L’énigme Pogacar | Radio-Canada – .

Lorsqu’un athlète multiplie les victoires tout en battant des records, des questions se posent aussitôt et l’ombre du dopage recommence à planer. Surtout quand on est cycliste. Inutile ici de rappeler les scandales de dopage qui ont entaché ce sport au niveau professionnel.

S’il y en a bien un qui fait couler beaucoup d’encre en ce moment, c’est bien Tadej Pogacar. Après un doublé sur le Tour de France, le Slovène s’attaque au Tour d’Italie.

Le cycliste de 25 ans a stupéfié la concurrence en repoussant de près de 10 minutes son plus proche poursuivant au classement général, le Colombien Daniel Martinez. D’ailleurs, sur les réseaux sociaux colombiens, on s’emballe et on n’hésite pas à accuser Pogacar de dopage.

Pour expliquer ses exploits, certains diront qu’il n’avait pas de véritables rivaux et que les grands noms, comme Vingegaard, Van Aert, Roglic ou Evenopoel, étaient absents.

Mais le 3ème au classement de ce Giro est toujours le Britannique Geraint Thomas, relégué à plus de 10 minutes !

Il faut ajouter à cet étonnant palmarès le Tour d’Italie le plus rapide de l’histoire, avec une moyenne de 41,86 km/h. L’année dernière, c’était 39 km/h.

Le Slovène Tadej Pogacar

Photo : Reuters/BENOIT TESSIER

Sans oublier que Pogacar a également remporté six étapes avec une facilité déconcertante, écrasant toute concurrence.

Les arguments principalement avancés pour expliquer ces exploits sont bien sûr l’évolution du matériel, avec des vélos plus performants et un meilleur aérodynamisme, la qualité de sa préparation physique et les qualités exceptionnelles du jeune Pogacar.

Cependant, cette grande domination suscite des interrogations et des voix discordantes se font entendre. Pas forcément les échos les plus flatteurs.

En 2023, le Slovène a survolé la course italienne Strade blanc terminer seul les 80 derniers kilomètres. Il a franchi la ligne d’arrivée laissant son poursuivant à 2 min et 43 s au terme des 215 kilomètres du parcours.

Cette performance a laissé interroger l’ancien coureur et ancien manager de l’équipe Cofidis, Éric Boyer, qui a ensuite fait part de son scepticisme dans les pages du quotidien français. Le Parisien.

années, les coureurs transportaient des produits illicites. Aujourd’hui, je vois des niveaux plus élevés que les gars qui se dopent.”, “texte”: “Le cyclisme reste un sport qui a toujours souffert du dopage et il n’y a aucune raison pour qu’il disparaisse, déclare-t-il. Je fais le simple constat qu’il y a 20 ans, les coureurs gagnaient chargés de produits illicites. Aujourd’hui, je vois des niveaux plus élevés que les mecs dopés.”}}”>Le cyclisme reste un sport qui a toujours souffert du dopage et il n’y a aucune raison pour qu’il disparaisse, a-t-il déclaré. Je fais le simple constat qu’il y a 20 ans, les coureurs gagnaient chargés de produits illicites. Aujourd’hui, je vois des niveaux plus élevés que les mecs dopés.

L’UCI n’a rien trouvé pour 12ans, poursuit Boyer. En six mois, l’Agence antidopage américaine avait découvert la faille. Quand on veut chercher, on trouve !”, “texte” : “Rappelons que sur Lance Armstrong, l’UCI n’a rien trouvé depuis 12 ans, poursuit Boyer. En six mois, l’Agence antidopage américaine avait découvert la faille. Quand on veut chercher, on trouve !”}}”>Rappelez-vous que sur Lance Armstrong, leUCI je n’ai rien trouvé pendant 12 ans. En six mois, l’Agence antidopage américaine avait découvert la faille. Quand on veut chercher, on trouve !il ajouta.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Tadej Pogacar

Photo : Twitter/UAE-TeamEmirates

Dans le cadre de sa lutte contre le dopage, l’ancien entraîneur de l’équipe Festina, Antoine Vayer, étudie les watts développés par les coureurs.

