine Arts, rue du Chapter and Hôtel Dieu. Detailed program on the nimessillustre.fr website

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La crise des droits TV de la Ligue 1 pas encore résolue – France – Droits TV – .
NEXT A Nantes, un mineur de 13 ans de nouveau interpellé pour extorsion aggravée