L’égalité est réalisée selon les garçons, mais pas les filles

L’égalité est réalisée selon les garçons, mais pas les filles
L’égalité est réalisée selon les garçons, mais pas les filles

Oui, l’égalité est acquise: c’est l’avis d’une majorité d’hommes suisses interrogés dans le baromètre 2024 de la Conférence suisse des délégués à l’égalité (CSDE). Le problème : les femmes n’ont pas le même avis. Si le domaine de la formation semble plus égalitaire pour tous, il existe des disparités importantes dans le monde du travail, dans la famille, en politique ou encore dans les postes de direction.

Et c’est dans la génération Z (personnes nées entre 1997 et 2012) que l’écart est le plus frappant. Dans l’ensemble, les jeunes croient davantage à la réalisation de l’égalité, et la différence entre ses représentants masculins et féminins est bien plus grande que parmi les personnes plus âgées. Par exemple, en termes d’opportunités de carrière, seuls 29 % des hommes de la génération Z se sentent inégaux, contre 40 % les générations précédentes ; 52 % des femmes de la GenZ le croient, contre 68 % des femmes plus âgées.

Un écart important qui s’explique probablement par le manque d’expérience de la vie active, professionnelle ou familiale, et des situations propices aux inégalités, analyse le CSDE, représentant de l’étude. Le monde de la formation dans lequel évoluent de nombreux membres de la génération Z, décrit comme plus égalitaire, pourrait fausser leur perception, ajoute-t-elle.

Une majorité de personnes interrogées, tous genres confondus, s’accordent cependant sur le fait que l’égalité salariale n’est pas atteinte (76%), selon les chiffres officiels de la Confédération. La conciliation vie professionnelle et vie familiale n’est pas non plus considérée comme égalitaire par 63% des Suisses, tout comme les opportunités de carrière (52%) et le partage des tâches ménagères (seulement 50%).

Une majorité, rassemblant les genres et les générations, s’accorde cependant sur la question du harcèlement. Dans la lignée du mouvement MeToo, presque toutes les femmes et quatre hommes sur cinq s’accordent sur la nécessité de faire connaître les affaires. Seule une minorité d’hommes de la génération X et des baby-boomers considère cela comme inutile, voire exagéré.

Les filles à gauche, les garçons à droite

Une enquête gfs.bern relayée par la RTS montre que le même écart se creuse entre jeunes femmes et hommes sur les questions politiques. Les premiers apprécient beaucoup plus les partis de gauche, tandis que les seconds suivent plutôt ceux de droite. Quand 47% des Suissesses de moins de 40 ans déclarent leur sympathie pour le PS, cela ne concerne que 28% des Suissesses de cet âge ; alors que 17% des femmes sont convaincues par l’UDC, les hommes le sont 34%.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Oracle et le Maroc collaborent pour promouvoir l’apprentissage numérique en… – .
NEXT EN IMAGES | Plus de 200 chiens attendus à Rimouski pour l’exposition – .