La Rochelle dérape, Toulouse file en finale

La Rochelle dérape, Toulouse file en finale
La Rochelle dérape, Toulouse file en finale

Courageux, voire dominateurs par moments, et plus qu’en tête à la pause (ils menaient 15-20), les Maritimes ont perdu le fil du match en même temps que leurs piliers Uini Atonio et Reda Wardi, sanctionnés de deux cartons rouges. .

Deux tournants que les hommes de Ronan O’Gara n’ont pas su digérer. Ils ont fini sans essence dans le réservoir, le regard perdu. Pour la cinquième fois, la scène se répète. Pour la cinquième fois depuis 2019, le Stade Toulousain lui barre la route vers un premier Bouclier de Brennus.

La rédaction vous conseille

“Nous allons faire notre maximum, et notre maximum est capable de battre Toulouse”, a prévenu l’entraîneur irlandais du Stade Rochelais en conférence de presse.

Ses joueurs ont longtemps été d’accord avec lui, car ils ont contrecarré les plans toulousains, notamment dans le jeu au sol. Malgré l’ouverture rapide du score de Thomas Ramos (3-0, 3e), les Jaune et Noir ont mis la pression sur les rucks, récupérant un penalty rapidement réalisé par le talonneur Tolu Latu derrière un ballon dominant porté (3-7, 12e).

Après un penalty d’Antoine Hastoy (3-10, 19e), Rémi Piquette a manqué l’accueil du limogeage et a exposé son équipe au danger dans le Haut-Garonne. Jack Nowell, coupable d’une faute cynique devant sa ligne, a écopé d’un carton jaune (22e). Immédiatement sanctionné par Blair Kinghorn, du côté fermé (10-10, 24e).

Deux cartons rouges qui changent tout

Toujours en infériorité numérique, les Rochelais ont continué à résister aux attaques toulousaines, et l’autre ailier, Mallia, a aplati en bout de ligne (15-10, 31e).

Mais, diablement efficace, à l’image de sa prestation prometteuse à Toulon en barrages (29-34) la semaine dernière, le Stade Rochelais a rapidement repris l’avantage. Hastoy a ajouté trois points suite à une faute de Roumat (13-15, 35e). Puis, derrière un nouveau ballon porté, le capitaine Alldritt a redonné le sourire à l’équipe rochelaise, située juste devant lui (15-20, 40e).

Indiscipliné, Toulouse débute même la seconde période à quatorze hommes, sans Jack Willis. L’espoir fut bref. Auteur d’un plaquage d’épaule vers la tête de Thibaud Flament, Uini Atonio a été expulsé (43e).e). Malgré un essai refusé pour une passe en avant, le Stade Toulousain reprenait l’avantage grâce à Mallia dans le corner (20-22, 48e).

Et comme s’il n’y avait pas eu assez de coups comme ça, Brice Dulin a immédiatement vu son coup de pied être bloqué par Santiago Chocobares, qui est allé marquer l’essai du break sous les poteaux (29-20, 52).e).

Malgré la fatigue, le Stade Rochelais continue de régner dans les rucks, ne donnant aucune solution à Toulouse (16 penaltys) et touche une improbable remontée, avec une mêlée à 5 m du but adverse à négocier (61).e). Mais les Rouge et Noir l’ont mis à terre et, chambré par Julien Marchand, Reda Wardi a implosé, lui adressant un coup de tête qui lui a valu un inévitable carton rouge.

Difficile alors de contrecarrer la machine toulousaine, spécialiste des moments cruciaux, et dont l’énergie était bien plus grande. Hastoy a ajouté trois points (29-23, 63e), en vain. Lui et ses coéquipiers ont concédé un dernier essai, presque anecdotique, aux sirènes, Romain Ntamack adressant un centre lumineux pour Matthis Lebel (39-23, 80).e).

Sans avoir survolé la rencontre, étonnamment indiscipliné, le Stade Toulousain est resté impérial et jouera vendredi prochain le 30e finale de championnat de son histoire, contre le Stade Français ou l’Union Bordeaux-Bègles. Le palmarès le plus impressionnant du rugby français vise un 23e Bouclier de Brennus, après avoir remporté sa sixième étoile européenne. Implacable.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Rugby – Pro D2. Dates du derby FCG – .
NEXT Marks Inchaud (Niort) dans le viseur de deux clubs de Ligue 2 – .