qu’est-ce que la « guerre des haies » ? (vers le sud, 1/4) – .

qu’est-ce que la « guerre des haies » ? (vers le sud, 1/4) – .
qu’est-ce que la « guerre des haies » ? (vers le sud, 1/4) – .

Par

Frédéric Patard

Publié le

30 mai 2024 à 13h25

Voir mon actualité
Suivre - de la Manche

En juin 1944, donnant la priorité à la capture du port de Cherbourgles Américains se contentent de fixer le Allemands sur la ligne Carentan/Barneville.

Cela leur donne le temps d’organiser leur la défenseen tirant pleinement parti de la nature du terrain.

Un mur de verdure

De quoi est composé ce terrain ? De la Banque sur une terre haute et large, où se trouvent des arbres et des plantes de toutes sortes enraciné et empêtré pendant des siècles.

UN mur de verdure dense, profond, qui compartimente les campagnes de centre-Manche et se répète sans fin sur des kilomètres. Ce paysage de bocage est sillonné de sentiers creux, étroits et sombres.

Une guérilla défensive

Un cadre idéal pour mener une guérilla défensiveoù une section simple et bien camouflée et bien forméarmés de mitrailleuses et de mortiers, peuvent garder dans le respect une compagnie, un bataillon, un régiment entier.

Et quand malgré pertes important, l’attaquant s’empare finalement du haiele défenseur s’est déjà retiré derrière le haie ensuite, une centaine de mètres plus loin, là où le même système défensif transforme chaque champ en cimetière.

Vidéos : actuellement sur -

L’aviation ? Scotché au sol par un bulletin météo pourri. Et quand le temps daigne se lever, le pilotes ne vois rien d’autre que jungle verte où il est impossible de repérer un position ennemiebien camouflé, ou mouvement.

LE blindé ? Ils ne passent pas sur les sentiers trop étroits et s’enliser dans les champs détrempés où ils sont bloqués par les haiestrop épais pour être pressé.

Perdre un homme pour gagner un mètre

Dans ces conditions, le supériorité le matériel et le numérique sont inefficaces, aucune stratégie ne fonctionne : c’est plutôt sens tactique et expérience des hommes qui ont la priorité.

Et dans ces deux domaines, le Allemands surpasser les Américains qui ne s’attendaient pas ce genre de guerre. Pour conquérir Sainteny ou La Haye-du-Puits, les Américains perdent un homme pour gagner un mètre.

La pluie, la boue, le mort constamment présent, le sentiment de se battre pour rienle mien le moral des vétérans les plus endurcis.

Quant à bleus inexpérimentésil n’est pas rare de les voir repartir au bout de quelques heures, au mieux choquéau pire dans un « sac à viande ».

Au prix de mille souffrances, les Américains finirent quand même par revenir au Saint-Lôdéfiguré par bombardementsle 18 juillet, alors qu’au même moment, les Anglo-Canadiens mettent enfin le pied sur le rive droite de l’Orne à Caen.

Enregistré dans la campagne

Mais globalement, la tête de pont allié en Normandie reste coincé à la campagne et à Caen. Presque immobile, problématique pour Alliésnon seulement pour opinions publiques qui s’inquiètent de ne plus voir leurs « garçons » progresser.

Mais surtout parce qu’il est alimenté en permanence en troupes et en équipement qui continuent d’arriver sur le des plagesla tête de pont commence à saturer.

Il est nécessaire sortir, à tout prix, pour prendre l’air. Et reprends la baguette Allemands leur imposer un nouveau tempo, celui de guerre de mouvement. C’est l’opération Cobra ce qui mettra fin à guerre de couverture.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La visite de Joe Biden à Paris provoque encore des perturbations sur les routes ce dimanche, voici où et quand
NEXT Un policier en garde à vue après la mort d’un jeune homme dans un délit de fuite à Cherbourg