Zach Ménard, le bel espoir granbyen

Zach Ménard, le bel espoir granbyen
Zach Ménard, le bel espoir granbyen

Ménard, 18 ans, vient de deux saisons avec l’Académie de Baseball du Canada et en est à sa première saison dans la Ligue Junior Élite du Québec. Avant le match de mardi soir au Stade Napoléon-Fontaine contre les Cardinals de LaSalle, le défenseur central avait une moyenne de frappe de ,289, avec deux points produits et quatre buts volés.

Les progrès de Zach Ménard sont suivis de près. (Stéphane Champagne/La Voix de l’Est)

Le pain et le beurre de Ménard réside dans son jeu défensif, à commencer par la puissance de ses bras et sa vitesse sur les buts. Des qualités qui ont séduit les étudiants du Northeastern Oklahoma A&M College, où il jouera au baseball et étudiera à partir de la fin de l’été.

«C’est une belle opportunité», explique le jeune homme. Je suis encore jeune, je ne sais pas si j’ai une chance de jouer professionnellement un jour, mais je vais essayer de mettre toutes les chances de mon côté. Il y a déjà deux Québécois là-bas, c’est un peu rassurant.»

Humble

Car Ménard ne fait pas grosse tête malgré les espoirs placés en lui. Nous n’avons pas peur d’écrire qu’il est doté d’une grande humilité.

“J’ai encore beaucoup à apprendre”, poursuit-il. Avec les Warriors, cette saison est une question d’adaptation, d’ajustement, d’apprentissage. Ce que je veux, c’est m’améliorer, être un meilleur joueur à la fin qu’aujourd’hui.

Mais il adore l’expérience jusqu’à présent. Et il aime jouer chez lui, dans sa ville, devant son peuple.

« Cela faisait longtemps que je ne jouais plus régulièrement à la maison. A l’ABC, on joue partout, on se promène. Avant ça, chez le midget AAA, c’était la même chose. En plus, nous avons de superbes installations à Granby, c’est amusant de venir jouer dans un vrai stade comme celui-là.

>>>>>>

Ménard est décrit comme un jeune homme sérieux, doté d’une grande éthique de travail. Mais il sait aussi s’amuser sur un terrain de baseball. (Stéphane Champagne/La Voix de l’Est)

Ce qui ne gâche rien non plus, c’est que Ménard a la chance d’être dirigé par l’ancien pro Martin Bérubé, qui connaît son sport comme peu de baseballeurs au Québec et qui excelle dans l’art d’enseigner aux jeunes.

«Je me sens bien ici. J’ai été très bien accueilli par les gars, on a une super bande. Et je pense que nous pourrions surprendre d’ici la fin de la saison.

Mookie Betts des Dodgers de Los Angeles lui sert de modèle. Comme lui, Betts excelle défensivement et est rapide.

« On s’identifie toujours plus facilement aux joueurs à qui on ressemble, souligne-t-il.

Et d’ici peu, s’il continue dans sa progression, ce sera au tour du plus jeune de s’identifier à lui.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Prévisions météo pour le jeudi 11 juillet 2024 à Nantes et ses environs – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné