«Nous avons fait quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant au Canada»

«Nous avons fait quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant au Canada»
«Nous avons fait quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant au Canada»

C’était en effet la première fois, au Canada, qu’un EuroFighter Typhoon britannique, du moins le modèle de démonstration, volait, et ce, avec des avions utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale. Le ciel a ainsi été partagé, pendant quelques minutes, entre le MK XVI Spitfire de Dave Hadfield, un Hawker Hurricane, un P-51 Mustang et l’actuel jouet de défense aérienne européenne.

« En vol, cela demandait beaucoup de travail de coordination. Des appareils avec des plages de vitesse si différentes, cela représente tout un défi de les lier. Ceci dit, même si c’était la toute première fois que nous volions ensemble, tout s’est bien passé. Nous avons pu nous présenter dans différentes formations aériennes. Je pense que notre répétition est de bon augure pour la représentation de demain », a déclaré la principale personne impliquée.

Au-delà de l’aspect technique en plein vol, M. Hadfield a expliqué qu’un énorme travail mécanique avait été nécessaire en amont pour permettre de réaliser un tel scénario. « Nous parlons d’avions de la Seconde Guerre mondiale. Ils ont pas mal expérimenté ces machines. Nous devons avant tout beaucoup de gratitude au collectionneur privé Michael Potter pour l’incroyable entretien de sa flotte vintage. Il y a beaucoup de travail mécanique derrière la conservation de ces machines.

Dave Hadfield a grandi dans une famille où l’aviation et l’agriculture étaient des exemples de possibilités. C’est finalement vers l’aviation qu’il se tourne. Aujourd’hui, il ne regrette pas son choix. (Tom Core/Le Quotidien)

Le Spitfire, un rêve d’enfant

Depuis sa petite enfance, Dave Hadfield, en grande partie parce que son père était pilote professionnel, avait une passion pour l’aviation. Dès son adolescence, sa passion s’oriente vers les avions de chasse de la Seconde Guerre mondiale. « J’avais plusieurs dizaines de modèles d’avions dans ma chambre. Le Spitfire en faisait évidemment partie. Je n’aurais jamais pensé pouvoir en conduire un un jour. Après vingt ans de dévouement au sein du Ailes d’époque du Canada, l’opportunité m’a été offerte. Je l’ai attrapé”, a-t-il suggéré.

Pour M. Hadfield, des événements comme le Spectacle aérien international de Bagotville sont essentiels, voire nécessaires. Ils ont plus que jamais leur raison d’être face à la situation mondiale. « Il est important que les communautés proches des bases militaires puissent comprendre le travail qui y est effectué. Derrière l’aspect acrobatique et spectaculaire que l’on retrouve chez les pilotes dans ce type d’épreuve, se cachent un ensemble de métiers tous plus importants les uns que les autres qui contribuent au bon fonctionnement de nos services de défense. », a-t-il souligné.

L’éducation, au regard de notre histoire, demeure un des domaines de la société où il reste beaucoup de travail à faire, a souligné le frère du célèbre astronaute canadien. « Lorsque les jeunes parcourent le système scolaire, que ce soit au Québec ou ailleurs au Canada, il n’y a pas assez de temps consacré à l’histoire, notamment celle de la défense. En fait, ce n’est généralement pas très concret en classe. Avec notre équipe à Gatineau, depuis le Ailes Vintage existent, il y a tout un tas d’opportunités que nous offrons aux jeunes de voir la réalité des pilotes sur le terrain. A l’époque, dans les premières années de notre collectif, de nombreux adolescents venaient visiter les installations. Ces dernières années, j’en ai rencontré plusieurs qui ont pris le chemin de l’aviation. Cela montre simplement qu’apporter un peu de concret ne peut pas faire de mal.

Laisser un héritage positif aux générations futures

Tout comme son frère Chris, qui a marqué des générations de Canadiens par son implication comme astronaute à la NASA, Dave Hadfield souhaite transmettre aux générations futures l’amour de sa discipline de prédilection, le pilotage. « Nous parlons souvent de Chris et de tout ce qu’il a accompli, mais nous oublions souvent les innombrables heures qu’il a dû consacrer pour que tout cela se concrétise. Je n’ai jamais vu quelqu’un brûler aussi fort que lui. J’essaie à ma manière d’apporter cette même énergie lorsque je vole ou lorsque je parle d’aviation. L’idée est d’inspirer les générations futures », a-t-il admis.

De toute la flotte d’avions qui sera présentée au public lors du week-end du SAIB, Dave Hadfield a confirmé que son favori reste le Spitfire. « Il y a diverses machines qui voleront à la fin de la semaine. Il existe de nombreuses belles machines, avec beaucoup de puissance et de nombreux gadgets modernes. C’est peut-être un peu démodé, mais pour moi, le Spitfire reste mon préféré. Cet avion a une histoire si riche. J’espère que les gens viendront le voir voler en grand nombre », a-t-il conclu.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Si le besoin en eau est unanime, l’emplacement des réservoirs hivernaux divise – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné