Le voyage difficile des passagers d’un ferry entre le Maroc et la France

Le voyage difficile des passagers d’un ferry entre le Maroc et la France
Le voyage difficile des passagers d’un ferry entre le Maroc et la France

Passagers d’un navire effectuant une traversée au départ de Maroc a vécu un très long voyage que certains ont qualifié d’« enfer » avant d’arriver en France. Ils ont témoigné ce dimanche 16 juin au journal français Le Midi Libre.

Traversier. Image par : falaise | stock.adobe.com


Que s’est-il passé lors de la traversée effectuée la semaine dernière entre Tanger, au Maroc, et Sète en France, par un navire de la compagnie maritime GNV ? Pour les passagers, la réponse est simple : ils ont vécu un véritable enfer.

Un incendie se déclare à bord du navire GNV

Premièrement, il y a le retard considérable. Le ferry était attendu lundi 10 juin à 20h30 au port de Sète, près de Montpellier, dans le sud de la France. Il est arrivé mercredi 12 juin à 14 heures, avec un jour et demi de retard.

Le Majestic, le navire de la compagnie GV, était au port de Tanger à l’heure pour l’embarquement. Mais à l’embarquement, après avoir accompli toutes les démarches, les passagers sont informés d’un problème majeur : un incendie sur le ferry oblige les agents à suspendre l’embarquement. La compagnie maritime confirme « une panne technique à bord qui a provoqué un départ d’incendie, rapidement géré et éteint par le personnel de la Compagnie ».

Les passagers sont priés de quitter le navire mais ne peuvent pas quitter le port. Selon un passager, les voyageurs sont restés 48 heures sur un parking, sans aucune assistance des agents portuaires ni de ceux de la compagnie maritime.

« Nous sommes restés 48 heures sur un parking. Nous avons dû nous débrouiller seuls. Les gens ne se sentaient pas bien. Ce sont les membres de la fondation Mohamed VI qui nous ont donné à manger. C’était l’enfer ! témoigne un passager. « Nous avons été traités comme du bétail », assure un autre passager. Après de longues heures d’attente, les passagers ont pu embarquer sur un autre navire, le GNV Atlas.

70 passagers indemnisés

La version des passagers a été démentie par GNV. Selon la compagnie maritime, les passagers ont été transportés sur des traversées ultérieures prévues pour le lendemain. Elle affirme également que les passagers du Majestic étaient pris en charge par le personnel de la compagnie : hôtel, eau, articles de confort, etc.

Quelque 70 passagers (qui ont bénéficié d’une réduction de 50 % sur leur prochain voyage en guise de compensation) se rassemblent pour porter plainte collectivement, explique Le Midi Libre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’équipe de football américain en préparation aux Girondins de Bordeaux – .
NEXT Toyota gagne sans soucis – .