à Paris, Dakar comptera sur « son avance en matière de recherche » pour « récolter le maximum de fonds » – Agence de presse sénégalaise – .

à Paris, Dakar comptera sur « son avance en matière de recherche » pour « récolter le maximum de fonds » – Agence de presse sénégalaise – .
à Paris, Dakar comptera sur « son avance en matière de recherche » pour « récolter le maximum de fonds » – Agence de presse sénégalaise – .

Dakar, 18 juin (APS) – Le Sénégal s’appuiera sur « son avance en matière de recherche » lors du Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinale, afin de lever le maximum de fonds pouvant l’aider à relancer sa production de vaccins, a indiqué le ministre. de la Santé et de l’Action Sociale, Dr Ibrahima Sy.

“Je pense que le Sénégal saura profiter de cette avance, notamment dans les plaidoyers pour réunir le maximum de fonds, pour enfin relancer sa production de vaccins”, a-t-il déclaré dans un entretien à l’APS.

Il a rappelé à cet égard les « nombreux investissements dans les infrastructures de recherche pour le développement ».

« Nous avons d’autres instituts comme l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF), le laboratoire de santé publique (à Thiès). Il y a aussi la Direction nationale des laboratoires», a-t-il énuméré.

Il rappelle que l’Institut Pasteur de Dakar, qui produit des vaccins pour plusieurs pays africains contre la fièvre jaune et la rougeole, a bénéficié, pendant la période du Covid-19, du soutien du gouvernement américain dans le cadre du projet Madiba.

Le projet MADIBA (Manufacturing in Africa for Disease Immunization and Building Autonomy) vise à renforcer l’autonomie vaccinale de l’Afrique, en tirant parti des nouvelles technologies, pour contribuer à concrétiser la vision audacieuse de l’Union africaine, qui souhaite fabriquer 60 % de ses vaccins sur le continent d’ici 2040.

“Je reste confiant qu’une bonne partie de l’argent qui sera mobilisé dans le cadre de la rencontre avec GAVI ira à la production locale de vaccins au Sénégal”, a lancé le Dr Ibrahima Sy.

Il a souligné que les fonds que Gavi mobilisera « aideront un pays comme le Sénégal à avoir accès à de nombreux types de vaccins, notamment pour les enfants ». “C’est là qu’il faudra mettre l’accent pour assurer une bonne vaccination de cette catégorie vulnérable de la population”, a insisté le Dr Sy.

Il estime que « cela permettra de réduire un peu les coûts de santé, surtout dans un pays pauvre comme le Sénégal ». « Si nous n’avons pas un système de santé capable d’offrir parfois des soins de qualité, c’est la vaccination qui permettra de prévenir un certain nombre de maladies pour avoir le moins de malades », soutient-il. Le ministre de la Santé pense aussi que la vaccination permettra « d’avoir le moins de personnes à soigner ».

Il a rappelé que Gavi, « partenaire de longue date du Sénégal, a dû apporter un grand soutien en matière de vaccination, notamment pour les enfants de 0 à 14 ans ».

CS/ASG

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A Cherbourg, la navette entre le port et la gare SNCF enfin inaugurée – .
NEXT trois soirées de fête – .