La Commission européenne met en garde le Sénégal

La Commission européenne met en garde le Sénégal
La Commission européenne met en garde le Sénégal

La Commission européenne a émis un « carton jaune » au Sénégal, notifiant la nécessité de renforcer les mesures de lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (Inn). Elle dit avoir pré-identifié le Sénégal comme « pays non coopérant » dans le cadre de l’engagement de l’UE dans la lutte contre la pêche. La décision de la Commission se fonde sur de « graves lacunes » constatées ces dernières années dans le système que le pays a mis en place « pour se conformer à ses obligations internationales en tant qu’État du pavillon, État du port, État côtier ou statut de commercialisation ».

Avec cette décision, la Commission entame un dialogue formel avec le Sénégal, reconnaissant l’engagement du nouveau gouvernement à remédier à ces lacunes.

La Commission européenne se dit prête à soutenir le pays dans la lutte contre la pêche au Inn. A ce stade, la décision ne comprend pas encore de mesures affectant le commerce. « Le « carton jaune » offre au Sénégal la possibilité de réagir et de prendre des mesures pour remédier à la situation dans un délai raisonnable. Cependant, en cas de non-respect prolongé et persistant, les pays peuvent se retrouver finalement confrontés à une procédure d’identification (« carton rouge »), qui entraîne des sanctions, comme par exemple l’interdiction d’exporter leurs produits de la pêche. vers le marché de l’UE », a prévenu la Commission européenne.

« Exportations illégales du Sénégal vers le marché de l’UE »

La Commission européenne ajoute que les défaillances constatées dans les systèmes de suivi, de contrôle et de surveillance du Sénégal concernent les navires battant pavillon du Sénégal et opérant dans les eaux hors de la juridiction du pays, ainsi que les contrôles effectués sur les navires. entreprises de pêche étrangères au port de Dakar. « Par ailleurs, des exportations illégales du Sénégal vers le marché de l’UE ont été détectées, ce qui compromet la fiabilité du système de traçabilité sur lequel repose la certification de la légalité des produits de la pêche.

Enfin, le Sénégal n’a pas démontré jusqu’à présent une volonté suffisante de coopérer avec la Commission dans la lutte contre la pêche au Inn », souligne le communiqué. La Commission note l’application d’une approche de tolérance zéro à l’égard de la pêche auberge, l’une des menaces les plus graves pour l’exploitation durable des ressources aquatiques vivantes et qui met en péril la base même des efforts mondiaux visant à promouvoir une meilleure gouvernance des océans, ainsi que le programme commun de pêche de l’UE. Politique.

Bes Bi

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une quarantaine de gendarmes et trois chiens déployés dans un quartier de Biscarrosse
NEXT « un mode de vie sain est plus compliqué lors d’un déménagement »