Fini les toilettes genrées au Parlement canadien

Dans le cadre des travaux de rénovation du Parlement canadien, le gouvernement a décidé de supprimer toutes les toilettes genrées. Les groupes de défense des droits LGBTQ+ espèrent qu’Ottawa servira d’exemple aux provinces et aux territoires.

Les quelque 200 toilettes de l’édifice du Centre et du Centre d’accueil du Parlement seront non sexistes.

Plus de la moitié le sera toilettes individuelles […] accessible à tous les genresconfirme la porte-parole du ministère de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), Michèle LaRose.

Il s’agit d’installations privées, composées d’un seul WC et d’un seul lavabo, destinées à être utilisées par une seule personne à la fois.

De plus, 70 toilettes sont conçus pour être sans obstacle, ce qui signifie qu’ils seront accessibles en fauteuil roulantajoute Mme Larose.

Et 15 autres toilettes auront un accès universel pour qu’ils soient sans obstacle [et qu’elles offrent] espace de manœuvre supplémentaire. Ces toilettes auront leur propre lavabo.

Les nouvelles toilettes du Parlement seront « adaptées aux besoins des années 2030 et au-delà », insiste le ministre Jean-Yves Duclos.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Peut-on qualifier toutes ces toilettes de mixtes ? Le porte-parole de SPACMichèle LaRose, répond que le les toilettes seront conçues pour être inclusives et accessibles à tous.

D’ailleurs, il n’y aura plus d’urinoirs au Parlement.

Avant les travaux de rénovation, le Parlement comptait 210 toilettes. Parmi celles-ci, 87 étaient des toilettes communes réservées aux hommes. Ils disposaient de 40 urinoirs. De leur côté, les femmes ont eu accès à 55 toilettes communes. Il y avait aussi une soixantaine de toilettes privées.

Une percée pour les personnes de genre divers

L’abolition des toilettes genrées au Parlement représente un changement majeur pour les groupes défendant les personnes trans et la diversité des genres.

Le chef du Réseau Fierté de la Fonction Publique, Jason Bettcroit qu’il c’est formidable de savoir que la réhabilitation a été guidée par les principes d’inclusion et d’accessibilité.

Dans un courriel, M. Parier affirmer que C’est exactement comme ça que ça devrait être.

Avec des toilettes non sexistes, on n’est pas obligé de se poser la question, si je porte ces toilettes, est-ce que je serai dévisagé, est-ce que j’aurai des commentaires ? Les gens trouveront-ils étrange que je sois à cet endroit ? raconte le président de Trans Outaouais, Lionel Lehouillier.

Est-ce que je porte atteinte à ma propre intégrité en tant qu’individu, est-ce que je manque de respect à mon identité en utilisant telle ou telle toilette ?il continue.

Ouvrir en mode plein écran

Le président de Trans Outaouais, Lionel Lehouillier, estime que « c’est une belle façon de donner l’exemple.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Le président de Trans Outaouais dit lui-même se poser toutes ces questions lorsqu’il se retrouve dans un endroit sans toilettes universelles.

Il y a toute une planification mentale qui vient à l’esprit des personnes de divers genres lorsque vient le temps d’aller aux toilettes.dit Lionel Lehouillier.

Ottawa envoie-t-il un message politique ?

C’est un message très large d’inclusion» affirme le ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Jean-Yves Duclos.

Sans vouloir qualifier de neutres du point de vue du genre les futures toilettes du Parlement, la ministre libérale affirme que les travaux de restauration du Parlement constituent un opportunité offrir des sanitaires adaptés […] répond aux attentes et aux besoins des Canadiens.

Les nouvelles toilettes du Parlement seront adapté aux besoins des années 2030 et au-delàinsiste le ministre.

L’objectif est que tous les Canadiens se sentent à l’aise dans ces installations qui seront modernes. Nous investissons beaucoup d’argent pour le rendre moderne, adapté, inclusif, accueillant, sécuritaire et intime.

Une citation de Jean-Yves Duclos, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

Ouvrir en mode plein écran

Jean-Yves Duclos est le ministre fédéral des Services publics et de l’Approvisionnement. (Photo d’archives)

Photo : La Presse Canadienne / Justin Tang

La politologue Geneviève Tellier estime que le gouvernement libéral de Justin Trudeau voit ce projet comme une occasion de faire passer un message.

M. Trudeau, on le voit faire campagne pour la cause des femmes, pour la cause des minorités, des populations racisées et j’ai l’impression que [ça] cela s’inscrit dans la volonté de M. Trudeau de changer les choses et il n’hésite pas non plus à vouloir bousculer les façons de faire et proposer de nouvelles avenuesanalyse Mme Tellier, qui est professeure à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa

Cela démontre un changement de mœurs, mais aussi une volonté d’en discuter et d’affirmer les droits des minorités.

Une citation de Geneviève Tellier, professeure à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa

Ottawa constitue certainement un exemple pour la population canadienne ajoute Geneviève Tellier.

