540 000 $ pour les dirigeants de CBC/Radio-Canada ? – .

540 000 $ pour les dirigeants de CBC/Radio-Canada ? – .
540 000 $ pour les dirigeants de CBC/Radio-Canada ? – .

Vous souvenez-vous à quel point nous avons été choqués de voir Catherine Tait défendre les primes versées aux dirigeants de CBC/Radio-Canada, même devant le Comité permanent du patrimoine canadien, alors que la société d’État meurt de faim ?

Eh bien, cette volonté farouche de défendre le versement de bonus de plusieurs millions de dollars vient de connaître un nouveau développement.

« La Fédération canadienne des contribuables a intenté une action en justice contre CBC/Radio-Canada alors que le diffuseur public continue de faire obstacle à la publication des primes versées à ses dirigeants. Oui, vous avez bien lu.

CBC/Radio-Canada a rendu public le salaire versé à ses dirigeants, mais sans savoir à combien s’élèvent les primes. De quoi avons-nous peur exactement ?

C’est tout le temps dont nous disposons…

Hier, à mon émission sur QUB, j’ai reçu Nicolas Gagnon, directeur québécois de la Fédération canadienne des contribuables. Il m’a parlé de cette poursuite en expliquant que les contribuables, qui financent les salaires des employés et des dirigeants de CBC/Radio-Canada, ont le droit de savoir quelle part est du salaire et quelle part est des « primes » que se versent eux-mêmes les plus hauts salariés.

Comme le précise le communiqué de la Fédération, « le 10 mai, la SRC a publié un rapport démontrant que ses sept hauts dirigeants ont reçu une rémunération totale de 3 793 000 $, soit une moyenne de plus de 540 000 $ par personne.

Mais le dossier n’a pas révélé quelle part de cette rémunération constituait une prime.

Les gens de Rad-Can n’aiment pas qu’on parle de primes. Ils préfèrent le terme « rémunération incitative »… Lors de son témoignage devant le Comité permanent du patrimoine canadien le 30 janvier, Catherine Tait, PDG de CBC/Radio-Canada, a déclaré : « Je tiens à vous rappeler que le programme de rémunération Cet incitatif fait partie de la pleine rémunération des personnes que nous embauchons ici. (…) Nous avons une masse salariale de 950 millions de dollars, et la rémunération basée sur la performance n’était que de 15 millions de dollars l’année dernière. Seulement 15 millions ! Des pinottes !

Rachael Thomas, du Parti conservateur, lui a emboîté le pas en lui demandant à plusieurs reprises si elle allait recevoir une prime pour l’année 2023. Catherine Tait perdait son temps en répondant à côté de la question. Lire la transcription de la fin de cet échange.

Rachael Thomas : « Mon temps de parole a été interrompu à plusieurs reprises parce que le témoin ne voulait pas répondre à ma question. C’est très simple. Recevra-t-elle une prime en 2023 ? Catherine Tait : « Ce n’est pas à moi de décider si j’obtiens une prime ou non. Soyons clairs. La prestation… » Le président du comité : « Merci. C’est tout le temps que je peux vous accorder.

Kitty et Pitou

Les journalistes de Radio-Canada ont régulièrement recours aux demandes d’accès à l’information pour obtenir des informations auprès de politiciens ou de sociétés d’État. Si c’est bon pour Minou, c’est bon pour Pitou.

En tant que contribuable, j’ai le droit de savoir combien de « rémunération incitative » les sept plus hauts dirigeants de Rad-Can se sont payés. Nous pourrons ainsi juger s’ils méritaient cette prime « performance ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’autoroute 40 toujours partiellement fermée à Trois-Rivières
NEXT Européennes en Haute-Marne : ce qu’il faut retenir