Stupéfiant, inhumainil a posté sur le réseau social X à propos de la récente performance de Pogacar au Giro.

m avant le sommet du col de Foscano. Il est passé à 28,5km/h sur pente à 6% pour 14minutes en développant entre 450et 510watts standards ! C’est inhumain, grotesque après six heures de course et trois autres cols, en plus en haute altitude.”,”texte”:”Il a attaqué plus de 2000m avant le sommet du col de Foscano. Il a grimpé à 28,5 km/h sur des pentes à 6% pendant 14 minutes, développant entre 450 et 510 watts standards ! C’est inhumain, grotesque après six heures de course et trois autres cols, et en altitude.”}}”>Il attaque plus de 2000 m avant le sommet du col de Foscano. Il a grimpé à 28,5 km/h sur des pentes à 6% pendant 14 minutes, développant entre 450 et 510 watts standards ! C’est inhumain, grotesque après six heures de course et trois autres cols, et en altitude.

et 100watts en moins en finale », « texte » : « La fraîcheur de Pogacar à l’arrivée contrastait avec l’épuisement de tous les autres concurrents de premier plan qui pédalaient entre 80 et 100 watts de moins en finale »}} »>La fraîcheur de Pogacar à l’arrivée contrastait avec l’épuisement de tous les autres concurrents de premier plan qui ont pédalé entre 80 et 100 watts de moins en finale.a-t-il conclu.

Le journaliste du quotidien Ouest de la France Vincent Coté est d’accord et se pose également des questions.

Pogacar, un vainqueur inaccessible qui n’a jamais donné l’impression de s’épuiser dans l’effort, qui rappelle Armstrong et Froome des grands temps, c’est-à-dire l’ère sombre du cyclisme qui est entré et perdu dans la décadenceil a écrit.

Un entourage au passé sulfureux

Les patrons de Pogacar ont un CV aussi pollué que le site de Tchernobyl. Mauro Gianetti et Matxin Fernández devraient être destitués pour tricherie avérée si les autorités respectaient les principes éthiques qu’ils avaient publiés puis oubliésdit Vincent Côté.

et Gianetti tout proche de mourir sur le Tour de Romandie ? Faut-il rappeler Saunier Duval, Ricco et Piepoli ? L’histoire des tricheurs, c’est la pénitence du cyclisme qui se ment à lui-même et reste faible face à tant de corruption », « texte » : « Faut-il se souvenir du PFC [perfluorocarbures, NDLR] en 1998 et Gianetti tout proche de mourir sur le Tour de Romandie ? Faut-il rappeler Saunier Duval, Ricco et Piepoli ? L’histoire des tricheurs est la pénitence du cyclisme qui se ment à lui-même et reste faible face à tant de corruption”}}”>Faut-il rappeler les PFC [perfluorocarbures, NDLR] en 1998 et Gianetti tout proche de mourir sur le Tour de Romandie ? Faut-il rappeler Saunier Duval, Ricco et Piepoli ? L’histoire des tricheurs est la pénitence d’un cyclisme qui se ment à lui-même et reste faible face à tant de corruption.il ajoute.

Le spécialiste du sang Marc Kluszczynski a expliqué à Radio-Canada Sports que les PFC ont fait une réapparition dans le monde du cyclisme.

heures de l’organisation, a-t-il déclaré. Le dernier PFC, l’oxycyte, a vu son développement arrêté en 2014. Il pouvait transporter cinq fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine, tout en étant constitué de 50 particules.fois plus petit qu’un globule rouge. », « texte » : « Les PFC peuvent transporter l’oxygène dans les tissus et disparaître du corps en 48 heures, dit-il. Le dernier PFC, l’oxycyte, a vu son développement arrêté en 2014. Il pouvait transporter cinq fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine, tout en étant constitué de particules 50 fois plus petites qu’un globule rouge.Les PFC peuvent transporter l’oxygène dans les tissus et disparaître du corps dans les 48 heures, dit-il. Le dernier PFC, l’oxycyte, a vu son développement arrêté en 2014. Il pouvait transporter cinq fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine, tout en étant constitué de particules 50 fois plus petites qu’un globule rouge.

Le spécialiste pense même que de nouvelles hémoglobines sont déjà utilisées, évidemment de manière expérimentale. Notamment des hémoglobines animales qui auraient des capacités oxygénantes extraordinaires et qui seraient indétectables.