L’enjeu pour le gouvernement sera de bien mener cette transformation pour ne pas créer d’autres problèmes. Cela se jouera dans les détails, estime Mme Tellier, car le sujet des toilettes est sensible.

Elle soutient queune fois que les choses seront assez normales puisque c’est l’ordre établi, d’autres gouvernements pourraient changer leur façon de faire.

Portrait de Geneviève Tellier devant le Parlement.

Ouvrir en mode plein écran

Selon Geneviève Tellier, « une fois que les choses seront à peu près normales puisque c’est dans l’ordre établi, d’autres gouvernements pourraient changer leur façon de faire ».

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Un exemple pour les gouvernements provinciaux

Le président de Trans Outaouais, Lionel Lehouillier, estime que c’est une excellente façon de montrer l’exemple, mais aussi de donner un exemple concret de la façon dont cela peut être fait [et que] ça peut être fait.

Il espère que les provinces et les territoires suivront les traces du gouvernement fédéral et se concentreront sur des lieux plus accessibles et inclusifs.

On ne demande pas à tout le monde de prendre un bulldozer et de détruire toutes les toilettes du paysprécise Olivia Baker, formatrice et spécialiste de l’inclusion des personnes LGBTQ+ en milieu de travail à la Fondation Émergence. Mais pendant que nous effectuons des rénovations, nous pouvons essayer de le rendre plus inclusif pour tout le mondeinsiste-t-elle.

Lionel Lehouillier déplore que malheureusement, dans de nombreuses provinces, il y a une forte montée de la haine. Selon lui, de plus en plus de gouvernements provinciaux sont un peu plus rigides et résistants à l’accessibilité, à la diversité et à l’inclusion, particulièrement en ce qui concerne les espaces sexospécifiques.

L'Assemblée nationale du Québec se dresse sous un ciel gris.

Ouvrir en mode plein écran

Les centres de services scolaires du Québec devront désormais s’assurer que les toilettes et les vestiaires qui seront construits ou rénovés dans les écoles primaires et secondaires de la province soient « genrés » afin de respecter une nouvelle directive gouvernementale. (Photo d’archives)

Photo : CBC/Radio-Canada

L’aménagement des toilettes il n’y a pas de consensus, il y a beaucoup de craintes associées à cela, note Mme Baker. Au Québec notamment, elle observe ce qu’elle qualifie de peur viscérale des toilettes unisexesdepuis qu’une pétition a été lancée pour dénoncer le projet d’une école de transformer des toilettes en « bloc sanitaire mixte ».

Olivia Baker de la Fondation Émergence estime que les institutions comme le gouvernement fédéral qui rendent leurs toilettes plus inclusives pourront normaliser cela et réduire les peurs personnes. Mme Baker espère que les gens le feront se rendre compte que les toilettes inclusives ne sont littéralement que des toilettes, un peu comme celles que nous avons à la maison.

Le président de Trans Outaouais craint toutefois que le projet de toilettes inclusives au Parlement ne se concrétise jamais. C’est sûr que c’est amusant d’avoir cette initiative, mais elle vient avec un grain de sel sur ce qui se passera lors des prochaines élections parce que les sondages ne sont pas du côté des libéraux.tranche Lionel Lehouillier.

Le Parti conservateur du Canada n’a pas souhaité commenter cette transformation.

Création d’un nouveau guide fédéral sur les toilettes

Par ailleurs, le gouvernement fédéral élabore actuellement SPAC », « texte » : un guide de conception [toilettes] inclusif qui sera utilisé dans les projets de SPAC”}}”>un guide pour la conception de [toilettes] inclusif qui sera utilisé dans les projets de SPACsouligne la porte-parole Michèle LaRose.

Le guide proposera des options de mise en œuvre, y compris une approche pour les douches et les vestiaires.précise-t-elle.

Contrairement au Parlement, les autres édifices fédéraux il y aura toujours des toilettes sexospécifiques, prévient Mme LaRose. Le gouvernement veut ajouter des toilettes inclusives pour proposer différentes options.

L’approche de SPAC est d’ajouter [toilettes] inclusive dans les projets de rénovation ou de modernisation et de ne pas éliminer les toilettes sexospécifiques.

Une citation de Michèle LaRose, porte-parole, Services publics et Approvisionnement Canada
Drapeaux canadiens et LGBTQ+ devant le bureau de Justin Trudeau.

Ouvrir en mode plein écran

Le nouveau drapeau LGBTQ+ est désormais visible, aux côtés du drapeau canadien, devant le bureau de Justin Trudeau.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

En avril 2021, Ottawa a élaboré des lignes directrices gouvernementales sur les toilettes. L’objectif est d’avoir au moins une toilette à accès universel dans chaque bâtiment. Actuellement, un peu plus de 82 % des bâtiments fédéraux répondent à ce critère.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Maurice Chatelet, centenaire, porteur de la flamme olympique à Orléans ! – .
NEXT Météo France forecasts for Monday – .