Avion (Pas-de-Calais) – Léon Deffontaines croit au grand retour de la gauche à Strasbourg

Avion (Pas-de-Calais) – Léon Deffontaines croit au grand retour de la gauche à Strasbourg
Avion (Pas-de-Calais) – Léon Deffontaines croit au grand retour de la gauche à Strasbourg

Publié le 29 mai 2024

Devant plus de 500 personnes, mercredi 22 mai, Léon Deffontaines a tenu son troisième meeting national à Avion, dans le Pas-de-Calais.

Auréolé de sa participation au débat de la veille sur la chaîne LCI, où tout le monde s’accorde à dire qu’il a été particulièrement brillant, la tête de liste « Gauche unie pour le monde du travail » n’a pas eu de mal à capter l’enthousiasme du public.

Effectivement entouré de ses colistiers, à commencer par le député du Nord et secrétaire national du PCF Fabien Roussel, Léon Deffontaines sait tenir des propos « clairs, argumentés et sans compromis », comme l’a rappelé la sénatrice Cathy Apourceau-Poly. S’exprimant dans ce qu’il appelle lui-même la « citadelle rouge », il a été chaleureusement accueilli par le maire communiste Jean Létoquart qui a succédé à Jean-Marc Tellier lorsque ce dernier a pris la tête en 2022 de la 3e circonscription du Pas-de-Calais au Rassemblement national. Plus qu’un symbole.

Au Rassemblement national, qu’Emmanuel Maurel (3e de la liste) bombarde des triples qualificatifs de « colporteur », « trafiquant », « escroc », il assure qu’il ne laissera jamais l’extrême droite « détourner la juste colère des travailleurs français ». « . Jordan Bardella est pour lui un « faussaire social, larbin du patronat ».

Des élus défendant la fonction publique

Concernant la défense du service public, le candidat communiste rend hommage aux élus locaux de sa famille politique qui se sont illustrés en la matière. Récemment, les maires de la commune d’Avion se sont mobilisés pour maintenir les effectifs des bureaux de poste. Il évoque également l’Education nationale et cite la numéro 2 de sa liste, Sigrid Girardin, co-secrétaire générale du Snuep FSU qui prendra en charge le dossier et fera rapport aux électeurs.

D’une manière générale, Léon Deffontaines s’efforce de porter un grand coup aux parlementaires européens actuels et élus en France : “Quand je vois les parlementaires français qui votent à Bruxelles, je pense que peu d’entre eux croient qu’ils sont responsables devant leurs électeurs.” S’il est élu, il s’engage à ouvrir des bureaux en France pour rendre compte des travaux qui seront menés à Strasbourg et à Bruxelles.

Avec passion, il critique les accords de libre-échange, comme celui signé avec la Nouvelle-Zélande ou le Ceta avec le Canada, et appelle à la souveraineté alimentaire. Il s’en prend au marché européen de l’électricité qui entraîne une explosion des factures des particuliers comme des entreprises et plaide une nouvelle fois pour un grand service public. Il s’en prend à Bruxelles qui ne met pas en place les protections nécessaires pour protéger le secteur industriel (le natif d’Amiens prend ici l’exemple de l’entreprise Metex actuellement en pleine tourmente). Il appelle à la « souveraineté démocratique » tout en rappelant l’humiliation subie après le vote français contre le traité établissant une constitution pour l’Europe. Enfin, il exprime son horreur face à la « guerre », en Europe ou en Palestine, et rappelle que la paix est un projet politique.

La gauche de demain

Avec une liste qui associe des candidats communistes, mais aussi des gens de la Gauche républicaine et sociale (le GRS d’Emmanuel Maurel), de L’Engagement (le mouvement d’Arnaud Montebourg), et des radicaux de gauche, le jeune candidat se dit convaincu de pouvoir « construire la gauche de demain et faire notre grand retour au Parlement européen avec des élus qui construiront un nouvel avenir pour la France et l’Europe ». Une Europe hors du champ libéral et hors de l’OTAN. »

A 18 jours du scrutin, devant un public conquis, Léon Deffontaines veut croire que sa liste atteindra 5% des suffrages et amènera 5 candidats progressistes à Strasbourg.

Philippe Allienne

Article publié dans Communistesn°998, 29 mai 2024.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Petit Journal – Gers – 14/06/2024 – Le Petit Journal – .
NEXT Après la rave party géante, l’heure des comptes est arrivée avec 35 000 euros de matériel saisis