Lorsqu’il était cycliste, le Suisse Mauro Gianetti a subi une grave défaillance lors du Tour de Romandie en 1998. Les médecins ont alors détecté chez lui la présence de ces PFC, un produit dopant expérimental qui aurait pu lui coûter la vie. Il a passé 3 jours dans le coma et 12 autres jours en soins intensifs.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Tadej Pogacar au sommet à Livigno

Photo : - Canadienne / Massimo Paolone/AP

Il se retire ensuite du cyclisme pour diriger la fortune de l’équipe Saunier Duval.

Lors du Tour de France 2008, l’un de ses cyclistes, l’Italien Ricardo Ricco, avait été déclaré positif à l’EPO, un scandale qui avait rendu le directeur de la Grande Boucle, Christian Prudhomme, d’habitude très réservé sur la question du dopage : Gianetti n’est pas un modèle de vertu.

L’ancien champion de France Stéphane Heulot connaît bien Gianetti puisqu’ils faisaient partie de la même équipe à La Française des jeux.

Celui qui a porté le maillot jaune pendant trois jours lors de sa première participation, en 1996, avait alerté les autorités et même les propriétaires de l’équipe Saunier Duval, à l’époque, sur le passé sulfureux de leur manager.

Ouest de la France. Jusqu’à présent, cela n’était pas vraiment visible car les coureurs de Saunier Duval n’ont jamais parcouru le Tour. Mais après ce qu’on a vu dans les Pyrénées… », « texte » : « Le dopage est tellement ancré chez certains dirigeants, comme Gianetti, qu’ils ne peuvent concevoir le cyclisme autrement, a-t-il déclaré au quotidien Ouest-France. Jusqu’à présent, cela n’était pas vraiment visible car les coureurs de Saunier Duval n’ont jamais parcouru le Tour. Mais après ce qu’on a vu dans les Pyrénées…”}}”>Le dopage est tellement ancré chez certains dirigeants, comme Gianetti, qu’ils ne peuvent concevoir le cyclisme autrement, a-t-il déclaré au quotidien. Ouest de la France. Jusqu’à présent, cela n’était pas vraiment visible car les coureurs de Saunier Duval n’ont jamais parcouru le Tour. Mais après ce qu’on a vu dans les Pyrénées…

Rappelons que lors de ce Tour de France, à la surprise générale, les cyclistes de l’équipe Saunier Duval, Ricco et Piepoli, ont fait exploser la course avec leurs exploits en haute montagne. Tous deux ont ensuite été victimes de dopage.

>>Tadej Pogacar porte le maillot rose de leader et salue victorieusement en pédalant, le sourire aux lèvres.>>

Ouvrir en mode plein écran

Tadej Pogacar a remporté son premier Giro.

Photo : AFP / Via Getty / Luca Bettini

Pogacar en quête d’un doublé

Un jeune qui bat son temps et qui multiplie ses exploits auprès d’un entourage immédiat au passé sulfureux suffit à raviver le climat de suspicion.

Tadej Pogacar veut désormais devenir le huitième coureur de l’histoire à réaliser le doublé Giro et Tour de France.

Sans tirer de conclusions hâtives, certains observateurs rappellent qui étaient les sept cyclistes qui auraient réalisé le doublé.

L’Italien Fausto Coppi en 1949 et 1952. Il déclara que le secret de ses triomphes était ce qu’il appelait la bombeun mélange d’amphétamines.

Le Français Jacques Anquetil, qui a reconnu que gagner sans dopage était impossible.

De nombreux soupçons pesaient également sur le Belge Eddy Merckx et le Français Bernard Hinault qui, incidemment, soutenaient depuis longtemps Lance Armstrong. Sans oublier l’Irlandais Stephen Roche.

Quant à l’Espagnol Miguel Indurain, il a été déclaré positif en 1994, tandis que celui surnommé le pirate, l’Italien Marco Pantani, a été exclu en plein Tour d’Italie qu’il s’apprêtait à remporter.

C’est donc dans cette liste que le Slovène souhaite inscrire son nom…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la production de bouteilles d’un litre de Perrier arrêtée, le site du Gard menacé ? – .
NEXT MIALET Dès ce vendredi soir, la grotte de Trabuc fête son cinquantième anniversaire