Moins de changements de genre en Suisse en 2023 – rts.ch

Moins de changements de genre en Suisse en 2023 – rts.ch
Moins de changements de genre en Suisse en 2023 – rts.ch

L’année dernière, en Suisse, les changements de genre ont été nettement moins enregistrés dans l’état civil. Après avoir été facilitées par une nouvelle loi entrée en vigueur début 2022, les immatriculations sont tombées à 713 en 2023, contre 1.177 l’année précédente (-39,4%).

En 2023, il y a eu 332 changements du sexe enregistré « homme » au sexe enregistré « femme » et 381 du sexe enregistré « femme » au sexe enregistré « homme », a indiqué jeudi l’Office fédéral de la statistique. Les trois quarts de ces changements surviennent chez les personnes âgées de 15 à 29 ans.

Dans la tranche d’âge des 15 à 19 ans, il y a eu 217 enregistrements de changement de sexe, 199 pour les 20-24 ans et 117 pour les 25-29 ans. L’année dernière, 22 mineurs de moins de 15 ans ont franchi le pas.

De telles modifications de genre sont les plus fréquentes dans la région lémanique (185), dont 123 dans le seul canton de Vaud. Le Mitteland en compte 158 et Zurich 134. La Suisse centrale en compte 46 et le Tessin 19.

>> Lire aussi : Changement de sexe à l’état civil facilité à partir du 1er janvier 2022

Réduction des naissances

Par ailleurs, les résultats définitifs de l’OFS confirment les tendances démographiques observées avec les chiffres provisoires déjà publiés en avril. L’année 2023 a été caractérisée par une baisse des naissances vivantes et des décès alors qu’à 1,33, le nombre moyen d’enfants par femme n’a jamais été aussi bas.

Dans le détail, la Suisse a enregistré 80’000 naissances vivantes en 2023, soit 2,8% de moins qu’en 2022. Les naissances ont davantage diminué chez les mères suisses (-4,2%) que chez les mères étrangères (-0,8%).

L’âge moyen des mères à la naissance du premier enfant a légèrement augmenté et s’établit provisoirement à 31,3 ans, contre 31,2 ans en 2022. Les naissances d’un deuxième enfant ont également diminué (-2,8%), mais la baisse est particulièrement marquée. pour le troisième enfant (-7,3%). En revanche, les naissances d’un quatrième enfant ou plus augmentent légèrement (+1,9%).

>> Explications de la rubrique Parlons Cash sur les conséquences de la baisse de la natalité :

Parlons Cash – Les conséquences économiques de la baisse de la natalité / Parlons Cash / 3 min. / aujourd’hui à 07h17

Moins de décès, de mariages, de divorces

En 2023, 71’800 personnes sont mortes en Suisse, soit 3,5% de moins qu’en 2022 mais plus qu’en 2021, année marquée par la pandémie (71’200). La baisse des décès par rapport à 2022 est plus marquée chez les hommes (-3,7%) que chez les femmes (-3,3%). En conséquence, l’espérance de vie à la naissance est passée respectivement à 82,2 pour les hommes et à 85,8 pour les femmes.

L’année 2023 totalise 37.800 mariages : 36.000 unions entre personnes de sexe différent (-5% par rapport à 2022) plus environ 900 mariages entre personnes de même sexe et 800 conversions de partenariats enregistrés en mariages. Seuls les mariages entre deux personnes de nationalité étrangère sont en hausse (+1,7%) et représentent 18% des unions enregistrées en Suisse en 2023.

Enfin, l’année dernière, les juges ont prononcé un total de 15.600 divorces (-3,7% par rapport à l’année précédente), dont 41 entre couples de même sexe. Le nombre de divorces diminue, quelle que soit la durée du mariage : la durée moyenne du mariage au moment du divorce se stabilise temporairement à 15,7 ans.

ats/fgn

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV policier à Lyon, il a arrêté de gros voyous – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné