VIDÉO. « Le matin du 6 juin, quand nous nous sommes réveillés, nous avons vu le ciel qui était noir d’avions »

VIDÉO. « Le matin du 6 juin, quand nous nous sommes réveillés, nous avons vu le ciel qui était noir d’avions »
VIDÉO. « Le matin du 6 juin, quand nous nous sommes réveillés, nous avons vu le ciel qui était noir d’avions »

Flers, dans l’Orne, fut détruite à 80 % par les bombardements des 6 et 7 juin 1944. Annette Lajon habitait à proximité… elle avait 11 ans et était la plus jeune résistante du département. Disparue l’été dernier, elle témoigne néanmoins dans le documentaire « L’Orne résistance, en quête de souvenirs ». Le film retrace son parcours et celui de ses camarades de lutte clandestine.

« Le matin du 6 juin, au réveil, nous avons vu le ciel qui était noir d’avions, littéralement noir. On n’entendait que le bruit des avions et on voyait comme en plein jour car c’était flamboyant sous tous les angles. côtés. J’étais entre Flers d’un côté qui était en feu, Condé-sur-Noireau qui était en feu et dans mon lit, le matelas était un trampoline tellement on était secoué. C’était quelque chose d’inimaginable. “

Quand Annette Lajon raconte son histoire, on retient son souffle. Elle a 11 ans lorsqu’elle rejoint la Résistance ornaise avec ses parents. Elle a connu les atrocités de la guerre plus tôt que beaucoup d’autres, a agi contre les forces d’occupation en plantant des crevaisons de pneus, a conduit les fugitifs à travers les champs et a gardé les secrets dont dépendait la vie de ses camarades.

André Mazeline, « Marsouin », chef de la Résistance dans l’Orne, le décrit ainsi : « Mon jeune camarade Annette, cette enfant insupportable et impertinente qui l’était certainement bien plus et en tout autre sens envers les Boches que envers moi.

Avant sa disparition en août 2023, les réalisateurs du documentaire (dont son petit-fils Thomas Lajon) « La résistance de l’Orne, en quête de souvenirs » l’avaient filmé, lors d’une rencontre avec des collégiens. Son témoignage fait la force du film.

Plus de 250 Ornais sont morts pour la cause de la Résistance. Argentan, Flers, Mortagne, Alençon… La Résistance était ici plus présente qu’ailleurs, et la Résistance, souvent très jeune, paya un lourd tribut avec une répression très violente.

>>

Une coproduction Rétroisseur productions et France Télévisions

© Un film de Thomas Lajon et Christophe Ramage

Au lendemain du débarquement, nous avons dû agir rapidement et avec force. Annette dit : « Les panneaux étaient en français et en allemand. Une chose que nous avons faite : nous avons renversé les panneaux. Et ça n’a l’air de rien, mais c’était très très efficace parce que les Allemands ont vu le panneau en allemand, ils ont suivi… ils ont fait des cercles, ils sont revenus au point de départ et ils ne comprenaient plus du tout où ils étaient, ça ne correspondait à rien et ça, je les ai vus passer quatre fois devant la route. maison sans comprendre du tout pourquoi ils se retrouvaient au même endroit. C’était donc une victoire.

Il a fallu faire sauter des ponts, faire sauter des routes, couper des fils téléphoniques, faire toute la guérilla possible pour les retarder.

Annette Lajon, résistante

dans le documentaire « Résistant Orne, à la recherche de souvenirs » de Thomas Lajon et Christophe Ramage

Dans le documentaire, au lendemain de la disparition d’Annette, Joséphine, 20 ans, se lance dans une quête de souvenirs. Guidée par la parole des historiens, la jeune femme orchestre un récit poignant de la lutte clandestine de la Résistance ornaise. Joséphine Burghardt est une Argentine de 20 ans. Elle a créé l’association La Flamme résistance et met en scène des résistants sur les réseaux sociaux depuis 2021.

« L’Orne résistant, en quête de souvenirs », un documentaire à découvrir ce jeudi 30 mai à 23h10 sur France 3 Normandie et dès maintenant et pendant un mois sur notre plateforme france.tv.

Vous n’entendrez jamais un discours d’un président américain ou d’un premier ministre britannique qui évoque les victimes civiles, dommages collatéraux de la libération du territoire.

Françoise Passera, historienne et co-auteure de « Les Normands dans la guerre »

dans l’émission «Jeudis de l’Histoire – les Normands à la guerre»

Tous les jeudis, du 23 mai au 13 juin, France 3 Normandie propose Les jeudis de l’histoire. Les Jeudis de l’Histoire, c’est entre autres quatre soirées composées d’un documentaire inédit, suivi d’une émission spéciale réalisée par les équipes de France 3 Normandie, en lien avec la thématique du documentaire.

Après le nouveau documentaire « L’Orne résistant, à la recherche de souvenirs » de Thomas Lajon et Christophe Ramage à 23h10, retrouvez une émission spéciale « Les Jeudis de l’Histoire » consacrée à la vie des Normands pendant la guerre et présentée par Laurent. Septembre :

Avec :

Françoise Passera nous explique : « Si l’on s’en tient aux manifestations du 80e anniversaire, les populations civiles sont très peu évoquées. 20 000 morts, des dizaines de milliers de blessés, à vie, et écoutez les discours qui seront prononcés… Vous savez que la première commémoration nationale des victimes civiles, c’est 2014 avec François Hollande ! Vous n’entendrez jamais un discours d’un président américain ou d’un Premier ministre britannique qui parlera des dommages collatéraux de la libération du territoire.»

Le Mémorial de Falaise, seul musée dédié aux civils pendant la guerre, propose également une exposition temporaire à l’occasion du 80e anniversaire du Débarquement sur les villes au cœur de la guerre. Emmanuel Thiébot, son gérant, précise : « L’exposition tente de répondre aux questions : pourquoi tant de destructions ? Pourquoi tant de civils tués ? C’est une exposition qui permettra à de nombreux Normands d’avoir des réponses. »

“Les Jeudis de l’Histoire – les Normands en guerre” est une émission à découvrir ce jeudi 30 mai à minuit sur France 3 Normandie et quand vous le souhaitez sur notre plateforme france.tv.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Gora Khouma critique l’attitude du ministre El Malick Ndiaye
NEXT Le corps d’un pêcheur terre-neuvien disparu retrouvé