La Madeleine, 2ème ville du Nord à réglementer la location de meublés de tourisme après Lille

La Madeleine, 2ème ville du Nord à réglementer la location de meublés de tourisme après Lille
La Madeleine, 2ème ville du Nord à réglementer la location de meublés de tourisme après Lille

Par

Margot Nicodème

Publié le

29 mai 2024 à 6h30

Voir mon actualité
Suivre l’actualité lilloise

Elle complète le top 3 des villes des Hauts-de-France qui ont adopté des mesures fortes pour encadrer la location de meublés de tourisme. Comme Le Touquet dans le Pas-de-Calais et Lilleavec laquelle il est limitrophe, la Ville de Madeleine impose maintenant enregistrement obligatoire des locations de courte durée sur Airbnbainsi que limitation à 120 nuits par an Pour résidences principales.

A partir de mai 2024, les nouveaux logements proposés à la location à La Madeleine devront être déclarés auprès des services de la mairie. En contrepartie, un numéro est délivré au propriétaire, qui doit apparaître sur son annonce. Pour les hébergements déjà en ligne, les propriétaires devront progressivement se mettre au courant et faire une demande à la commune dans les 3 prochains mois.

L’objectif, dans les prochains mois : avoir une idée viable du nombre de propriétés de ce type disséminées sur la commune.

A La Madeleine, une hausse de 300% des réservations en meublés de tourisme

De plus, les résidents locataires leur résidence principale ne pourra plus dépasser 120 nuitées par an. Pour le maire, Sébastien Leprêtreil s’agit de préserver « la fonction résidentielle » de La Madeleine, où « la priorité doit être donnée aux personnes qui souhaitent y vivre de manière durable« .

C’est en même temps une question de propreté et de tranquillité, une proportion de locataires de passage n’étant pas toujours respectueux du milieu qui les entoure. Au-delà d’éventuelles nuisances sonores, le dépôt aléatoire de poubelles est cité en exemple par le maire.

Ainsi après la capitale régionale Lille, pourquoi La Madeleine ? S’il est en tout cas favorable à 100% à une réglementation stricte de ce type de logement, Sébastien Leprêtre précise qu’il est également dépendant des décisions de la Ville de Lille.

Vidéos : actuellement sur -
Sébastien Leprêtre, maire de La Madeleine (Nord), cherche à encadrer la multiplication des meublés de tourisme depuis 2021. Il veut donner la priorité à ceux qui souhaitent s’installer durablement. ©Margot Nicodème

Après Lille, nous sommes la ville la plus recherchée sur les quais et celle qui souffre le plus de la multiplication des meublés de tourisme. Nous sommes dans une gradation contrainte : dès que la Ville de Lille renforce sa réglementation, de facto le phénomène se déplace à La Madeleine. Nous devons donc nous aussi agir.

Sébastien Leprêtre, maire de La Madeleine

Et dans le cas de la commune, il n’est pas exagéré de parler d’un explosion de la demande en meublés de tourisme, comme l’illustrent les chiffres présentés lors du conseil métropolitain d’avril 2024. Entre 2020 et 2022, une augmentation de 292% des réservations d’hébergements entiers à La Madeleine a été enregistré.

Plus largement, les données concernant la commune dépassent les moyennes de la métropole. Sur la période 2022-2023 cette fois :

  • + 36% d’offres réservables (contre 30% dans la MEL, hors Lille)
  • + 58% d’hébergements entiers réservables plus de 120 jours par an (contre + 36,5% dans la MEL)
  • + 32 % d’hébergements entiers réservés plus de 120 jours par an (contre + 19 % dans la MEL).

Comme à Lille, bientôt l’obligation d’indemnisation à La Madeleine ?

La mairie a initié la « lutte » contre la multiplication des meublés de tourisme dès 2021. Elle a alors demandé et obtenu de la Métropole (compétente en matière de logement et de tourisme) l’établissement de la demande d’autorisation de changement d’usage. Ce sont donc les équipes de la Madeleine qui le livrent, dans le cas où un logement devient meublé de tourisme.

La prochaine étape, comme cela a été récemment franchi à Lille, est l’obligation d’indemnisation. « Nous restons dans la même logique et le même principe de jumelage avec Lille : à partir du moment où de nouvelles restrictions y sont adoptées, il faut faire de même à La Madeleine », poursuit l’élu.

Nous vous l’expliquions dans cet article de mars 2024 : l’obligation d’indemnisation, en vigueur depuis le 1er avril à Lille, c’est le fait de contraindre les propriétaires de meublés de tourisme a compenser cette activité Airbnb (ou Abritel…) par un deuxième bien qui sera destiné à accueillir des locaux. Sébastien Leprêtre devrait avoir la réponse, après avoir étudié la Métropole européenne de Lille, en juin.

En tout cas, il le dit sans détour : « Assez, c’est assez », et c’est le message véhiculé par la nouvelle inscription obligatoire. L’élu est également favorable à des quotas, qui permettraient de n’accepter qu’un nombre précis de logements en location courte durée par commune. Mais c’est un problème national, et ce sera l’affaire de l’État.

La Ville de La Madeleine, comme la Ville de Lille, ne perçoit pas les taxes de séjour prélevées par Airbnb, et que la plateforme reverse chaque année aux collectivités. Ces taxes sont au profit de la Métropole Lille. En 2023, 1,9 million d’euros de taxes de séjour ont été (re) reversés dans le Nord par Airbnb, dont 880 000 € collectés rien qu’à Lille.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV renards observés en ville, faut-il s’inquiéter ? – .
NEXT quatre ans et demi de prison pour l’homme qui a attaqué des policiers en Gironde