l’artiste Volo vient en aide à Jemima, expulsée de son logement

l’artiste Volo vient en aide à Jemima, expulsée de son logement
l’artiste Volo vient en aide à Jemima, expulsée de son logement

“Quatre policiers ont frappé à ma porte mercredi à 9 heures. Ils m’ont demandé de quitter les lieux”. Jemima, qui aura 27 ans dans quelques semaines, a juste eu le temps de passer quelques coups de téléphone et de remplir un sac de vêtements avant de franchir la porte de son appartement du jardin Bouzignac, à Tours, où elle vit depuis 2017.

“J’y ai laissé mon lit médicalisé”se désole la jeune femme, qui se déplace à l’aide d’un déambulateur. « Par contre, je mets tous mes médicaments dans un sachet. »

En urgence, Fredo, l’artiste du groupe tourangeau Volo, accueille Jemima chez lui. « J’ai connu Jemima grâce à la Table de Jeanne-Marie ».

« Jemima est ultra-vulnérable »

Bénévole depuis 2020, le musicien se rend régulièrement au domicile de la jeune femme pour lui apporter à manger. « Je ne connaissais pas la situation de Jemima. Je ne savais pas qu’elle n’avait pas pu payer son loyer depuis des mois. Mais je suis étonné de voir qu’un malade est mis à la rue, ce père est indigné. Jemima est ultra-vulnérable, elle transporte une bouteille d’oxygène, la nuit elle dort avec un masque car elle souffre d’apnée du sommeil, une infirmière vient chez elle tous les jours. Cette situation est scandaleuse. »

Modeste, Jemima n’avait jamais évoqué ses difficultés financières avec le musicien. Arrivée en France en 2016, l’étudiante congolaise en psychologie rêvait d’une carrière en criminologie. Après sa deuxième année de licence, à Tours, elle rejoint le commissariat central, rue Marceau, pour un an dans le cadre d’un service civique. ” J’ai aimé. J’ai obtenu à cette époque un logement auprès de Tours Habitat au Jardin Bouzignac. J’ai réussi à m’en sortir, ma famille m’a un peu aidé aussi. »

Aide-le à se reconstruire

Une vie stable et épanouie qui va s’effondrer avec le réveil de sa maladie, la drépanocytose. «Ça provoque des convulsions très fortes, j’ai été en réanimation pendant dix jours. » Le décès de son père en 2020 accentue ses difficultés. Il y a trois ans, elle a reçu une obligation de quitter le territoire français, et multiplie depuis les recours. « À Kinshasa, ma famille ne peut pas prendre soin de moi et là-bas je ne pourrai pas me faire soigner. »

A Tours, Jemima peut compter sur le soutien de quelques proches. Fredo et les bénévoles de la Table de Jeanne-Marie ont mis en place en urgence un comité de soutien pour trouver une solution d’hébergement adaptée à la jeune femme. « Nous voulons l’aider à rembourser son loyer. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Nous n’allons pas la laisser tomber, nous allons lui laisser le temps de se reconstruire. »

Nous avons bloqué l’affichage de ce contenu pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Accepter », vous acceptez le dépôt de cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en vous rendant sur cette page.

Accepter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Valence-d’Agen. V. Aerts et R. Duez sont champions de France – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné