Un rassemblement devant le tribunal du Havre pour avertir : « C’est intenable »

Un rassemblement devant le tribunal du Havre pour avertir : « C’est intenable »
Un rassemblement devant le tribunal du Havre pour avertir : « C’est intenable »

Par

Marie Lemaistre

Publié le

20 juin 2024 à 14h07

Un cercueil est déposé sur les marches, symbolisant l’agonie de la justice havraise. Jeudi 20 juin 2024, Un rassemblement a eu lieu à midi devant le tribunal judiciaire, boulevard de Strasbourg, à l’appel de l’Ordre des avocats du Havre (Seine-Maritime).

« Aujourd’hui, nous avons atteint un seuil de non-retour, à niveau du tribunal de la famille et le tribunal pour enfants », note Laurent Benoist, bâtonnier de l’Ordre des avocats du Havre. C’est précisément le manque de ressources humaines qui est dénoncé et a ainsi conduit avocats, magistrats, greffiers et services éducatifsbref « tout le monde judiciaire qui tire la sonnette d’alarme depuis des mois », à se rassembler pour faire appel au garde des Sceaux.

Un manque de greffiers au tribunal judiciaire du Havre

« Ce sont principalement commis qui nous manque. Trois manquent à l’entreprise familiale, il n’en reste qu’un qui doit faire le travail des autres. Non seulement cela entraîne des retards, mais les audiences sont également reportées sine die. Aujourd’hui, si vous demandez une audience au tribunal de la famille, tu l’auras pour le début de l’année prochaine, et quand ils arrivent, ils sont annulés car il n’y a pas de greffe. C’est intenable», illustre Laurent Benoist.

Deux greffiers avaient été affectés pour pallier l’urgence par la cour d’appel de Rouen, en réponse à l’interrogatoire du bâtonnier, amené à sortir progressivement entre juin et juillet. « Un bandage sur une jambe de bois », déplore-t-il. « Le ministre de la Justice nous avait promis des greffiers l’année dernière, mais à partir de 2026. Il n’y a rien pour remédier à la carence actuelle. »

Acteurs de la protection de l’enfance

Des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) ou de l’Association havraise d’action et de promotion sociale (AHAPS), ont rejoint le rassemblement, directement impacté pour la prise en charge des mineurs et des adolescents.

Vidéos : actuellement sur -
C’est précisément le manque de ressources humaines qui est dénoncé. (©ML/76-)

« Nous avons des jeunes placés par ordre de placement dans nos structures, donc quand nous n’avons pas de dates d’audience, cela a un impact sur leurs difficultés », explique Sabrina Rahoumoussa, responsable d’un foyer social pour enfants. (MECS), qui accueille des jeunes de 13 à 21 ans. « Parfois, ils restent placés plus longtemps. En matière pénale, pour les jeunes délinquants, le fait qu’il n’y ait pas d’audience ne les amène pas à se confronter au système judiciaire, et parfois cela les rend perpétuer leurs crimes des mois après les faits. »

Les acteurs de la protection de l’enfance et de la jeunesse étaient présents. (©ML/76-)

Un ensemble d’arguments sur lesquels conclut le bâtonnier : si ce point critique n’est pas rapidement remédié, “ce sera un déni de justice généralisé, il n’y aura pas de réponse aux attentes du justiciable”.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV McLeod veut apporter une attitude gagnante aux Sabres – .
NEXT Argelès-sur-Mer – Montpellier: the end of “Les Plages du Cœur”