Marseille, Lyon, Nantes… Plusieurs mairies éteignent leurs lumières en hommage aux victimes civiles de Rafah

Marseille, Lyon, Nantes… Plusieurs mairies éteignent leurs lumières en hommage aux victimes civiles de Rafah
Marseille, Lyon, Nantes… Plusieurs mairies éteignent leurs lumières en hommage aux victimes civiles de Rafah

Deux jours après la frappe meurtrière qui a fait 45 morts et près de 250 blessés dans un camp de déplacés à Rafah, selon le ministère de la Santé de l’administration du Hamas à Gaza, plusieurs mairies ont annoncé qu’elles éteindraient leurs lumières mercredi à 22h00 en hommage aux victimes civiles de la bande de Gaza.

L’initiative est venue du maire de Marseille, Benoît Payan. Sur son

« L’horreur des frappes meurtrières sur Rafah nous révolte et nous touche au plus profond de notre humanité », écrit-il, tout en lançant un appel aux autres élus. « J’appelle tous les maires de France à faire de même », poursuit-il.

Lyon, Nantes, Bordeaux, Grenoble suivent l’initiative

Un appel qui a été suivi dans la soirée par d’autres élus de gauche ou écologistes. Le maire EELV de Lyon, Grégory Doucet, a annoncé qu’il éteindrait également les lumières de l’hôtel de ville à 22 heures. « Ne détournons pas les yeux de Rafah », écrit-il. Ces images de dévastation indignent et touchent chacun de nous. » La maire de Nantes, Johanna Rolland, ainsi que le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, ont également indiqué sur X qu’ils participeraient à ce mouvement. “On éteint les lumières et on garde les yeux ouverts”, a déclaré l’édile bordelais.

Le maire de Grenoble, Éric Piolle, a annoncé que la ville de l’Isère suivrait cette initiative. “A 22 heures, les mairies des villes amies du peuple palestinien mettent la clé sous la porte, pour faire la lumière sur ce qui se passe à Rafah, à Gaza, en Cisjordanie”, a-t-il écrit sur X.

La mairie de Montpellier sera également éteinte, a indiqué le maire socialiste Michaël Delafosse. « Chaque vie compte, notre humanité, les enfants, les civils de Gaza ne peuvent pas souffrir des choix de Netanyahu qui n’assure la sécurité de personne. Il faut un cessez-le-feu. Le Hamas doit libérer les otages israéliens», indique l’édile sur son compte X. La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, a également annoncé la disparition des hôtels régionaux.

A Lille, la maire PS Martine Aubry a également annoncé jeudi l’extinction de bâtiments “en soutien à Gaza”. « Nous partageons évidemment votre colère face aux horreurs des frappes meurtrières sur Rafah », a-t-elle répondu au maire de Marseille. « Dans le cadre de la sobriété énergétique, les lumières de la mairie sont déjà éteintes le soir », rappelle l’élu de 73 ans.

Une extinction de la Tour Eiffel “pas à l’ordre du jour”

David Belliard, adjoint à la transformation de l’espace public et à la mobilité de Paris, a également appelé à éteindre les lumières de la Tour Eiffel en repartageant le message de Benoît Payan sur X.

« Comme Marseille et Lyon, qui vont éteindre les lumières de leur hôtel de ville, montrons la solidarité de Paris avec Rafah, frappé par des frappes meurtrières. En mémoire des victimes, pour la paix et un cessez-le-feu, éteignons les lumières de la Tour Eiffel”, écrit l’élu écologiste.

Contactée par Le Parisien, la mairie de Paris affirme qu’une extinction de la Tour Eiffel n’est pas au programme. « Le Maire a réuni il y a quelques semaines les présidents de groupes de la majorité et de l’opposition pour s’engager dans un geste symbolique lors du Conseil de Paris. La ville a rendu hommage aux victimes palestiniennes mardi dernier par une minute de silence lors du Conseil de Paris », rappelle-t-on depuis la Mairie.

Indignation internationale

Au moins 75 Palestiniens sont morts en 24 heures lors des opérations militaires israéliennes à Gaza, portant le bilan des morts, pour la plupart des civils, dans le territoire assiégé à 36 171, selon les données publiées mercredi par le ministère de la Santé de Gaza. Administration du Hamas.

Mardi, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU a été convoquée après les bombardements israéliens de dimanche qui ont provoqué l’indignation internationale. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a regretté un « accident tragique ». L’armée israélienne a affirmé de son côté que ses munitions utilisées dimanche ne pouvaient pas avoir « à elles seules » provoqué l’incendie ayant fait les 45 morts. Le même jour que la réunion, la Défense civile de Gaza a annoncé la mort de 21 Palestiniens supplémentaires lors d’une frappe israélienne contre un autre camp de personnes déplacées à Rafah.

A l’ONU, l’Algérie a présenté ce mercredi au Conseil de sécurité un projet de résolution exigeant un cessez-le-feu “immédiat” et la fin de l’offensive à Rafah, où sont entrés pour la première fois les chars israéliens. temps le 7 mai, pour – selon Tel Aviv – éliminer les derniers bataillons du Hamas, à l’origine des attaques meurtrières du 7 octobre commises dans le sud d’Israël. Malgré les condamnations internationales et les appels au cessez-le-feu, l’offensive se poursuit.

Tumulte à l’Assemblée

En France, la guerre à Gaza a été invitée à l’Assemblée nationale. Mardi, le député des Bouches-du-Rhône Sébastien Delogu a déployé un drapeau palestinien dans l’hémicycle. Un geste qui lui vaut l’exclusion de la session pendant quinze jours et la privation de la moitié de son indemnité parlementaire pendant deux mois.

Le tumulte s’est poursuivi jusqu’à la salle des Quatre Colonnes, lieu de rencontre entre élus et journalistes, où le député LFI David Guiraud et LR Meyer Habib ont échangé des invectives. Les huissiers sont même intervenus entre les deux hommes, entrés en contact physique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV cette petite fille des Lions de la Teranga en Angleterre – La Nouvelle Tribune
NEXT Pour mettre fin à « l’enfer » des déchets dangereux