« Dans les Yvelines, nous avons perdu 50 pharmacies en 4 ans »

« Dans les Yvelines, nous avons perdu 50 pharmacies en 4 ans »
« Dans les Yvelines, nous avons perdu 50 pharmacies en 4 ans »

Par

Fabien Dézé

Publié le

29 mai 2024 à 18h17

Un grand rassemblement pharmaciens est attendu ce jeudi 30 mai 2024 à Paris. Ils manifesteront à partir de 15 heures à la Faculté de Pharmacie le 6e district au ministère de l’Économie à Bercy.

Ce mouvement sera largement suivi dans les Yvelines par des professionnels du secteur, qu’ils soient pharmaciens, préparateurs de commandes ou encore étudiants. Il sera donc très difficile de trouver une pharmacie ouverte.

Un mouvement très populaire dans le département

« Au Mantois par exemple, entre 80 et 100 % des pharmacies seront fermées », indique Philippe Richard, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) des Yvelines. Les seuls qui seront ouverts auront été réquisitionnés par l’Etat. »

Ce dernier, installé à Juziers, se montre très inquiet pour le métier.

« En France, nous avons perdu 2 000 pharmacies en dix ans. Chaque jour, une pharmacie ferme. Dans les Yvelines, ils étaient 440 il y a quatre ans, ils ne sont plus que 390 aujourd’hui. C’est 50 de moins. Si rien ne change, le problème va s’aggraver. Il y a des licenciements à venir. »

Philippe Richard, président de l’USPO dans les Yvelines

Des patients qui se retrouvent sans traitement

Dans la commune voisine de Gargenville, Pierre Logereau est tout aussi inquiet.

« Il y a dix ans, 400 molécules étaient en rupture de stock en France. Nous en sommes désormais à environ 5 000. Tout cela est dû à la baisse systématique des prix des médicaments. L’amoxicilline est vendue 2 euros en 2024 contre 8 euros en 2014. 1,5 milliard d’euros d’économies ont été réalisés cette année sur les médicaments. Résultat, lorsqu’on ne trouve pas d’alternative auprès des médecins, le patient se retrouve sans traitement. »

Pierre Logereau, pharmacien à Gargenville

« Un détour de 40 km pour aller chercher un produit »

Les produits en rupture de stock sont divers et variés et affectent de nombreuses pathologies : asthme, épilepsie, cancer, diabète…

Vidéos : actuellement sur -

« Lorsqu’une personne est obligée de faire un Détour de 40 km Pour avoir son produit, il y a un problème, déplore Philippe Richard. Cela crée de l’anxiété, parfois des attaques verbales, voire pire. Au final, nous remplissons de moins en moins notre rôle qui est d’être à l’écoute des clients. Il faut savoir que nous passons 12 heures par semaine à chercher des médicaments. Cela crée beaucoup de lassitude chez les pharmaciens. »

Le reportage Ferracci dans le viseur

La profession critique également le rapport Ferracci (du nom du député de la Renaissance Marc Ferracci) qui propose des changements importants dans la régulation des pharmacies.

« C’est un projet de loi qui s’inscrit dans le cadre de la libéralisation de certaines professions réglementées », poursuit Philippe Richard. Ils ont refusé d’écouter les professionnels du secteur. Notre maillage territorial risque d’être mis à mal. Notre force, c’est que jusqu’à présent chacun pouvait trouver une pharmacie à 5 minutes de chez soi. Si Amazon vend des médicaments en France demain, il n’y aura plus de pharmacies en France. La création d’une plateforme pharmaceutique brisera notre réseau. »

Une rémunération jugée insuffisante

Plus généralement, le pharmacien juziérois a l’impression que les pharmaciens ne sont pas payé digne du travail qu’ils font.

« Quand on fait un vaccin, ils nous donnent 2 euros alors que ça nous prend un quart d’heure. Nous avons tous souffert d’un contexte d’inflation… Nous avons été impeccables pendant la crise sanitaire mais nous n’avons été remerciés qu’oralement. Nous attendons désormais un signe fort de l’Etat. »

Philippe Richard

Pierre Logereau est d’accord. « On ne manifeste pas souvent, le dernier mouvement remonte à dix ans. Mais aujourd’hui, le contexte est vraiment tendu. Heureusement, nous avons beaucoup de clients qui nous soutiennent. Nous avons lancé une pétition en ligne qui a recueilli plus de 1 000 signatures. »

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin