Précédemment reconnu coupable d’homicide, désormais coupable d’avoir terrorisé sa famille pendant 10 ans

Précédemment reconnu coupable d’homicide, désormais coupable d’avoir terrorisé sa famille pendant 10 ans
Précédemment reconnu coupable d’homicide, désormais coupable d’avoir terrorisé sa famille pendant 10 ans

Un beau-père estrien de 44 ans condamné dans le passé pour homicide involontaire pourrait maintenant passer un nouveau long séjour en prison pour avoir fait vivre l’enfer à son ex-conjointe et à deux de ses enfants pendant une dizaine d’années.

Mercredi matin au palais de justice de Granby, la juge Hélène Bouillon a rendu un verdict de culpabilité sur 10 des 11 accusations portées contre l’accusé, qui cachait à peine son mécontentement, depuis un centre de détention.

Cela a scellé le sort de celui qu’il nous est interdit d’identifier afin de protéger les trois victimes de cette affaire, à savoir son ex-conjointe, ainsi que le fils et la fille de cette dernière.

“Certes, cela est accueilli comme un soulagement pour la protection et la sécurité de ces personnes, mais aussi de la société”, a réagi à Journal Me Valérie Simard-Croteau, de la Couronne.

Valérie Simard-Croteau, procureure au Directeur des poursuites criminelles et pénales, en 2019, au palais de justice de Granby

Photo d’archive / Alex Drouin

Leurs témoignages ont levé le voile sur de nombreux épisodes de violences qui ont duré 10 ans.

Frappé, tiré au sol

La colère de l’homme était déclenchée par « tout et n’importe quoi », a rapporté le garçon dont le témoignage a été qualifié de « vérité criante » par le juge Bouillon.

« Si quelque chose ne lui convient pas, l’accusé se met en colère, frappe les murs, casse les meubles. […]», lit-on dans le jugement.

Les victimes ont par exemple décrit avoir été jetées au sol, étouffées ou même plaquées contre un mur.

La plupart des attaques visaient la mère, qui se disait « détruite » par de telles violences.

Le bourreau l’a agressée dès le début de leur relation, vers 2011, alors qu’il consommait de la drogue et de l’alcool.

« Elle est constamment en alerte. La violence psychologique est présente presque quotidiennement. A certains moments, le simple regard de l’accusé la fait frémir”, écrit le juge Bouillon.

Dans l’acide

L’homme de 44 ans a également menacé les plaignants à de nombreuses reprises, parfois avec une arme, comme un couteau ou une barre à clous.

Au cours d’une nuit d’horreur, il aurait fait des avances à sa belle-fille. Devant son refus, il aurait menacé de « la tuer, de la couper en morceaux et de la mettre dans un tonneau rempli d’acide », apprend-on dans le jugement.

Mercredi, l’accusation a informé le tribunal qu’elle avait l’intention de demander une évaluation psychiatrique du criminel afin de déterminer s’il pouvait être considéré comme un délinquant à contrôler ou un délinquant dangereux.

Ce qui l’expose à une peine de prison à durée indéterminée.

Cour régulière

Il faut savoir que l’accusé dans cette affaire a un long parcours devant les tribunaux.

Il a été condamné à huit ans de prison pour homicide involontaire au début des années 2000.

À la fin d’une altercation dans une petite municipalité de l’Estrie, il a mortellement poignardé un homme à la poitrine, écrit Le journal à l’époque.

Les deux individus étaient « bien connus » dans le monde de la drogue et « ce n’était pas leur première dispute », a-t-on rapporté.

SI TU AS BESOIN D’AIDE

SOS violences conjugales

https://www.sosviolenceconjugale.ca/

• 1 800 363-9010 (24 heures sur 24, 7 jours sur 7)

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Suisse va se barricader face à la menace terroriste
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin