Le melon tient le coup | Le7.info – .

Les producteurs de melons du Haut-Poitou lancent cette semaine leur saison, à Sèvres-Anxaumont. Malgré un retard de semis lié aux mauvaises conditions climatiques, le secteur se porte bien économiquement.

Partager sur :

Le compte à rebours pour le lancement de la saison des melons du Haut-Poitou est lancé ! Quelque 12 000 tonnes, dont 3 000 labellisées et certifiées IGP, sont attendues cette année contre 15 000 l’an dernier. Dans la Vienne et les départements voisins, les producteurs ont subi les effets du printemps pluvieux. ” Nous étions très en retard à cause de la météo. Cela varie entre quatre et onze jours sur certaines structures », déplore Camille Raimbault, responsable qualité du Syndicat des producteurs de melons du Haut-Poitou. Cultivé en pleine terre et dépendant des conditions météorologiques », le melon bénéficie des qualités du terroir si caractéristiques de la région… mais aussi de ses défauts. ” L’argile et la craie de tuffeau sont devenues gorgées d’eau. Pendant dix jours, l’accès à certaines parcelles a même été impossible. » Les étapes de production du melon IGP sont minutieuses. ” Tout d’abord, les graines sont semées en serre en mars-avril, puis les plants sont plantés en plein champ. Quatre-vingt-dix jours plus tard, nous récoltons. » Mais cette organisation chronométrée est assez capricieuse. “ On peut gérer quatre ou cinq jours de retard, au-delà c’est difficile. Cette année, nous avons dû pousser fort. Les producteurs ont réussi à ralentir la progression des plants et grâce à cela, il n’y a eu aucune perte », rejoices Camille Raimbault.

Un secteur qui « se porte bien »

Haut-Poitou melon is produced on 1,250 hectares by twelve producers spread between Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, Indre-et-Loire and Vienne. “ Le secteur se porte bien. Nous conservons nos données depuis environ cinq ans et les surfaces sont efficaces. » Source de 1 500 emplois directs, la récolte du melon n’échappe pas à la pénurie de saisonniers. ” Il y a de moins en moins de bénévoles au fil du temps. Contrairement aux Français qui privilégient les contrats courts, les Polonais, Hongrois, Sénégalais, Ivoiriens et Espagnols sont prêts à rester pendant toute la durée des récoltes. » Après ce « printemps pourri », les producteurs espèrent un été très chaud pour pouvoir récolter jusqu’en octobre. Dans la Vienne, le melon provient d’exploitations situées à La Roche-Rigault, Trois-Moutiers, Dercé, Ouzilly, Maulay, Sérigny et Mirebeau. L’attente ne devrait plus être très longue pour les fans qui pourront en profiter dès début juillet. Le lancement de la saison est prévu jeudi à Sèvres-Anxaumont.

DR Syndicat des Producteurs de Melon du Haut Poitou

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné