Attaquée et mordue au cou par un chien, une femme retrouvée morte dans un cimetière

Attaquée et mordue au cou par un chien, une femme retrouvée morte dans un cimetière
Attaquée et mordue au cou par un chien, une femme retrouvée morte dans un cimetière

Annette Guibal a été retrouvée morte au cimetière de Canaules-et-Argentières dans le Gard avec une blessure au cou le mardi 28 mai 2024. Les habitants sont tristes et choqués, la nonagénaire était l’ancien maire du village. Quatre personnes ont été placées en garde à vue.

Agée de 93 ans, l’ancienne maire de Canaules-et-Argentières, Annette Guibal, a été retrouvée morte au cimetière du village avec une blessure béante au cou, tuée par un chien d’un centre canin voisin.

Le nonagénaire était venu se recueillir sur la tombe d’un de ses proches ce mardi 28 mai 2024. Elle a été retrouvée inconsciente en fin de journée avec une blessure béante au cou.

Une enquête est en cours, menée par les gendarmes du Vigan. Selon les premiers éléments recueillis, la femme aurait été mordue par un dogue argentin.

L’autopsie de la victime est prévue ce vendredi 31 mai au matin, à l’institut médico-légal de Nîmes.

Les premiers éléments de l’enquête indiquent que le chien provenait d’un centre canin voisin, au cimetière de Canaules-et-Argentières. Le chien était probablement sous la surveillance d’une jeune fille de 18 ans, apprentie dans ce centre.

Ce dernier est entendu par les gendarmes avec le propriétaire du centre canin, un éleveur de 42 ans. Tous deux sont placés en garde à vue pour « homicide involontaire par attaque de chien ».

Mercredi soir, le procureur de la République a indiqué que leur garde à vue avait été prolongée. Il a également informé que deux autres personnes ont été placées en garde à vue : les fils du gérant, des jumeaux âgés de 19 ans, qui ont tenté de faire disparaître le dogue argentin.

Chez les habitants, la nouvelle choque et attriste. Selon certains d’entre eux, c’est la première fois qu’il y a un problème avec ce centre canin : ils n’en avaient jamais entendu parler auparavant.

“Je suis venue voir parce que je n’y croyais pas, je suis toujours dévastée, elle était maire quand nous sommes arrivés ici il y a 12 ans donc nous sommes très touchés et tristes”, confie un homme qui vient d’apprendre le décès d’Annette Guibal.

“C’était une personne rigoureuse, qui était très correcte envers les Canaulois, elle était heureuse de diriger, c’était toute sa vie, le village était sa vie”, dit un agriculteur du village.

Écrit avec Dalila Iberrakene.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la colère de Raphaël Schellenberger, député LR du Haut-Rhin
NEXT Venez célébrer les 40 ans des Editions de La Veytizou