« Des goulots d’étranglement » à Francisation Québec

« Des goulots d’étranglement » à Francisation Québec
« Des goulots d’étranglement » à Francisation Québec

C’est ce qui ressort du dernier rapport du commissaire à la langue française, Benoît Dubreuil, rendu public mercredi.

Créée en juin 2023, Francisation Québec est un guichet unique visant à simplifier l’accès aux cours de français, notamment pour les nouveaux arrivants.

Entre sa création et avril 2024, sur près de 99 000 demandes reçues par l’organisme, 50 400 personnes avaient commencé leurs cours ou reçu une confirmation d’inscription.

« Depuis le 1er juin 2023, les mécanismes mis en place ne permettent cependant pas de répondre au volume important de demandes déposées. « Des goulots d’étranglement sont ainsi apparus dans le processus de constitution des groupes, ce qui a créé des délais d’attente pour les candidats et causé divers problèmes aux prestataires de services et aux étudiants », peut-on lire.

Le rapport indique qu’il existe « un lien étroit entre l’augmentation du nombre de travailleurs étrangers temporaires au Québec et celle du nombre de demandes d’inscription à des cours de français », mais que cette demande ne semble pas avoir été anticipée par Francisation Québec. .

« Toutefois, la croissance importante d’une population temporaire ne maîtrisant pas le français n’était pas totalement imprévisible. En effet, c’est le résultat de changements que les gouvernements du Québec et du Canada ont mis en œuvre sans évaluer au préalable la capacité des services d’apprentissage du français à accueillir cette nouvelle clientèle », ajoute le commissaire dans son rapport 121. pages.

Benoît Dubreuil recommande de « développer un modèle robuste de prévision de la demande et de renforcer les mécanismes de gestion des inscriptions, de manière à favoriser la réduction des délais de traitement ».

#Canada

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Enfin, Robert Ménard briguera un troisième mandat
NEXT Dans la commune de Siradan, l’art s’invite à l’Ehpad Sainte-Marie