Il paie une amende pour que sa pelouse soit trop longue

Il paie une amende pour que sa pelouse soit trop longue
Il paie une amende pour que sa pelouse soit trop longue

Un Sherbrookois a dû payer une amende de 322 $ pour avoir laissé pousser de l’herbe sur son terrain. Il avait jusqu’à vendredi pour couper la végétation devant sa maison, sous peine d’une nouvelle amende. Jean-Sébastien Laplante souhaite que la réglementation municipale concernant la tonte du gazon soit modifiée.

Cela fait maintenant près de deux ans, depuis octobre 2022, que le Sherbrookois, biologiste de formation, a transformé son terrain en un refuge pour les pollinisateurs, dans le secteur de Saint-Élie.

2022. A cette époque, les deux maisons étaient occupées, donc je tondais complètement le terrain. Lorsque j’ai pris possession de l’appartement à l’étage, j’ai décidé de laisser pousser certaines parcelles de mon terrain. Par la suite, j’ai juste agrandi la parcelle que j’ai laissé pousser au gré du vent.”, “texte” : “J’ai acquis la propriété, un duplex, en juin 2022. A cette époque, les deux maisons étaient occupées, donc je tondais complètement la cour. . Lorsque j’ai pris possession de l’appartement à l’étage, j’ai décidé de laisser pousser certaines parcelles de mon terrain. Par la suite, j’ai juste agrandi la parcelle que j’ai laissé pousser au gré du vent.”}}”>J’ai acquis la propriété, un duplex, en juin 2022. À cette époque, les deux logements étaient occupés, donc je tondais complètement le terrain. Lorsque j’ai pris possession de l’appartement à l’étage, j’ai décidé de laisser pousser certaines parcelles de mon terrain. Par la suite, j’ai juste agrandi la parcelle que j’ai laissé grandir au gré du vent.

En juillet et août, cela devient absolument magnifique !

Une citation de Jean-Sébastien Laplante, biologiste

C’est près d’un an plus tard, au moins à partir de juillet 2023, que le citoyen a été réprimandé pour la première fois. Un avis de non-conformité lui a alors été adressé.

Dès réception de cet avis, j’ai immédiatement entrepris des démarches pour contacter la mairie et le conseiller de mon arrondissement, [Christelle Lefèvre]pour prendre le pouls de la situation.

C’est à ce moment que le citoyen commence son combat contre cette réglementation qu’il trouve archaïque.

Je me suis dit que j’allais aller à la cour municipale. Je pensais pouvoir gagner contre le règlement municipal, qui est globalement vague et, à mon avis, très arbitraire. J’avais envie de me défendre et je me suis dit qu’après, ils me laisseraient tranquille. Et bien non.

C’est au terme de ces poursuites judiciaires que l’homme a été condamné à payer son amende de 322 $.

Jean-Sébastien Laplante devant son terrain.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Les employés municipaux évalueront la question

Suite à la comparution de Jean-Sébastien Laplante à la séance du conseil municipal du 4 juin, la mairie de la Ville de Sherbrooke a confirmé à Radio-Canada que les dispositions de ce règlement seront réévaluées.

Les services de la ville ont été chargés d’étudier la réglementation en vigueur et de soumettre au conseil municipal une proposition de modification de la réglementation. Ils y travaillent, et ils le présenteront ultérieurement aux élus », « texte » : « Les services de la Ville ont été chargés d’étudier la réglementation en vigueur et de soumettre au conseil municipal une proposition de modification de la réglementation. Ils y travaillent, et ils le présenteront aux élus plus tard”}}”>Les services de la ville ont été chargés d’étudier la réglementation en vigueur et de soumettre au conseil municipal une proposition de modification de la réglementation. Ils y travaillent, et ils le présenteront aux élus plus tard» écrit le cabinet de la mairesse Évelyne Beaudin.

Jean-Sébastien Laplante désire ardemment cette modification de la réglementation. Selon lui, davantage de Sherbrookois devraient mettre la main à la pâte pour le bénéfice des pollinisateurs.

Si tous les citoyens laissaient une petite parcelle de leur terrain en fleurs, je pense que cela aiderait beaucoup à lutter contre les insectes.

Une citation de Jean-Sébastien Laplante, biologiste

Il y a un déclin des insectes et des plantes. Je suis biologiste de profession et c’est quelque chose qui me préoccupe vraiment. Je pense qu’une des choses très simples à faire en tant que citoyen est de laisser pousser une petite parcelle de son terrain pour améliorer l’habitat et le garde-manger des insectes, mais aussi pour favoriser la biodiversité.

Un autre citoyen encouragé à laisser vivre ses plantes

Dans le quartier universitaire, Dany Baillargeon a mis à la ferraille sa tondeuse à gazon il y a quatre ans. Non seulement il n’a jamais reçu d’amende en lien avec ce comportement, mais il a aussi reçu l’appui d’Évelyne Beaudin, aujourd’hui mairesse, lorsqu’elle était conseillère municipale en 2021.
Elle est venue prendre des photos, pour dire que la ville aimerait aller dans cette direction

il dit.

Ouvrir en mode plein écran

Dany Baillargeon a choisi de laisser pousser du gazon et des fleurs devant sa résidence. (Photo d’archives.)

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Lors de la comparution de M. Laplante devant le conseil municipal au début du mois, la maire s’est encore une fois montrée sensible à cette réalité.

Pourriez-vous envoyer des photos de votre terrain au conseil municipal ? Cela nous aiderait à avancer dans la modification de la réglementation. C’est vraiment dommage ce que tu vis.

, a indiqué Évelyne Beaudin. Notez que la Ville de Sherbrooke a décliné notre demande d’entrevue.

Même si Jean-Sébastien Laplante avait jusqu’à vendredi pour tondre, il n’envisage pas de le faire. Le risque de recevoir une nouvelle amende, encore plus lourde, ne le dérange pas.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mercato : Une belle surprise pour l’ASSE ?
NEXT Les Anglais, rois du money time, rejoignent l’Espagne en finale – .