Le Québec « autrement dit » au Musée de la civilisation

Le Québec « autrement dit » au Musée de la civilisation
Le Québec « autrement dit » au Musée de la civilisation

Le Musée de la civilisation s’est donné le temps et l’espace pour travailler à la nouvelle version de son exposition permanente consacrée à l’histoire du Québec.

En six ans, l’équipe de travail a consulté 200 partenaires et bâti trois comités — « diversité », « jeunesse » et « autochtones » — afin de bien comprendre le pouls du public et sa vision de l’histoire du Québec.

L’idée de la rencontre comme fil conducteur de l’exposition est alors immédiatement apparue aux designers, comme « une évidence ».

« Aujourd’hui, il y a de nombreux pans de l’histoire que nous connaissons peu et dont nous devons parler. Nous sommes conscients qu’il n’y a pas une histoire nationale, mais plusieurs histoires. […] D’emblée, le fait d’utiliser le « récit national » [pour ouvrir la discussion au cours des consultations]ça n’a pas plu aux gens», explique Coline Niess, chargée de projet d’exposition au Musée de la civilisation.

Pour l’organisation, il était donc naturel de présenter sous un nouveau jour les événements importants qui marquent notre histoire. Des peuples autochtones qui habitent le territoire depuis des siècles, aux enjeux qui préoccupent la société québécoise aujourd’hui. Le tout sans adopter un point de vue « identitaire » ou activiste, mais en s’appuyant sur les découvertes les plus récentes faites par les historiens, archéologues et autres scientifiques.

«On s’est dit qu’il fallait raconter l’histoire du Québec dans sa pluralité, dans sa diversité.»

— Coline Niess, chargée de projet d’exposition au Musée de la civilisation

Le Québec, en d’autres termes est divisé en six pavillons, dans une salle de près de 1 600 m² — la plus grande jamais utilisée pour une exposition au MCQ. En chemin, les visiteurs traverseront les espaces Vivre, Habiter, Échanger, Partager, Réclamer et Appartenir.

“[Dans Le Québec, autrement dit], il y a vraiment des avancées scientifiques qui sont présentées et qui expliquent à nos visiteurs qu’en fait l’histoire est quelque chose qui se construit dans le temps. Nos connaissances sont constamment remises en question et progressent grâce aux découvertes faites par nos historiens, nos archéologues et nos scientifiques », ajoute Stéphan La Roche, président-directeur général du Musée de la civilisation.

Plus de détails à venir…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les chasseurs mosellans utilisent des drones pour sauver les petits faons lors des fauches
NEXT mesures de grève suspendues