un habitué des courses-poursuites met en danger les jeunes et les policiers

un habitué des courses-poursuites met en danger les jeunes et les policiers
un habitué des courses-poursuites met en danger les jeunes et les policiers

Par

Flavien Fritz

Publié le

29 mai 2024 à 16h38

Voir mon actualité
Suivre Le Journal du Pays Yonnais

Un habitué des poursuites face à la justice.

Jeudi 23 mai, un homme de 43 ans a été entendu par le tribunal judiciaire de La Roche-sur-Yon pour divers faits de violences. poursuites récidiviste, sans permis, sans assurance et avec refus d’obtempérer.

Le tout alcoolique.

” Je ne me rappelle pas ”

Par visioconférence depuis le centre de rétention d’Argentan, le prévenu n’a eu qu’un seul mot : « Ah ! Je ne me rappelle pas. »

Le 6 mai 2023, il a conduit sans permis, sans assurance et sous l’emprise de l’alcool. Il a refusé d’obtempérer et s’est enfui.

Le 30 septembre 2023, il réitère les faits en pleine nuit.

Vidéos : actuellement sur -

A La Roche-sur-Yon, aux Oudairies, il a failli renverser un groupe de jeunes qui sortaient d’une discothèque. Il a pris des risques à la police. “Ils n’ont pas d’exosquelettes pour se protéger, ils n’ont pas de voitures résistantes en cas d’accident”, a rappelé l’avocat des forces de l’ordre.

Après six kilomètres course-poursuite à La Roche-sur-Yon, la police a abandonné, les risques étant trop élevés.

Aucune coopération

Le 2 octobre, les policiers se sont rendus au domicile du prévenu à La Chaize-le-Vicomte.

Ils sont rebelle et a mis un frigo devant sa porte. «Je ne m’en souviens pas», a-t-il continué à dire au tribunal.

Le prévenu, qui compte déjà treize condamnations à son casier judiciaire, actuellement détenu pour une durée de 18 mois pour des faits similaires, a souligné son problèmes d’alcool.

« Je ne suis pas alcoolique à 100 % », confie-t-il au président de l’audience. Une justification qui n’a pas convaincu le tribunal.

Accusé de harcèlement

Au cours de la même audience, le prévenu a été entendu pour une autre affaire.

Il est accusé d’avoir multiplié les messages à son ex partenaire du 2 au 30 septembre 2023.

Au total, il lui a envoyé 324 messages.

«Je voulais qu’on s’explique et qu’on reparte de zéro», explique-t-il. «Je tiens à souligner qu’il n’y avait aucune menace de mort. » Ce qui n’excuse cependant pas le harcèlement a déclaré le tribunal.

Malgré les accusations, il a tenté une dernière défense. « On m’a dit que ma femme avait été aperçue avec un autre homme place Napoléon et je trouve ça scandaleux. En treize ans de vie commune, sa sœur jumelle n’a cessé de se mêler de notre relation. »

Le tribunal a noté une défense non pertinente et a ajourné l’affaire pour délibération jusqu’au 30 mai.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV décollage vers l’Allemagne, camp de base, matchs… le programme qui attend l’équipe de France
NEXT Elections européennes 2024. Ces villes qui n’ont pas mis le RN en tête en Auvergne