pièges mortels installés à Paris pour limiter la prolifération des rongeurs

pièges mortels installés à Paris pour limiter la prolifération des rongeurs
pièges mortels installés à Paris pour limiter la prolifération des rongeurs

Dans le 17e arrondissement, la mairie a installé des outils connectés, pilotés via smartphones, qui tuent les rongeurs avec « de l’eau et de l’huile de paraffine ».

Ils prolifèrent depuis des années. La question des rats reste un enjeu sanitaire majeur à Paris, car leur présence se multiplie dans les rues de la capitale. Face au phénomène, les mairies d’arrondissement sont contraintes de prendre des mesures pour tenter de limiter leur multiplication.

Dans le 17e arrondissement, une dizaine de pièges connectés ont vu le jour à plusieurs endroits. Ce ne sont pas des outils pour attraper : dès que les rongeurs y tombent, ils meurent automatiquement.

“Ça lui permet de mourir assez vite”

Pilotés à distance via des smartphones, ces pièges sont inspectés par des bénévoles, habitants des quartiers. Sur la caméra connectée, ils voient les cadavres de rats s’entasser à côté des pièges.

“Le rat tombe dans le piège ici”, montre Benjamin, l’un des bénévoles, au micro de BFMTV. Dans le piège, un mélange dévastateur : « de l’eau et de l’huile de paraffine », précise l’homme.

Un mélange qui “permet (au rat) de mourir assez rapidement, avec le moins de douleur possible”, ajoute le bénévole. Selon lui, ces pièges agissent dans le respect des animaux. « Nous essayons de respecter le rat. Nous ne sommes pas là pour détruire les animaux », prévient Benjamin.

De son côté, la mairie du 17e arrondissement semble satisfaite de la performance des pièges. « On sait que ce que nous avons expérimenté en 2023 donne des résultats : des centaines de rats capturés en quelques semaines », précise Geoffroy Boulard.

Un dispositif « trop petit » face à des millions de rongeurs

Mais face aux millions de rats parisiens, le système actuel apparaît bien trop limité. Aujourd’hui, les professionnels de la dératisation réclament la possibilité de réaliser un audit de tous les immeubles parisiens.

«Nous avons des moyens pour rendre difficile l’entrée dans un bâtiment avec des moyens qui ne sont pas toxiques», explique Stéphane Bras, vice-président du CS3D, la Chambre syndicale de lutte contre les rongeurs, de désinfection et de désinsectisation.

« Nous pourrions commencer par le début : empêcher les rongeurs d’entrer dans un endroit où nous ne voulons pas les voir », ajoute-t-il.

Dans le 17e arrondissement, la mairie prévoit d’installer huit nouveaux pièges connectés. L’objectif : éviter que les touristes venus profiter des Jeux Olympiques à Paris ne soient dérangés par les rongeurs.

Pierre-Louis Boucé avec Martin Regley

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La « doctrine Guilbault » | La presse – .
NEXT Une canicule d’une rare intensité pour juin