Les étudiants en médecine ont le droit d’exiger une formation de qualité

Les étudiants en médecine ont le droit d’exiger une formation de qualité
Les étudiants en médecine ont le droit d’exiger une formation de qualité

Depuis plus de six mois, le étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie sont en grève. Leur principale revendication concerne l’amélioration de leurs conditions de formation et de stage hospitalier, ainsi que la durée des entraînement. Cette durée a été réduite à six ans au lieu de sept ans, ce qu’ils contestent vivement au motif que cela aurait un impact sur leur carrière universitaire. Pour ces futurs étudiants professionnels de la santé, les conditions de formation ne répondent pas aux exigences de leur future carrière.

De leur côté, les deux ministères de tutelle, la Santé et l’Enseignement supérieur, campent sur leur position, ce qui fait perdurer le blocage. Mais une lueur d’espoir apparaît à l’horizon depuis la dernière réunion du Chef du gouvernement avec les présidents des Facultés de Médecine et ses déclarations qui vont dans le sens de l’apaisement et du dialogue. Du moins c’est ce que je pense Moulay Saïd Afif, président de la Société Marocaine des Sciences Médicales et président de la Fédération Nationale de la Santé. Pour lui, ces évolutions offrent un aperçu du bout du tunnel. Invité de « L’Info en Face », il soulignait le 5 juin que les rencontres intensives entre représentants étudiants, doyens de Facultés de médecineles ministres responsables et le chef du gouvernement sont de bon augure et permettront de trouver un compromis acceptable pour toutes les parties concernées.

Moulay Saïd Afif estime que des signaux positifs émanent des négociations, affirmant que le gouvernement est déterminé à résoudre cette crise, conscient qu’il est de l’importance de ces étudiants en tant que médecins et pharmaciens de demain dans l’issue de la réforme du système de santé en cours. « Ces étudiants sont nos enfants, les médecins de demain. Nous devons garantir une solution qui soit bénéfique pour tous », a-t-il déclaré, rappelant que le Projet Royal de couverture sanitaire universelle nécessite d’augmenter le nombre de professionnels de santé. « Avec un besoin estimé à 35 000 médecins pour seulement 28 000 actuellement en exercice, il est essentiel d’assurer une bonne formation aux futurs médecins et de les retenir au Maroc. C’est un enjeu stratégique ! il alerte.

Le président de la Société marocaine des sciences médicales estime cependant que le principal point bloquant reste la réduction de la durée de la formation. Le gouvernement entend maintenir cette réduction, a-t-il indiqué, précisant qu’il doit également répondre aux attentes des étudiants et les écouter quant aux craintes qu’ils ont exprimées quant à la qualité de leur formation pratique. . « Les stages sont importants pour la formation des futurs médecins. Améliorer leur qualité est l’un des aspects cruciaux pour les étudiants.

Impact psychologique sur les étudiants et leurs familles

A cet égard, Moulay Saïd Afif a souligné l’importance de la visibilité des étudiants quant à leur avenir académique et professionnel. « Les étudiants exigent une bonne formation pratique et des stages de qualité. Il faut leur donner des garanties sur ces aspects pour avancer », a-t-il insisté. Mais au-delà des aspects académiques, la crise a aussi un impact psychologique important sur les étudiants et leurs familles, constate l’invité de « L’Info en Face ». A la veille des examens, l’incertitude et le stress provoqués par cette situation prolongée sont des préoccupations majeures dont il faut tenir compte, selon M. Afif. « Il est important de prendre ces aspects au sérieux, car la santé psychologique et mentale des étudiants est tout aussi cruciale que leur formation académique ! Pour conclure, Moulay Saïd Afif a exprimé l’espoir de voir la crise des facultés de médecine et de pharmacie résolue dans les prochains jours. Selon lui, l’avenir de ces étudiants et du système de santé de notre pays est en jeu.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le corps démembré d’une femme découvert, son partenaire recherché – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné