Centraide Outaouais a mesuré l’impact social du campement

Centraide Outaouais a mesuré l’impact social du campement
Centraide Outaouais a mesuré l’impact social du campement

Une enquête menée par Centraide Outaouais conclut que le camp de 48 tentes chauffées déployées cet hiver par Devcore au Centre Robert-Guertin a eu des « effets très positifs » sur les personnes qui y vivent.

Les répondants ont souligné les impacts positifs d’avoir un toit au-dessus de leur tête, un endroit pour se réchauffer en hiver et un plus grand sentiment de communauté entre les campeurs et les intervenants.

Un autre élément de réponse qui a surpris Centraide Outaouais et son directeur général, Cédric Tessier, par sa prédominance, est le sentiment de sécurité généré par le camp.

Selon l’organisation, toutes les personnes interrogées ont immédiatement mentionné les avantages de vivre dans un endroit sûr et de ne pas être constamment en alerte. La proximité des travailleurs a également contribué à réduire l’anxiété et le stress des personnes vivant dans le camp.

Conseillère en impact social, Marilyne Caouette a réalisé 25 entrevues en mars auprès de campeurs. Même si Devcore a donné accès au camp aux équipes de Centraide Outaouais, l’entreprise n’a pas participé elle-même à l’enquête.

Toujours des irritants pour les campeurs

Outre le manque de douches, les campeurs ont soulevé d’autres problèmes liés à la forme actuelle du projet. L’une d’elles, Carol Beauchamp, a déclaré qu’elle était souvent réveillée par les inspections effectuées dans la journée par les travailleurs, les inspections pour être sûr de ne pas faire de surdose.

M. Beauchamp se dit favorable à l’initiative, mais aimerait voir des changements dans la gestion et la fréquence des interventions.

Un autre campeur, Pierre Lafrenière, est sceptique quant à la sincérité des organismes qui disent vouloir venir en aide aux personnes en situation d’itinérance. « La solution est de créer des logements sociaux subventionnés. Il y avait une grande pancarte sur le boulevard, mais elle n’est plus là. Où sont ces appartements ? Nous les attendons toujours », ajoute-t-il.

Pierre Lafrenière (à gauche) et Carol Beauchamp (à droite) soulignent que le projet de tente n’est qu’une solution temporaire.

Photo : Radio-Canada / Maxim Allain

Bilan régional désastreux, besoins variés

La région connaît la plus forte hausse de l’itinérance depuis 2018 au Québec, soit 268 %, selon Centraide Outaouais.

Cette solution ne convient pas à tout le monde, il est important de le rappeler. Il ne faut pas une seule solution pour résoudre les problèmes de sans-abri, il faut une gamme de solutions.

Une citation de Cédric Tessier, directeur général, Centraide Outaouais

Cédric Tessier espère que la phase 2 pourra combler certaines lacunes du projet et faciliter l’accès aux services sociaux pour les personnes vivant dans le camp.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Le nombre de places était limité à 50 pour le camp du Centre Robert-Guertin l’hiver dernier. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Mathieu Deroy

De son côté, le directeur général du Centre d’intervention et de prévention des drogues de l’Outaouais, Yves Séguin, déplore qu’à l’automne, lors de la sélection des personnes pouvant vivre dans le camp, « des personnes plus désorganisées ou moins mobilisées pour le changement » n’aient pas été choisies.

Les personnes qui consomment plus activement ou qui consomment des substances que les gens considèrent comme plus dangereuses […] ne sont pas les bienvenus dans ce type de projet. Et c’est ça qui nous inquiète, on est en train d’exclure les plus exclus.

Une citation de Yves Séguin, directeur général du CIPTO

M. Séguin affirme que les personnes rejetées par ces services « sont plus à risque de surdoses » puisqu’elles se retrouvent souvent isolées.

La société Devcore tiendra un point de presse jeudi matin pour annoncer la suite du projet.

Avec les informations de Charlotte Tremblay et Frédéric Pepin

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV beau, bon, (presque) gastronomique et surtout pas très cher – .
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin