accusé de violences par ses filles, le père nie et évoque « une éducation stricte »

accusé de violences par ses filles, le père nie et évoque « une éducation stricte »
accusé de violences par ses filles, le père nie et évoque « une éducation stricte »

Par

Éditorial Essonne

Publié le

29 mai 2024 à 17h55

Voir mon actualité
Suivre Actualités Essonne

« Une éducation stricte, voire ferme, mais sans plus » selon lui. Mercredi 22 mai 2024, un père de 38 ans résidant à Vauhallan (Essonne) était juge au tribunal judiciaire d’Évry-Courcouronnes pour violences habituelles commises contre ses trois filles mineures. Réfutant catégoriquement les accusations de ses enfants, ce dirigeant immobilier a pu compter sur le soutien de son épouse.

Un rapport publié par l’école de filles du couple

L’affaire a débuté au printemps de l’année dernière. À l’époque, les enfants du couple étaient scolarisé dans une école primaire à Palaiseau.

Le comportement de leur fille aînée inquiète ses professeurs. Lors d’une activité parascolaire, la petite fille simulé une tentative d’étrangeté ce qui a déclenché un rapport aux autorités.

Interrogé, le une petite fille parle de la violence de son père à son encontre et des conflits permanents entre ses deux parents.

Le père de famille ne respecte pas son contrôle judiciaire

Juste avant l’été, la famille déménage à Vauhallan et les enfants, dont deux sœurs jumelles de six ansentrer dans une nouvelle école.

Parallèlement, l’enquête se poursuit. Les jumeaux confirment eux aussi qu’ils vivent dans un temps particulièrement orageux où leur mère subit des violences physiques.

Vidéos : actuellement sur -

En début d’année, la justice s’est prononcée sur une mesure d’éloignement du père. Il lui est désormais interdit de vivre au domicile conjugal.

Mais le soir même, il se réinstalle avec sa femme et ses enfants, sans respecter ses obligations légales.

L’accusé emprisonné pendant trois semaines

Ce sera alors incarcéré pendant trois semaines avant de comparaître devant la 7ème chambre correctionnelle.

Marqué par son incarcération, le prévenu a évoqué sa rigueur parfois blessante, mais a réfuté les événements rapportés par ses enfants.

« L’arrivée de jumeaux dans une famille peut provoquer des réactions, une part de jalousie, surtout pour ma fille aînée », vient-il de reconnaître.

Le procureur dénonce « deux majeurs qui mentent pour se couvrir »

Son associé, directeur des ressources humaines, est est venu à son secoursconfirmant les déclarations de son mari.

Je suis une mère responsable. Si nous avions vécu comme le disent mes filles, je serais partie », a-t-elle insisté.

Le procureur s’est montré sévère lors de ses réquisitions, dénonçant « deux adultes qui mentent pour se couvrir ».

Il lui est interdit de rentrer chez lui pendant deux ans

A l’issue du délibéré, l’homme a été condamné à 12 mois d’emprisonnement, dont huit avec sursis.

Il a interdiction de retourner au domicile conjugal pendant deux ans, au grand désarroi de sa compagne, qui espérait une issue plus favorable à leur relation.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Duclos souhaite que Québec utilise le pont « différemment »
NEXT Accidents mortels de VTT : portez un casque de protection, implorent les experts