les dinosaures débarquent à Nîmes ! – .

Une dizaine de dinosaures grandeur nature investiront la galerie Jules-Salles de Nîmes, du 31 mai au 10 novembre.

Une exposition unique proposée par le Muséum d’Histoire Naturelle de Nîmes, celui d’Aix-en-Provence et les parcs Dinopédia. Un tyrannosaure mesurant plus de 10 mètres, un tricératops plus vrai que nature ou encore un quetzalcoatlus, ce reptile volant qui pouvait atteindre une dizaine de mètres d’envergure… Les visiteurs de la galerie Jules-Salles seront immergés dans l’ère Mésozoïque avec l’exposition « Dans le sur les traces des dinosaures, du Gard aux Amériques ».

Dinopedia en tant que partenaire

« Avec cet événement, nous voulons montrer la taille réelle de ces colosses », indique Adeline Rouilly, directrice du lieu qui chapeaute l’exposition. Le Musée a fait appel à Dinopedia, une société propriétaire de plusieurs parcs (dont un à Grand-Combe dans le Gard) dédiés aux dinosaures et spécialisés dans l’animatronique. « Ce sont des automates de dernière génération qui intègrent mécanique, sculpture et texture pour créer des dinosaures bien réels », explique Céline Fustier, directrice de Dinopedia Découverte. Respiration, pleurs, mouvement… les dinosaures exposés apparaîtront donc presque vivants !

L’Allosaure est déjà visible dans le jardin du Musée. Crédit photo : ville de Nîmes

Respiration, cris, mouvement…

« Dinopedia travaille avec des paléontologues et des spécialistes des dinosaures pour concevoir leurs automates. Les dinosaures exposés seront également accompagnés d’explications sur leur mode de vie et leurs caractéristiques », poursuit Adeline Rouilly du Musée de Nîmes, également partenaire pour cette exposition de celui d’Aix-en-Provence.

La griffe et l’avant-bras d’un allosaure trouvés en 1965 !

Ce dernier, véritable institution de recherche scientifique autour de la paléontologie, présente une vingtaine de fossiles dont un fémur de titanosaure mesurant 1,80m. « Cette exposition est aussi là pour rappeler que le Sud de la France et le Gard possèdent des vestiges de cette époque. Le musée de Nîmes conserve par exemple la griffe et l’avant-bras d’un allosaure trouvés en 1965 à Montmirat par René Jeantet, ancien conservateur du musée de Nîmes. Un allosaure sera également présenté par les équipes de Dinopedia et sera installé en permanence dans le jardin du Musée », conclut Adeline Rouilly.

L’Allosaure est déjà visible au Musée. Crédit photo : ville de Nîmes

Plus proche de la réalité que celui du film de Spielberg, Jurassic Park, un tricératops est présenté dans l’exposition de Nîmes. Un dinosaure du Crétacé supérieur qui vivait en Amérique du Nord. Herbivore, il se nourrissait de plantes basses. Il est bien entendu reconnaissable à ses trois cornes faciales.

Allosaure, Quetzalcoatlus, Tricératops

Quetzalcoatlus est le seul de la liste à ne pas être un dinosaure mais un ptérosaure (reptile volant) et non des moindres puisqu’il s’agit du plus gros animal volant de l’histoire. Avec ses 6 mètres de hauteur et ses 10 mètres d’envergure, c’était un grand prédateur capable de manger des petits animaux, des carcasses ou encore des œufs.

Pratique : « Sur les traces des dinosaures, du Gard aux Amériques », du 31 mai au 10 novembre. Galerie Jules-Salles, 13 bd Amiral-Courbet. Entrée : 5 euros, gratuit pour les moins de 18 ans. Billets en vente au Muséum d’Histoire Naturelle, 13 bd Amiral-Courbet à Nîmes. Téléphone : 04 66 76 73 45.

L’ACTUALITÉ en Occitanie en direct sur notre application

Ne manquez aucune actualité et météo avec notre application mobile InfoOccitanie disponible sur iOS ou Android ! Vous n’avez pas encore l’application ? Téléchargement GRATUIT ICI

Donnez de la visibilité à votre entreprise, votre événement ou votre association ! Notre équipe est là pour vous aider à accroître votre visibilité et à toucher un large public.

Contactez-nous dès aujourd’hui ! [email protected]

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Sénégal affrontera la Guinée
NEXT Pêches et Océans Canada ne sait pas combien de homards sont capturés par Sipekne’katik