Le 3e rassemblement citoyen des Yvelines a élu domicile à Rambouillet « pour fédérer et fédérer les jeunes autour d’un même objectif »

Le 3e rassemblement citoyen des Yvelines a élu domicile à Rambouillet « pour fédérer et fédérer les jeunes autour d’un même objectif »
Le 3e rassemblement citoyen des Yvelines a élu domicile à Rambouillet « pour fédérer et fédérer les jeunes autour d’un même objectif »

La 3e édition du rassemblement citoyen des Yvelines s’est déroulée sur le site militaire de l’état-major d’Estienne, à Rambouillet, mardi 28 mai, au profit de 122 collégiens du département.

Malgré la fine bruine qui a continué à tomber toute la matinée, l’enthousiasme des 122 élèves de 3ème et 4ème

ne faiblit pas. La 3ème édition du rassemblement citoyen des Yvelines, organisée mardi 28 mai sur le site militaire de l’état-major Estienne à Rambouillet, a rencontré le succès escompté. L’événement, labellisé « 80 ans de Libération », destiné, le temps d’une journée, à rassembler différents acteurs (institutionnels, associatifs) mais aussi l’armée, les pompiers et la gendarmerie, dans un esprit d’engagement et de cohésion, au profit d’étudiants du Collège. prime

A Rambouillet, la classe Ulis de l’école Clairbois a bénéficié d’un cycle de huit séances au poney club du Vieil-Orme

Objectif : offrir aux jeunes participants une éducation à la défense à travers un parcours aux dimensions civiques, sportives et mémorielles, grâce à divers ateliers et activités. Tout au long de la journée, les neuf équipes composées de dix à quinze jeunes ont arpenté les douze stands disséminés autour du site militaire de Rambouillet.

Échange, transmission

Cette nouvelle édition s’est déroulée autour d’un fil conducteur, le thème choisi cette année : « L’esprit Leclerc, entre engagement, résilience et cohésion », le tout sous l’oeil bienveillant du lieutenant-colonel Pierre Djouini, en charge de l’organisation de l’événement, dirigé par le trio académique de Versailles, qui comprend les ministères de l’Éducation nationale et des Armées, ainsi qu’un représentant de l’association régionale des auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN). “Nous avons essayé, pour les jeunes, de varier les plaisirs sur le parcours en alternant un stand informatif et un stand ludique ou physique, pour les informer, mais aussi les amuser”, explique-t-il. prime

Le Court-Bouillon, un café associatif et de rencontre au service de la culture sans limite à Rambouillet

Les 122 jeunes ont également pu, tout au long de la journée, s’initier aux missions de service civique comme le tir au fusil, s’inspirer des témoignages d’anciens combattants ou éteindre un réchaud à gaz allumé auprès des pompiers des Yvelines, dans une démarche d’échange et de transmission.

Les collégiens ont pu s’essayer au tir à la carabine.

« Connecter les jeunes à leur patrimoine local »

Premier arrêt au stand de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONaCVG), qui proposait une exposition sur les joueurs de rugby lors des deux grands conflits mondiaux. « Organiser ce rassemblement sur ce site militaire emblématique de Rambouillet connecte les jeunes à leur patrimoine local et leur montre tout ce qui s’est passé dans le département », se réjouit Éric Warnant, directeur du service départemental de l’ONaCVG. Yvelines.

“Il ne s’agit pas seulement du débarquement de Provence, de celui de Normandie ou de la Libération de Paris et c’est aussi ça l’intérêt de cet événement : perpétuer toute la richesse des Yvelines.” Éric Warnant

Après avoir pu déguster une authentique ration de combat de l’époque des tranchées et reconstituer la tenue d’un soldat à partir d’une simple photo, les équipes de jeunes se rassemblent autour du stand qui remporte tous les suffrages : le parcours physique où se succèdent course, escalade et tir à la carabine. les uns les autres le plus rapidement possible. Autant de manières de « fédérer et fédérer les jeunes autour d’un même objectif, en leur passant le témoin de notre histoire », conclut le lieutenant-colonel Djouini. prime

Etudiante à Paris, elle a tourné un court métrage au tribunal de Rambouillet

Etudiants des collèges Le Rondeau et Catherine-de-Vivonne de Rambouillet, Les Molières des Essarts-le-Roi, Gustave-Courbet de Trappes et Alain-Fournier, dans le 11ème arrondissement de Paris.Laura Alliche
#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin