Le skipper malvoyant Joël Paris traversera l’Atlantique à la voile, grâce à des lunettes spéciales conçues dans la Meuse

Le skipper malvoyant Joël Paris traversera l’Atlantique à la voile, grâce à des lunettes spéciales conçues dans la Meuse
Le skipper malvoyant Joël Paris traversera l’Atlantique à la voile, grâce à des lunettes spéciales conçues dans la Meuse

Traverser l’Atlantique à la voile, tout en étant malvoyant, c’est le défi que le marin marseillais Joël Paris renouvelle fin juin. Il sera au départ de la Transat Québec Saint-Malo. Et pour ce faire, il bénéficiera de lunettes sur mesure fabriquées dans la Meuse, dans l’unité verres spéciaux de l’usine Essilor.

Le site est unique au monde, ici à Ligny-en-Barrois dans la Meuse. Nous y concevons des verres de lunettes sur mesure. C’est la spécialité de cet atelier, un concentré de savoir-faire et de technologie au service des personnes malvoyantes.

Une personne handicapée est quelqu’un qui fait les choses différemment. Il y arrive, mais différemment.

Joël Paris, marin amateur

Avec 2/10 à l’œil gauche et 0 à l’œil droit, le marin Joël Paris, 60 ans, se prépare. «J’ai 60 ans. Je suis née avec une cataracte congénitale. Je porte des lunettes depuis que je suis enfant. On les fabrique depuis ma naissance ici dans la Meuse. En venant ici, j’ai découvert comment sont fabriquées les lunettes. Et savoir que plus d’une quarantaine de personnes travaillent sur mes lunettes… C’est fou ! dit le navigateur. Dans quelques jours, le 30 juin, il prendra le départ de la Transat Québec Saint-Malo. Une course sans escale et avec équipage.

Car malgré son handicap et sa déficience visuelle, Joël Paris a réussi à devenir navigateur. L’année dernière, en 2023, il a participé à la Transat Jacques Vabre. « Une personne handicapée est quelqu’un qui fait les choses différemment. Il y arrive, mais différemment. On y arrive et on navigue à haut niveau pour témoigner, c’est un message de force”, explique Joël Paris.

Cette année, Joël Paris bénéficiera de ces lunettes de soleil spéciales taillées sur mesure pour ses yeux.

VIDÉO.




durée de la vidéo : 00h00mn32s

Visite du site de fabrication de verres spéciaux Essilor dans la Meuse.


©France Télévisions

Plus de 80 000 verres de lunettes spéciaux sortent des ateliers chaque année. Des lentilles sur mesure qui corrigent la myopie extrême ou l’hypermétropie surdéveloppée.

Atteint d’une cataracte congénitale et d’un glaucome, Joël Paris est malvoyant. Ici dans l’usine Essilor dans la Meuse.

© France Télévisions

Leonel Pereira est à la tête de l’activité fabrication de verres spéciaux d’Essilor. “M. Paris a une forte amétropie, hypermétropie, et la particularité qu’il a est qu’il a subi une ablation du cristallin suite au traitement de sa cataracte. C’est un œil optiquement imparfait. Cela a donc conduit à élaborer pour nous un modèle particulier, qui lui est propre, un modèle particulier de chapeau de gendarme, qui lui correspond.précise Léonel Pereira.

L’association de Joël Paris «Rêvez à perte de vue» met en avant le handicap comme facteur de performance.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’ASSE gagne du temps pour Irvin Cardona – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné