Le FMI prévoit une croissance de plus de 10 % en 2025 – Xinhua

Le FMI prévoit une croissance de plus de 10 % en 2025 – Xinhua
Le FMI prévoit une croissance de plus de 10 % en 2025 – Xinhua
Photo prise le 12 mai 2023 montrant une vue de Dakar, au Sénégal. (Xinhua/Li Yahui)

Le Sénégal connaîtra une croissance estimée à 10,1% en 2025 tout en voyant son inflation diminuer de 2%, a déclaré mercredi à Dakar le chef de mission du Fonds monétaire international (FMI), Edouard Gemayel.

DAKAR, 19 juin (Xinhua) — Le Sénégal connaîtra une croissance estimée à 10,1 % en 2025 tout en voyant son inflation baisser de 2 %, a déclaré mercredi à Dakar le chef d’une mission du Fonds monétaire international (FMI). , Édouard Gemayel.

Pour l’instant, les projections de croissance pour 2024 restent maintenues à 7,1%, en baisse par rapport aux 8,3% qui étaient initialement prévus, a indiqué M. Gemayel, qui a donné un point de presse à l’occasion de la présentation de la 2ème revue du programme de réformes économiques du pays. gouvernement du Sénégal soutenu par le FMI.

“Nous serons à 4,8% cette année en termes de croissance hors hydrocarbures”, a-t-il noté, soulignant que l’inflation allait continuer à baisser, passant de 4% à 3,9%.

“Si l’on relativise ces chiffres en les comparant à la moyenne de l’Afrique subsaharienne, pour 2024, la moyenne est de près de 3,8% alors que le Sénégal est à 7,1%”, a soutenu M. Gemayel.

Il a également révélé que le Sénégal pourrait, suite à l’examen du Conseil d’administration du FMI, recevoir vers la mi-juillet une enveloppe de près de 230 milliards FCFA (376,7 millions de dollars). ) dans le cadre de la programmation 2023-2026.

Insistant sur la politique budgétaire du Sénégal, il a indiqué que “le déficit de cette année qui était initialement estimé à 3,9% serait de 4,6% du PIB”, imputant cette situation à plusieurs facteurs, à savoir “le paiement des intérêts sur les services de la dette, les obligations impayées des années précédentes”. , l’impact de la croissance d’une valeur qui a été révisée légèrement à la baisse et l’augmentation de l’allocation pour les subventions énergétiques en raison de l’absence de politiques d’actions ».

Concernant les subventions, M. Gemayel a invité les autorités sénégalaises à privilégier les subventions dites ciblées afin de mieux soutenir des secteurs tels que l’éducation, la santé et les investissements.

Les subventions non ciblées sont « très coûteuses » pour le budget sénégalais, a-t-il déploré, prônant « la réduction progressive des subventions énergétiques » qui, pour cette année, « coûteront au-delà de 500 milliards de FCFA (environ 819 millions de dollars) ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les pharmaciens tirent la sonnette d’alarme – .
NEXT Lens s’impose face à Louvain, match interrompu – .