quatre années d’engagement auprès de la Faculté des sciences administratives

quatre années d’engagement auprès de la Faculté des sciences administratives
quatre années d’engagement auprès de la Faculté des sciences administratives

Originaire de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, Béatrice Déry a déménagé au Québec il y a six ans pour compléter ses études collégiales, puis un baccalauréat à la Faculté des sciences de l’administration (FSA), avec une expertise en gestion. «J’étais une fille du coin qui avait l’ambition de s’installer dans la grande ville et d’ouvrir un nouveau chapitre», raconte la diplômée, qui participe à la Convocation le 19 juin.

C’est tout naturellement qu’elle vient à l’Université Laval : « FSA ULaval était mon premier choix, pour sa notoriété et son ouverture, mais aussi parce qu’elle est dans la plus belle ville du Québec ! dit Béatrice, qui n’envisage plus de partir.

Compétition dans le sang

Sa carrière à l’Université Laval a été marquée par une grande implication. Quand elle y réfléchit, elle se rend compte du chemin parcouru en quatre ans. Déjà fortement impliquée dans sa région, dès le secondaire, elle s’est immergée dans le monde de l’implication étudiante, principalement dans les concours universitaires.

Elle a été membre du Comité des compétitions FSA ULaval (CCFSA) pendant deux ans, à titre de vice-présidente participation et contribution et vice-présidente exécutive. Bras droit de Laurence-Olivier Paquet, présidente du CCFSA, ils se sont consacrés « corps et âme » à faire rayonner la FSA partout au Canada. « L’Université Laval est l’Université la plus décorée des deux dernières années dans le monde de l’administration des affaires. La FSA brille comme elle n’a jamais brillé auparavant.

Béatrice et Laurence-Olivier sont également à la tête du comité organisateur pour accueillir en janvier 2025 les Jeux du commerce, la plus grande compétition interuniversitaire du genre dans l’Est du Canada, qui accueille plus de 1 200 participants, bénévoles et partenaires. « Nous avons la chance d’avoir des ressources et des gens comme ça à la FSA qui nous permettent de réaliser des projets d’envergure. C’est une source de fierté de boucler la boucle en redonnant à la prochaine communauté étudiante, et encore plus aux côtés d’un ami qui a changé ma vie.

Laurence-Olivier Paquet et Béatrice Déry, avec le trophée Patrice Bourbonnais. Remporté en 2023 et 2024, ce trophée est décerné à l’université ayant remporté la première place au classement général des Commerce Games.

– Courtoisie

En étudiant la gestion, elle a pu mettre en pratique ce qu’elle a appris sur la gestion d’elle-même et des autres dans ses fonctions. Ses notions en gestion se reflétaient dans son leadership. “C’était naturel pour moi d’occuper ce poste, de soutenir l’équipe et de faire briller les gens.”

Un large réseau de contacts

Sa participation à des concours lui a permis de développer un bon réseau de contacts à travers le Canada, auprès de grandes entreprises et PME ainsi que de startups. Son réseau étudiant n’est pas négligeable. « En compétition, il y a des gens qui se ressemblent, qui ont conduire et qui veulent performer dans le monde des affaires.

Béatrice souligne que les quatre dernières années à la FSA lui ont permis de se faire connaître, de bâtir une solide expérience et d’accumuler les distinctions. « Je viens tout juste de sortir de l’université et les possibilités sont infinies. Mon voyage m’a mis sur le carte du monde des affaires. »

Durant ses études, Béatrice a travaillé à distance pour l’agence LEBLEU Communication Humaine, basée en Abitibi. Elle est désormais prête à relever de nouveaux défis. «Je suis une fille de gang. J’ai besoin de travailler en présentiel, d’avoir une équipe, un port d’attache.

Une fois passés les Jeux du Commerce 2025, Béatrice envisage un master ou un diplôme d’enseignement supérieur spécialisé (DESS) en relations publiques à l’Université Laval.

Un diplôme en famille

Béatrice recevra son diplôme le 19 juin lors de la collation des grades. Sa famille viendra de l’Abitibi. “Ma famille va voir de qui je suis entouré, ce que j’ai fait, dans quel monde j’ai été immergé pendant quatre ans.”

Elle a hâte de recevoir son diplôme avec ses amis et collègues. « Nous avons travaillé très dur. C’est une fierté que mon diplôme ait été autant impliqué. C’est le but d’un passage vraiment beau.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Michel nous en parle – .
NEXT Coupures de courant, pluies torrentielles… L’Yonne balayée par un orage intense – .