pourquoi le marché immobilier est-il toujours aussi attractif à Bollène ? – .

pourquoi le marché immobilier est-il toujours aussi attractif à Bollène ? – .
pourquoi le marché immobilier est-il toujours aussi attractif à Bollène ? – .

“Nous avons vécu une année 2023 très difficile par rapport à 2021 et 2022. Heureusement, à Bollène, le marché des pavillons tient le coup et continue de trouver preneurs”, » précise Isabelle Comparon de l’agence immobilière Les Allées à Bollène.

Cette petite commune de près de 14 000 habitants dispose d’atouts qui lui permettent d’afficher une certaine résilience en période de crise immobilière.

Une ville attractive

A la jonction de plusieurs départements, « Bollène dispose d’une sortie d’autoroute bien placée, pratiquement en centre-ville » explique Jean Sanchez, conseiller immobilier au sein du réseau IAD France.

Et la proximité de la centrale nucléaire du Tricastin permet à la ville de continuer à relativement bien se porter : « Grâce à lui, Bollène dispose d’un bassin d’emplois en permanence dynamique. »

L’investissement se porte bien

Ce que confirme Isabelle Comparon : « La centrale nucléaire recrute constamment de nouveaux travailleurs, qui recherchent souvent de petites maisons de banlieue. »

C’est pourquoi ces logements, pour un budget autour de 200 000 €, continuent de bien se vendre. L’investissement locatif se porte également bien. “En revanche, pour le marché des fermes et des grandes résidences, la situation est plus difficile”, elle remarque.

Une maison neuve à un prix abordable

Avec un prix de vente médian au m² dans l’ancien d’environ 1 300 € pour les appartements et 2 000 € pour les maisons selon les Notaires de France, Bollène reste accessible par rapport aux autres quartiers du Vaucluse (Orange, Avignon …) et attire de nombreux primo-accédants. .

Selon Jean Sanchez, le bien le plus précieux est « la petite maison d’environ 90 m², avec terrain d’environ 400 à 500 m². » Et ce, dans l’existant comme dans le nouveau.

En effet, « le terrain est à vendre à 60 000 € ou 65 000 €. Certains constructeurs parviennent à vendre des petites villas autour de 1 500 € le m². Ce qui donne un bouquet qui reste accessible, autour de 200 000 € pour 80 à 90 m². »

Des différences selon les quartiers

Même si la flambée des prix des matériaux et la forte hausse des taux d’intérêt ont eu un fort impact sur ce secteur, il déplore : « Cela s’est traduit pour les constructeurs par une perte de commandes dépassant parfois 50 % en 2023. »

Si les quartiers résidentiels de Saint-Pierre ou des Charagons sont prisés, d’autres quartiers, comme le sud-est de la ville ou vers la zone d’activités des Grès de Tousilles, sont moins recherchés, mais peuvent proposer des prix très attractifs pour les petits budgets.

En centre-ville, des appartements à rénover sont également à vendre à des prix abordables.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Rendre la culture accessible à tous, notamment aux aveugles
NEXT Mouvements portuaires cette semaine, à Brest