Les pays du Sahel n’ont pas besoin de tuteurs ni de cours, affirme Nasser Bourita

Les pays du Sahel n’ont pas besoin de tuteurs ni de cours, affirme Nasser Bourita
Les pays du Sahel n’ont pas besoin de tuteurs ni de cours, affirme Nasser Bourita

Le ministre marocain des Affaires étrangères a dénoncé à cette occasion «l’ingérence de certains pays européens ainsi que celle d’un pays qui partage une partie des frontières avec les pays de la région du Sahel».

«Avec leurs hommes et leurs compétences, les pays du Sahel parviennent à régler leurs affaires», a insisté Nasser Bourita lors d’une conférence de presse commune.

«La politique du Maroc repose sur trois principes, le premier étant que la stabilité est fondamentale et la priorité numéro un», a souligné le ministre marocain avant de préciser que «les thèses sur le Sahel peuvent être réalisées depuis l’Europe, mais vivre la situation sur place et en être directement impacté donne une perspective différente où la stabilité est l’élément clé».

Pour le haut responsable marocain «un Sahel qui vit dans le chaos est une menace pour ses populations mais aussi pour son voisinage« . Nasser Bourita a en outre expliqué que donc «la stabilité est au cœur de la vision de Sa Majesté le Roi pour cette région».

Quant au deuxième élément, il a ajouté : «la transition démocratique pour ces pays est nécessaire et le Maroc fait confiance aux élites et au génie des peuples du Sahel pour trouver la meilleure voie et faire face à cette situation complexe pour réussir leur transition».

Lire aussi : Accès des pays du Sahel à l’Atlantique : pour les ministres des Affaires étrangères burkinabè et marocain, le projet entre dans sa phase d’opérationnalisation

«Le Maroc est contre l’ingérence au Sahel, contre les politiques de sermons au Sahel et contre les politiques de ceux qui considèrent que parce qu’ils ont des frontières avec le Sahel, ils peuvent opter pour des politiques de chantage.», a dénoncé Nasser Bourita, en pointant du doigt son voisin de l’Est. Et d’expliquer que «malheureusement, ce ne sont pas seulement les visions des pays européens, mais même dans le voisinage du Sahel, il y a des pays qui pensent qu’ils peuvent gérer le Sahel par le chantage et résoudre leurs problèmes au détriment de la stabilité du Sahel.».

Le Maroc, a-t-il expliqué en substance, mène une sage politique diamétralement opposée : « leLe Maroc n’a jamais été dans cette logique de résolution des problèmes par le chantage, il est dans la logique de la capacité de ces pays à résoudre eux-mêmes leurs problèmes, car la politique du Roi et du Maroc est une politique de soutien et non une politique de substitution.».

Lire aussi : A Washington, l’ambassadeur Youssef Amrani dévoile les avantages de l’initiative royale pour l’accès des pays du Sahel à l’Atlantique

Au début de la conférence de presse, le chef de la diplomatie du Burkina Faso s’est voulu rassurant sur la situation actuelle dans son pays, dénonçant les fausses informations véhiculées par les réseaux sociaux. “Je veux dire au peuple ami du Maroc, il a ditque tout va bien au Burkina Faso et que le président Ibrahim Traoré déploie sa vision, accompagné des équipes qu’il a mises en place».

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Mannan

21/06/2024 à 19h17

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les Blue Jays de Toronto l’emportent 7-6 contre les Astros de Houston ; Springer frappe un home run de 3 points – .
NEXT La Lazio relance le dossier Mason Greenwood – .