Québec solidaire a besoin de « sang neuf », dit Émilise Lessard-Therrien

Québec solidaire a besoin de « sang neuf », dit Émilise Lessard-Therrien
Québec solidaire a besoin de « sang neuf », dit Émilise Lessard-Therrien

Deux mois après son départ, Émilise Lessard-Therrien plaide pour « apporter du sang neuf » dans les hautes sphères de Québec solidaire (QS), afin d’éloigner le parti des stratégies politiques qui, par le passé, n’ont « pas porté leurs fruits ».

Pour la première fois depuis qu’elle a claqué la porte du parti de gauche fin avril, l’ancienne porte-parole de la solidarité s’est exprimée mercredi devant les médias pour évoquer les raisons de sa défection.

En entretien avec Le devoir, elle a tenu à préciser que ses critiques ne visaient aucunement son ancien collègue porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, avec qui elle est déçue d’avoir eu un “manque de complicité”, mais avec qui elle n’entretient “aucune hostilité”. . «Ça va au-delà de Gabriel Nadeau-Dubois», a-t-elle déclaré à l’autre bout du fil, mercredi.

En annonçant son départ, le 29 avril, l’ancienne députée de Rouyn-Noranda–Témiscamingue a déploré son incapacité à « replonger ses racines dans la direction du parti ». Dans un long message, elle disait notamment qu’elle se retrouvait face à “une petite équipe […] étroitement tissé »autour de « GND ».

Deux mois plus tard, elle précise sa pensée : les voies empruntées ces dernières années au plus haut niveau du parti politique sont tout simplement inefficaces, constate-t-elle.

« La première chose qui s’impose, c’est de faire le point sur ce qui a été fait depuis l’inversion des rôles entre Manon [Massé] et Gabriel. Les stratégies mises en place nous ont-elles mené là où nous voulions aller ? Je pense que la réponse est évidemment non », dit-elle. « Le manque de résultats est un peu l’éléphant dans la pièce. »

Aux élections de 2022, avec Gabriel Nadeau-Dubois comme candidat au poste de premier ministre, QS a perdu 15 000 voix par rapport à l’élection précédente. Depuis, dans les sondages, le parti a obtenu entre 12% et 19% d’intentions de vote. Le plus récent sondage de la firme Léger lui donnait 14 %.

Sans appeler depuis GND, Mmoi Lessard-Therrien invite le parti à « apporter de l’air frais » au sein de son équipe dirigeante. « Depuis que Manon a pris du recul, c’est normal que tout s’organise un peu autour d’un leadership masculin. Alors là, il faut apporter du sang neuf, c’est sûr», dit-elle.

L’ancienne porte-parole de la solidarité n’a pas précisé ce qu’elle entendait par « sang neuf ». Elle a toutefois rappelé que la course à l’élection de son successeur s’achèverait en novembre. Par la suite, les militants solidaires devront choisir leur candidat au poste de premier ministre, qui aura également la possibilité de participer aux débats des dirigeants.

« La décision du futur Premier ministre est une décision des membres. Mais il doit y avoir un changement. Il faut du changement si nous voulons aspirer à des résultats différents », insiste-t-elle.

«Pragmatique», la Déclaration du Saguenay ?

En pleine crise début mai après le départ de son co-porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois a plaidé auprès des journalistes pour que son parti se « modernise » en adoptant une posture plus « pragmatique ». Cette opération, dit-il, passerait par l’adoption, à Jonquière, de la Déclaration du Saguenay et la refonte du programme QS.

Au conseil national, fin mai, les membres du parti ont en effet donné leur approbation à la Déclaration de Saguenay, en plus d’opter pour une « mise à jour » du programme. Mais Émilise Lessard-Therrien refuse d’y voir un soutien au « pragmatisme » du GND.

«C’étaient des projets qui étaient déjà en cours, qui avaient déjà été initiés», raconte l’ex-homme politique de 32 ans. Je pense qu’il y a peut-être eu une petite distorsion par rapport à ce qui était initialement prévu pour répondre aux besoins du moment. »

« Je ne suis pas sûr non plus que ce soit la définition du pragmatisme. »

Un avenir en politique ?

Quant à elle, Émilise Lessard-Therrien a bénéficié, au cours des dernières semaines, de « [s]es terres ». « J’ai relancé mon moulin à farine ! » » ironise-t-elle, lorsqu’on l’interroge sur son avenir professionnel.

L’ancienne porte-parole de la solidarité a toujours sa carte de membre, mais suivra « de loin » les activités de QS, précise-t-elle. Quand Le devoir Lorsqu’on lui demande si elle renonce à la politique active, elle répond oui… mais seulement pour 2026. « Disons que je ne cherche pas d’opportunités dans la politique partisane », répond-elle.

Cinq mois avant le choix d’un nouveau porte-parole, Mmoi Lessard-Therrien se réjouit que la députée Ruba Ghazal, qu’elle avait battue par trois petites voix au congrès électoral de novembre 2023, se lance à nouveau dans la course. «Je pense qu’elle a des qualités indéniables», souligne-t-elle. Je suis très heureuse de voir qu’elle a toujours l’appétit, qu’elle a toujours cet enthousiasme pour essayer de faire mieux avec le parti. »

Pour le reste, elle laisse QS à ses débats internes. “Je ne veux pas jouer à la belle-mère”, a-t-elle déclaré.

A voir en vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Il conduisait avec un plâtre d’un côté et une attelle de l’autre. – .
NEXT À Avignon, « Moi, Kadhafi » explore l’ingérence occidentale en Afrique et aux Antilles.