Un nouveau site fait surface pour le futur hôpital de Gatineau

C’est du moins ce que souhaite la Coalition pour un centre hospitalier accessible et durable en Outaouais (CCHADO), à quelques semaines, voire quelques jours, avant l’annonce du choix du site par le gouvernement du Québec. Le gouvernement du Québec a promis une décision d’ici la fin du printemps.

La coalition braque cette fois les projecteurs sur la vente par son propriétaire du 555, boulevard de la Carrière. L’ancien bâtiment de la Défense nationale, vacant depuis un incendie en 2016, est central, en bordure du Rapibus et bénéficie de conditions qui permettraient un démarrage rapide de la construction de l’hôpital, insiste la coalition. Le bâtiment actuel devrait probablement être démoli. Ce serait le site le plus accessible, pour le plus grand nombre, en un minimum de temps en vélo, en bus et en voiture, selon la modélisation des temps d’accessibilité obtenue par La droite.

>>>>>>

Le 555, boulevard de la Carrière est vacant depuis un incendie en 2016. (Patrick Woodbury/Le Droit)

Jumelé au vaste terrain du 625, boulevard de la Carrière, appartenant au Casino du Lac-Leamy, le site serait suffisamment grand pour accueillir le chantier de construction d’un centre hospitalier régional qui s’élèverait sur une douzaine d’étages, précise le porte-parole. discours de la coalition, Patrick Robert-Meunier.

La mise en vente du 555 pourrait également éviter au gouvernement de consacrer du temps, de l’argent et de l’énergie dans le processus complexe d’expropriation nécessaire à la construction du site industriel situé un peu plus loin sur le même boulevard.

Non contaminé

«C’est un chantier qui, selon les études réalisées par le propriétaire, n’est pas contaminé, où la roche est peu creuse et qui est prêt à construire», précise M. Robert-Meunier. Nous aurions toutes les informations sur les conditions du site. Il doit être ajouté à la liste des terrains étudiés.

>>>>>>

Le porte-parole de la Coalition pour un centre hospitalier accessible et durable en Outaouais, Patrick Robert-Meunier. (La Loi, Simon Séguin-Bertrand/La Loi, Simon Séguin-Bertrand)

Cette liste comprend déjà le site Asticou, le site industriel du boulevard de la Carrière et le site du boulevard de la Technologie. La coalition craint également que Québec choisisse ce dernier site en raison de ses avantages en termes de complexité et d’échéancier. Les principaux acteurs de la société civile se sont presque tous prononcés contre ce site en raison de sa situation excentrée et des enjeux d’accessibilité qu’il représenterait pour les patients et les travailleurs.

“Nous n’abandonnerons pas”, insiste M. Robert-Meunier. Même si Québec devait annoncer le site du boulevard de la Technologie. Ce serait une trop grosse erreur de laisser tomber cela. Nous resterons mobilisés tant qu’il n’y aura pas de pépins sur le terrain et il y aura probablement des élections avant cela. Nous ne laisserons pas le gouvernement commettre une si grosse erreur […] il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le gouvernement veut un site prêt à construire, il a l’opportunité de sauver la face avec la disponibilité de ce nouveau site.

3 175 parkings pratiquement vides

M. Robert-Meunier ajoute qu’il y a 3 175 stationnements pratiquement vides en journée, en semaine, juste de l’autre côté du boulevard de la Carrière pour desservir le Casino du Lac-Leamy. «C’est un élément qui contribue à alléger la pression sur les besoins en places de stationnement sur le site même de l’hôpital», a-t-il déclaré. Il existe un moyen de mutualiser ces parkings, ils appartiennent déjà à l’Etat.

En cumulant la superficie du 555, boulevard de la Carrière et son voisin, le 625, qui appartient à Casiloc, le gouvernement pourrait compter sur un peu plus de 79 000 m². Considérant que le gouvernement s’est éloigné de la formule d’un hôpital de banlieue initialement proposée, il pourrait disposer de suffisamment d’espace pour commencer les travaux d’un bâtiment principal qui pourrait atteindre 12, voire 15 étages.

Il existe également des possibilités d’agrandissement, note M. Robert-Meunier. Le terrain du Canadian Tire et le 455 boulevard de la Carrière, qui abrite actuellement des fonctionnaires de la Défense nationale, pourraient potentiellement faire l’objet d’une transaction. Le bâtiment construit pour le gouvernement fédéral et achevé en 2010 est la propriété de la firme Brocolini. «Comme le gouvernement fédéral semble tellement préoccupé par l’état du réseau de santé en Outaouais, j’imagine qu’il ne lui sera pas trop difficile de s’en débarrasser», affirme le porte-parole de la coalition.

Les habitants des Hautes-Plaines s’y opposent

L’Association des Habitants des Hautes-Plaines (ARHP) vient de réaliser un premier exercice de concertation sur l’aménagement du quartier. Ce dernier a été au centre de nombreuses spéculations au cours des dernières années, notamment dans le cas du quartier général de police de Gatineau et surtout dans le cas du futur hôpital.

La position des citoyens du quartier concernant l’emplacement du futur centre hospitalier reste la même. Une telle infrastructure serait incompatible avec le district des Hautes-Plaines, l’environnement et la réalité de l’Outaouais, note l’ARHP. Un site plus central est souhaité par les résidents.

« Nous, seulement un méga hôpital, ne pouvons pas nous intégrer harmonieusement dans le quartier des Hautes-Plaines, mais tous les contribuables de l’Outaouais seraient perdants face à la construction de cette infrastructure au nord de Gatineau, ville développée de l’Est. à l’ouest, précise l’association des habitants. Il existe des sites qui répondent aux critères d’accessibilité et de durabilité.

Rencontre avec le Ministre de la Santé

Le maire de Gatineau, Daniel Champagne, ainsi que les préfets des MRC de la région doivent rencontrer le ministre de la Santé, Christian Dubé, jeudi, à Québec, afin de faire face à la situation critique que vit actuellement le réseau de la santé en Outaouais.

>>>>>>

Le maire de Gatineau, Daniel Champagne. (Simon Séguin-Bertrand/Archives Le Droit)

M. Champagne précise que le choix du site du futur hôpital n’est pas à l’ordre du jour des discussions. « La situation sanitaire est préoccupante en ce moment », rappelle M. Champagne. Cependant, je pense qu’il existe une dynamique sans précédent quant à la nécessité d’agir en matière de santé et que nous devons capitaliser sur cela pour tenter de résoudre la situation dans la région.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV comment, en trois décennies, l’équipe suisse de football a fait l’exceptionnel lieu commun
NEXT Lot. Les gourmandises de Pascal Bardet, chef étoilé du Gindreau et du Gault&Millau d’or